Italiano Español Nederlands Français
Home arrow Centre d'Études ▸ arrow Publications arrow Cahiers de Réflexion 3




Version imprimable Suggérer par mail


De la dépendance à la responsabilité  


Expérience ecclésiale de prise 

en charge du développement

 au Cameroun

 


 De la dépendance à la responsabilité. Expérience ecclésiale de prise en charge du développement au Cameroun, Centre d’Études Redemptor hominis ("Cahiers de Réflexion" 3), Mbalmayo (Cameroun) 1998, 98 pp.

Cette troisième livraison des "Cahiers de Réflexion" présente l’expérience pastorale réalisée en milieu rural dans trois paroisses de l’archidiocèse de Yaoundé confiées à l’époque à la Communauté Redemptor hominis.

Le Cahier retrace le chemin qui a mené à la naissance d’une organisation coopérative – le Groupe d’initiative commune "Essor" – dont la création entendait dessiner les contours d’un passage d’une pastorale de l’assistance et de la dépendance à une pastorale de la responsabilité. L’insistance sur les sacrements qui avait marqué la première évangélisation a ainsi laissé la place à un projet pastoral global conçu avec la conviction que "pour célébrer la messe, il faut un peu de pain et un peu de vin", fruits du travail de l’homme.

Le premier article du Cahier, du Père Giuseppe Di Salvatore, décrit bien l’évolution de la pastorale des paroisses et le travail d’approfondissement de la foi et de la formation du laïcat qui a été abattu, la participation de la population à la construction matérielle de son Église, une pastorale qui s’efforçait de transformer la culture à la lumière de l’Évangile et qui impliquait toutes les couches de la population, en reconnaissant une place de choix dans l’Église aux pauvres, aux femmes, aux jeunes. Cette pastorale se développa en syntonie profonde avec le magistère du regretté Mgr Jean Zoa, archevêque de Yaoundé.

Sur ce chemin d’une Église qui chemine avec le peuple, une étape déterminante fut la réalisation d’une enquête socio-économique, à caractère participative, effectuée par le Centre d’Études Redemptor hominis de Mbalmayo dans le territoire des trois paroisses, présentée dans ce Cahier par Emanuela Furlanetto. L’enquête visait l’élaboration d’un projet de réponse aux problèmes structurels dramatiques des paysans de cette région du sud du Cameroun, rendus plus aigus par la récession économique et les Plans d’ajustement du FMI. Au cours de l’année 1994 les populations s’investirent dans la participation à cette enquête, participation qui entendait être un moment de réflexion poussée, de repérage des difficultés et potentialités économiques, ainsi que des voies d’issue à la situation.

Cette vaste mobilisation, prélude à une action, se révélait être elle-même une action, un changement des attitudes des personnes rencontrées et interpellées. C’était une invitation à une plus grande prise de responsabilité, une réaction à la résignation et à cette démission qui, dans les campagnes, tend souvent à prendre la forme d’explications magiques. La procédure de l’enquête sociologique, en effet, en soulignant la nécessité de la connaissance rationnelle et de l’élaboration scientifique, faisait appel à l’intelligence et à la créativité. C’est pour cette raison que l’enquête a pris comme devise un proverbe bëti : Minsili miavë mod fëg, ce qui signifie : "Les questions donnent à l’homme l’intelligence". C’est grâce à l’intelligence et à la détermination des populations que l’enquête à abouti à la constitution d’une forme d’association paysanne,  le Gic Essor.

D’autres articles complètent le Cahier : il y a une réflexion sur les impasses du développement paysan au Cameroun et une autre sur le magistère de l’Église concernant le développement. Une histoire de vie, celle d’Amougou, par le microcosme personnel, exprime toute la richesse de l’expérience d’espoir vécue par les paysans.

Ce Cahier a été l’expression d’un temps fort de cette expérience pastorale de la Communauté Redemptor hominis au Cameroun, expérience qui a connu par la suite de nombreuses difficultés et des échecs aussi. Le même Gic Essor, après dix ans de vie, s’est éloigné de ses racines ecclésiales, fait qui demanda à la Communauté et aux fidèles des paroisses une profonde remise en question et une nouvelle orientation à la vie pastorale.

En 2008, la phase d’implantation ecclésiale terminée, la Communauté a remis les trois paroisses à l’Archidiocèse de Yaoundé.

L’attention aux jeunes et aux problèmes du développement et de la participation économique à la vie de l’Église, les lignes d’une pastorale de la responsabilité et de l’intelligence, la nécessité de l'approfondissement de la foi et de la formation du laïcat, demeurent, cependant, des priorités pour l'évangélisation.

Le disciple du Christ, en effet, comme le rappelle Africae munus, doit se forger une vie chrétienne adulte, attentive aux dimensions théologales et morales de ses actes, et devenir ainsi capable de faire face aux difficultés de la vie sociale, politique, économique et culturelle, car "la contribution des chrétiens en Afrique ne sera décisive que si l’intelligence de la foi aboutit à l’intelligence de la réalité" (n. 32).


La Rédaction


 

TABLE DES MATIÈRES

 

LIMINAIRE

5

«LA FORCE DES SUIMANGAS»

 

Le long chemin de l’organisation des paysans «Essor

 

par Giuseppe Di Salvatore

11

TOUT LE CIEL ET TOUTE LA TERRE

 

Histoire d’Amougou

 

par Giuseppe Di Salvatore

48

« LES QUESTIONS DONNENT À L’HOMME L’INTELLIGENCE »

 

L’enquête socio-économique conduite dans les missions

 

d’Ozom, Nkum Ekye, Nkol Messi

 

  par Emanuela Furlanetto

52

LE PAYSAN CAMEROUNAIS SOUS L’EMPIRE DU CACAO ?

 

par Daniele De Angelis

75

LE DÉVELOPPEMENT DES PEUPLES DANS LE

 

MAGISTÈRE DE L’ÉGLISE

 

par Silvia Recchi

85

 






 

 

Site de la Communauté missionnaire Redemptor hominis