Italiano Español Nederlands Français
Home arrow Écrits d'Emilio Grasso arrow Lettres arrow Lettre aux Confirmands de la Paroisse Sagrado Corazón de Jesús
sito ufficiale

  ¡ATTENTION, C’EST UN SITE ARCHIVE - CLIQUEZ ICI POUR ALLER AU NOUVEAU SITE

 
Version imprimable Suggérer par mail




 

LETTRE AUX CONFIRMANDS

DE LA PAROISSE SAGRADO CORAZÓN DE JESÚS



Pour les Confirmands de la
Paroisse Sagrado Corazón de Jesús

Ypacaraí


Chers amis,

Voici approcher le temps où tous ceux qui ont suivi avec fidélité la préparation au sacrement de la Confirmation recevront l'onction du saint chrême sur le front et l'imposition des mains de la part de l'Évêque célébrant.

L'onction, dans la symbolique biblique et antique, a de nombreuses significations: l'huile est signe d'abondance et de joie, elle purifie et elle rend souple ; elle est signe de guérison, puisqu'elle adoucit les contusions et les plais, et rend rayonnant de beauté, de santé et de force.

Au moment de l'onction, l'Évêque prononce ces paroles: "Sois marqué de l'Esprit Saint, le don de Dieu".

En étendant les mains sur tous les confirmands, l'Évêque invoque l'effusion de l'Esprit Saint.

Le baiser de paix qui achève le rite du sacrement signifie et manifeste la communion ecclésiale avec l'Évêque et avec tous les fidèles.

Par conséquent, par le sacrement de la Confirmation, ceux qui sont nés à une vie nouvelle par le Baptême reçoivent le don ineffable, le Saint-Esprit lui-même. Ils sont pourvus par lui d'une force spéciale et, marqués du caractère de ce sacrement, ils sont unis plus parfaitement à l'Église et sont plus strictement obligés à répandre la fois et à la défendre par la parole et par l'action en vrais témoins du Christ.

Par cette lettre, chers amis, je veux attirer votre attention sur deux aspects du sacrement de la Confirmation soulignés par le Saint-Père Benoît XVI dans son homélie prononcée à l'occasion de la XXIII Journée Mondiale de la Jeunesse : le don que nous recevons et l'engagement que nous assumons, comme réponse au don de Dieu.

Réduire tout à l'aspect du don fait du sacrement un rite magique, qui n'interpelle pas la liberté et la responsabilité de l'homme.

D'autre part, nous ne devons jamais oublier que l'initiative appartient toujours à Dieu, à sa Parole, qui est à l'origine de tout, alors que la réponse libre et consciente revient à l'homme.

Dans l'Évangile de Saint Jean on lit que Jésus affirme: "De même que le sarment ne peut de lui-même porter du fruit s'il ne demeure pas sur la vigne, ainsi vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi. Je suis la vigne, vous les sarments. Celui qui demeure en moi, et moi en lui, celui-là porte beaucoup de fruit ; car hors de moi vous ne pouvez rien faire" (Jn 15, 4-5).

Ainsi la grâce de Dieu et la liberté de l'homme doivent demeurer unies, se compénétrant l'une l'autre, sans confusion et sans séparation.

Sur ce point, nous devons travailler et changer notre mentalité erronée: ou c'est Dieu qui doit tout faire ou c'est l'homme qui ne fait pas entrer Dieu dans ses activités, en le cantonnant dans un coin isolé et en le réduisant à un bouche-trou qu'il appelle chaque fois qu'il se trouve en difficulté.

Nous faisons la même chose avec l'Église, la Sainte Épouse de Jésus Christ, que nous utilisons la plupart des cas comme une station-service dont nous nous rappelons uniquement quand nous avons besoin de quelque chose.

Maintenant revenons aux paroles de Benoît XVI en relation au sacrement de la Confirmation. Le Saint-Père affirme: "L'Esprit Saint descendra sur les confirmands. Ils seront marqués par le don de l'Esprit et envoyés pour être témoins du Christ. Que veut dire recevoir le sceau de l'Esprit Saint ? Cela veut dire être marqués de façon indélébile, être transformés de manière inaltérable, cela signifie être des créatures nouvelles. Pour ceux qui ont reçu ce don, rien ne peut plus être pareil ! Être baptisés dans l'Esprit signifie être embrasés par l'amour de Dieu. Être désaltérés par l'unique Esprit, cela signifie être rafraîchis par la beauté du dessein de Dieu sur nous et sur le monde, et devenir à notre tour une source de fraîcheur spirituelle pour les autres. Être scellés par l'Esprit cela signifie, en outre, ne pas avoir peur de défendre le Christ, laissant la vérité de l'Évangile pénétrer notre manière de voir, de penser et d'agir, pendant que nous travaillons au triomphe de la civilisation de l'amour".

