Italiano Español Nederlands Français
Home arrow Connaître la vie consacrée ▸ arrow Vie consacrée en Afrique arrow Vie consacrée en Afrique/3. Passion pour le Christ, passion pour l'Afrique
Version imprimable Suggérer par mail



Vie consacrée en Afrique/3

 


PASSION POUR LE CHRIST, PASSION POUR l'AFRIQUE

Première Assemblée des Supérieurs Majeurs d'Afrique et Madagascar


La Confédération des Conférences des Supérieurs Majeurs d'Afrique et Madagascar, (COSMAM ou COMSAM selon la désignation anglophone) s'est officiellement réunie à Yaoundé, du 5 au 13 février 2009, pour sa première assemblée ordinaire. Un événement significatif qui marque l'aboutissement d'un long itinéraire.

"Passion pour le Christ, passion pour l'Afrique" a été le thème général de l'assemblée, qui a pu compter sur la présence de différents représentants de l'autorité ecclésiastique au Cameroun, et surtout sur celle du Card. Franc Rodé, Préfet de la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique.

Un long chemin historique

La COSMAM a remplacé la précédente structure de dialogue, connue avec la dénomination Rencontre de collaboration africaine (RCA) ou Meeting for African Collaboration (MAC) entre les Instituts de vie consacrée en Afrique et l'épiscopat du continent. En 2002, à Abuja au Nigeria, le projet de créer une vraie structure continentale représentative de la vie consacrée en Afrique avait été soumis aux différents organismes, tels que l'Union des Supérieurs Généraux (UISG), la Congrégation pour l'évangélisation des peuples et la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique.

Après qu'une telle proposition ait reçu un ample consensus, les Présidents des Conférences de Supérieurs Majeurs de nombreux pays africains décidèrent la création, en 2004 à Nairobi, de cette structure pour toute l'Afrique, en définissant les lignes de ses Statuts et en mettant en œuvre un vaste réseau d'informations, en vue d'en réunir l'assemblée constituante. Une telle assemblée s'est effectivement tenue à Cotonou, au Benin, l'année suivante.

La COSMAM a été, ainsi, officiellement constituée sous le patronage de la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique.

Ainsi que la CLAR (la Confédération latino-américaine des religieux et religieuses) pour l'Amérique du Sud, la COSMAM vise à être considérée, pour le continent africain, comme l'organisme capable de donner une voix aux Instituts de vie consacrée, de coordonner les initiatives et les services communs des Conférences nationales de Supérieurs Majeurs, de favoriser la collaboration avec les différentes Conférences Épiscopales, en particulier avec le SCEAM (Symposium des Conférences Épiscopales de l'Afrique et Madagascar).

Des 56 pays africains représentés dans la COSMAM, avec à sa base un effectif estimé à 80.000 religieux/euses, 23 pays ont envoyé les Présidents des Conférences nationales de Supérieurs Majeurs à Yaoundé pour cette première assemblée ordinaire.

Le petit reste de "prophètes"

Dans le cadre des travaux de l'assemblée, très attendue était l'intervention du Card. Rodé, présent pendant les premiers trois jours, qui a abordé, d'une façon significative, la dimensionCard. Franc Rodé prophétique de la vie consacrée. Cette dimension, tout en appartenant au peuple de Dieu dans son ensemble, a dit le Cardinal, exige des religieux et religieuses une appropriation spécifique, comme l'ont su montrer les Fondateurs avec leur élan apostolique et leurs intuitions évangéliques.

Le Cardinal a développé, ensuite, à la lumière des documents du Magistère, le rôle prophétique de la vie consacrée, qui doit être témoigné constamment par ses membres à travers une vie crédible où  "l'être" détermine "l'agir".

Il faut toujours savoir se rapporter au Christ et à l'homme tel que le Christ l'a révélé, en ayant le courage de s'opposer à la culture dominante, quand l'inspiration évangélique l'exige, sans jamais mévendre la dignité de "prophètes", même si l'on est seulement un petit reste au milieu du monde.

Ce témoignage prophétique est marqué, en outre, par la gratuité et par une grande liberté intérieure, capable d'interpeller les hommes de notre temps, y compris les non croyants. Les religieux sont unis à tous, a conclu le Cardinal, mais aussi séparés de tous, ils sont des "serviteurs inutiles" et, en même temps, des ouvriers toujours actifs dans la vigne du Seigneur.

Les préoccupations communes

La COSMAM a continué ses activités pendant plusieurs jours. Chaque Président des Conférences nationales de Supérieurs Majeurs a présenté les problèmes ecclésiaux de son pays d'origine, en mettant en exergue l'engagement des Instituts de vie consacrée.

Des préoccupations communes ont émergé dans des secteurs multiples, qui ont été objet de réflexion et d'interventions de la part d'experts. En particulier, il a été question de la présence et des activités des personnes consacrées au service de la justice et de la paix, du développement, de la santé publique, du dialogue avec l'Islam et, encore, de la formation des candidats dans les Instituts et de la nécessité d'une autonomie financière de ces derniers.

À la fin de l'assemblée, avant la clôture des travaux, la COSMAM a élu son Comité exécutif et leP. Faustin Ambassa, Président de la Confédération Président de la Confédération. Cette charge a été confiée, pour les trois ans à venir, au P. Faustin Ambassa, Supérieur provincial au Cameroun des Missionnaires du Cœur Immaculé de Maria.

L'assemblée a clôturé ses travaux avec la satisfaction de ses participants qui attendent de la COSMAM qu'elle sache stimuler les Instituts de vie consacrée à s'engager dans un travail commun pour affronter les problèmes et les grands défis auxquels la vie consacrée est confrontée en Afrique. À partir de cela l'on pourra vérifier si la nouvelle structure continentale sera capable de favoriser cette dimension prophétique si spécialement évoquée dans le discours du Card. Rodé.  

Silvia Recchi


15/03/09

 

Site de la Communauté missionnaire Redemptor hominis