Italiano Español Nederlands Français
Home arrow Écrits d'Emilio Grasso arrow Lettres arrow À la lumière du mystère de la passion, mort et résurrection
sito ufficiale

  ¡ATTENTION, C’EST UN SITE ARCHIVE - CLIQUEZ ICI POUR ALLER AU NOUVEAU SITE

 
Version imprimable Suggérer par mail


Lettres d'Emilio Grasso

 


À LA LUMIÈRE DU MYSTÈRE DE LA PASSION,

MORT ET RÉSURRECTION


Aux fidèles d'Obeck



    

Un pont de prière et d'amitié unit la paroisse Sagrado Corazón de Jesús d'Ypacaraí, au Paraguay, et la paroisse Bienheureuse Anwarite d' Obeck, au Cameroun.

Dans cette perspective, Emilio s'adresse aux fidèles d'Obeck avec cette lettre, qui situe leur engagement au cœur du mystère célébré dans la Semaine Sainte.


Ypacaraí, le 17 avril 2011

Très chers amis,

En ces jours de la semaine sainte, que nous avons commencée ce matin avec la célébration solennelle du Dimanche des Rameaux, je me suis arrêté à contempler tant de dons que j'ai reçus de votre part et qui me rendent présente votre communauté paroissiale, ainsi que l'amour avec lequel vous m'avez accueilli à l'occasion de mon dernier voyage à Mbalmayo.

De tout cœur j'aurais voulu être encore une fois avec vous. Mais cela ne m'a pas été possible pour différentes difficultés d'ordre interne et externe. Je les ai interprétées comme des signes d'une Volonté supérieure à la mienne, à laquelle, quoiqu'avec douleur, il ne me restait qu'à obéir.

Notre vie est dans les mains de Dieu. Et lorsque nous avons la conscience tranquille pour avoir fait tout ce qui était en notre pouvoir, il ne nous reste qu'à remettre notre vie à Jésus Christ, Pasteur Suprême de l'Église, acceptant dans l'obéissance que s'accomplisse sa volonté et non pas la nôtre.

Il y a deux moments qui doivent accompagner la vie du croyant : le premier est celui du combat spirituel et de la résistance. Il s'agit de faire tout le possible, avec ténacité, sacrifice, intelligence, afin que les forces du mal soient vaincues. Mais une fois que tout cela a été fait, il ne nous reste, comme dernier acte, que la soumission : nous rendre, nous livrer librement aux forces du mal, dont la plus grande et la dernière est la mort.

C'est l'exemple que le Seigneur Jésus nous donne encore une fois en cette semaine sainte : il a lutté avec passion et liberté contre toutes les forces du mal, leur résistant et combattant contre la mort. À la fin, cependant, il s'est rendu et il s'est livré volontairement à la passion et à la mort.

En souffrant et en mourant, il a vaincu la mort et par sa résurrection il a définitivement défait les forces du mal et de la mort.

Je vous ai écrit, chers amis, parce que nous devons renforcer le pont de souffrance, de prière, d'espérance et de résurrection qui unit l'Afrique et l'Amérique latine.

Dans ce pont d'amour sont engagés en premier lieu ceux qui dans leur souffrance sont davantage Quelques membres du Groupe Caritas d'Obeckconfigurés au Christ crucifié : scandale et folie selon la logique des sages de ce monde, mais force et sagesse de Dieu, unique et définitive victoire sur la douleur et sur la mort.

Le Saint-Père Benoît XVI a écrit que nous sommes appelés à prendre "toujours plus conscience d'être famille de Dieu, et à rendre perceptible dans les villages, les quartiers et dans les villes l'amour du Seigneur qui dit que dans l'Église elle-même en tant que famille, aucun membre ne doit souffrir parce qu'il est dans le besoin. Le témoignage de la charité fait partie de la vie même de chaque communauté chrétienne. Et depuis le début, l'Église a traduit les principes évangéliques en gestes concrets, comme nous le lisons dans les Actes des Apôtres".

Avec ces sentiments d'unité renouvelée avec vous tous, je vous serre fortement sur mon cœur en ces jours où nous revivons le mystère de la passion, mort et résurrection de Notre Seigneur Jésus Christ et, avec un grand amour, je vous bénis tous.

Votre ami


 

Site de la Communauté missionnaire Redemptor hominis