L'engagement qui naît avec la Confirmation

"Pour ceux qui ont reçu ce don - a affirmé le Saint-Père - rien ne peut plus être pareil !".

Ce changement implique une dimension intérieure et une autre extérieure.

Celle intérieure nous pouvons l'appeler changement du cœur. Nous devons passer du paraître à l'être.

Vouloir paraître ce que nous ne sommes pas, c'est une forme de duplicité, de fausseté, d'hypocrisie, de tromperie. Pour paraître nous recourons à tous les moyens que la société nous offre. Tout simplement, nous pouvons dire que nous tâchons de nous conformer à un modèle de beauté et d'attraction magnétique, qui demande un soin morbide de notre corps que nous enrichissons continuellement avec tous les produits à la dernière mode.

Ainsi faisant, nous sommes obligés à une recherche continue de ressources économiques ; nous demandons de plus en plus d'argent qui devient notre vrai et unique dieu auquel nous sacrifions lentement tout, même notre corps et notre âme.

De cette manière nous cherchons d'être aimés et d'attirer l'attention sur nous-mêmes. En réalité nous tombons de cette manière dans le piège diabolique du paraître. Ce qui intéresse les autres et ce qu'ils aiment ce n'est pas notre cœur, ce n'est pas nous-mêmes, mais ce que nous possédons. Et quand une autre personne a quelque chose en plus de ce que nous avons, nous restons seuls et délaissés, et notre vie se termine dans une faillite totale.

Pour cela, ce qui compte n'est pas le paraître, mais la vérité de notre cœur. C'est notre cœur qui doit changer jusqu'à devenir un cœur plein de beauté, d'amour, de fermeté, de vérité, de force, de justice, de paix, de miséricorde; un cœur qui devient, comme le Sacré Cœur de Jésus, le désir des collines éternelles, une source de fraîcheur pour les autres.

La dimension de l'extériorité naît, donc, de l'abondance de notre cœur.

Notre beauté intérieure fait rayonner une force fascinante qui ne laisse pas indifférent celui qui nous rencontre sur son chemin.

La rencontre n'est plus, dans le registre du paraître, entre choses possédées, mais entre cœurs qui se parlent avec un regard contemplatif.

Chers amis,

Avec une grande affection je vous salue tous, non pas avec mes paroles, mais avec celles du Saint-Père adressées aux jeunes en différentes occasions: "Il est urgent de mieux comprendre ce sacrement pour vérifier la qualité et la profondeur de votre foi et pour l'affermir. L'Esprit Saint vous fait approcher du Mystère de Dieu et vous fait comprendre qui est Dieu. Il vous invite à voir dans votre prochain, le frère que Dieu vous a donné pour vivre avec lui en communion, humainement et spirituellement, pour vivre en Église, donc. En vous révélant qui est le Christ, mort et ressuscité pour nous, Il vous pousse à témoigner. Vous êtes à l'âge de la générosité. Il est urgent de parler du Christ autour de vous, à vos familles et à vos amis, sur vos lieux d'études, de travail ou de loisirs. N'ayez pas peur ! Ayez le courage de vivre l'évangile et l'audace de le proclamer. Pour cela, je vous encourage à avoir les mots qu'il faut pour annoncer Dieu autour de vous, appuyant votre témoignage sur la force de l'Esprit demandé dans la prière. Portez la Bonne Nouvelle aux jeunes de votre âge et aussi aux autres. Ils connaissent les turbulences des affections, le souci et l'incertitude face au travail et aux études. Ils affrontent des souffrances et ils font l'expérience de joies uniques. Témoignez de Dieu, car, en tant que jeunes, vous faites pleinement partie de la communauté catholique en vertu de votre Baptême et en raison de la commune profession de foi. L'Église vous fait confiance, je tiens à vous le dire !".

Oui. Même l'Église de Ypacaraí vous fait confiance.

À bientôt, chers amis!


Père Emilio Grasso 
Curé


(Traduction de l'Italien par Franco Paladini)


14/12/2010

 

Site de la Communauté missionnaire Redemptor hominis