Italiano Español Nederlands Français
Home arrow Profils missionnaires et spirituels arrow Se convertir à la joie. Benedetta Bianchi Porro/4
Version imprimable Suggérer par mail




 

Se convertir A la joie

Benedetta Bianchi Porro/4

 

 

 

Jusqu’à présent, pour connaître son expérience, nous avons laissé Benedetta nous conduire par la main.

Nombreux sont aussi les témoignages qui nous restituent la figure de Benedetta ; les plus impressionnants, notamment ceux de sa maman et de ses amis, remontent surtout aux derniers mois de sa vie, pendant lesquels elle subit une véritable transformation. Désormais, c’était le Christ qui vivait en elle : Benedetta en devint pure transparence.

  

 

“Je vis, par elle, l’image de Jésus Crucifié…”

Comme son journal le témoigne constamment, Benedetta aimait depuis son enfance la vie dans toutes ses manifestations, notamment la nature et le soleil dont la lumière et la chaleur la consolaient aussi pendant sa maladie.

La dernière transformation de Benedetta se réalise avec son dernier sacrifice : elle perd aussi la vue des suites d’une opération de la tête. Elle a été ainsi spoliée complètement de tout ce qu’elle chérissait : de la beauté de la création, de la lecture des livres qui faisaient vibrer son âme et surtout des visages des personnes aimées…

Benedetta avec sa famille

Quinze jours avant l’intervention chirurgicale en question, consciente tout de même du risque qu’elle courait, Benedetta apprit aux membres de sa famille l’utilisation de l’alphabet muet : désormais, en effet, ses proches pourront communiquer avec elle seulement par la pression des doigts sur sa main.

Maria Grazia, l’amie de Benedetta qui l’assista à l’hôpital à côté de sa maman, raconte que les souffrances physiques unies à l’angoisse de la solitude totale furent pour Benedetta un véritable Calvaire, ce qui l’amena à s’exclamer : “Quelle fatigue, mon Dieu, quelle fatigue ... Ma croix est la plus lourde des réalités que je puisse supporter …, je ne veux pas me donner par force, mais je veux me donner avec joie !”[1].

La perte de la vue, qui pourrait être considérée d’un point de vue humain seulement comme un échec ultérieur, devient une victoire grâce à l’acceptation de la volonté de Dieu par Benedetta. C’est toujours son amie Maria Grazia qui raconte l’impression que lui firent les paroles de remerciement de Benedetta pour être restée à côté d’elle dans son “jardin des oliviers” : “Je me rendis compte tout d’un coup que quelque chose avait changé, à partir du moment où elle était devenue aveugle. Finalement, elle semblait envahie par une grande paix, comme si elle se sentait libérée complètement de la peur et de l’angoisse. Il semblait que la cécité fût pour elle un état de grâce, une route vers la joie et la lumière”[2].

Comme l’affirmait le théologien Divo Barsotti qui scruta avec profondeur l’expérience spirituelle de Benedetta : “La sainteté implique cette intervention qui arrache l’homme à ses racines les plus profondes et le transfère dans un monde nouveau de pure lumière. Les hommes perçoivent qu’une âme pareille est complètement donnée dans l’amour, mais justement en raison de cette perfection d’amour, ils ressentent qu’elle n’appartient plus au monde d’ici-bas. La sainteté est véritablement la révélation la plus élevée de Dieu : le saint est complètement possédé par le Christ ; et seul le Christ vit en lui”[3].

Dans ce sens, le témoignage le plus bouleversant de cette transformation de Benedetta dans le Christ est celui de la maman : “Ce fut lors d'une matinée très chargée pour moi que, fatiguée et exaspérée, je la pris de tout son poids et je la jetai sur son lit ; elle tomba ainsi, les bras ouverts et la tête doucement inclinée sur une épaule : en la voyant si douce et si disponible, je m’irritai encore davantage. Je lui enlevai sans délicatesse sa robe de chambre et sa chemise pour la laver. Soudain, je vis, à travers elle, l’image de Jésus Crucifié. Je pleurai et je lui demandai pardon. ‘Non, non maman – dit-elle – c’est moi qui dois te demander pardon puisqu’il est évident que je ne sais pas te demander ces choses assez bien’”[4].

La figure et les témoignages d’Elsa, la mère de Benedetta, restée à côté d’elle jusqu’à la fin, sont remarquables.

Définie comme “une mère digne de la fille angélique, investie d’une grâce singulière”[5], maman Elsa écrivit à Sr Alberta (maîtresse de Benedetta à l’école primaire) : “Elle est sereine dans le Seigneur. Elle vit en priant, en chantant, en dictant des lettres aux amis ; elle vit d’une manière plus angélique qu’humaine … Elle est d’une obéissance déconcertante et édifiante. Elle est forte, douce, sûre … Je ne suis plus affligée par cet état de santé de ma fille, mais je la regarde humblement, sereinement, comme on regarde les saints à l’église”[6].

Sa mère fut donc transformée aussi et se mit au service de la mission de la souffrance de Benedetta, en se laissant engendrer elle-même à une vie nouvelle, comme elle l’avouera du reste : “Quand Benedetta mourut, il me semblait être devenue orpheline. C’était moi la fille qui avait perdu la maman, puisqu’elle était notre guide…”[7].

Son père qui, auparavant, n’acceptait pas la souffrance de sa fille, après la mort de celle-ci, a témoigné d’un ton sobre et solennel que Benedetta lui avait appris la fraternité universelle et l’amour du prochain par son attention à tous et que dans son corps dévasté on ressentait la présence de Dieu[8].

Les frères et les sœurs de Benedetta aussi rappellent d’elle surtout son grand amour à la vie et son humanité exquise, malgré ses souffrances physiques atroces. Son frère Corrado, qui avait 14 ans vers la fin de la vie de Benedetta, affirme que ce n’était pas la souffrance qui était la réalité la plus évidente en elle, mais plutôt “une joie secrète, tranquille, sûre, qui nous donnait confiance en la vie”[9].

Son frère Corrado Bianchi Porro

Face aux questionnements inévitables qui surgissaient avec douleur et tendresse dans leurs cœurs, Benedetta enseignait à ses petits frères et sœurs à regarder toujours au-delà, à accepter la limite de notre compréhension et à dire merci pour tout[10].

C’est dans ce sens que Corrado expliquera aussi cette piété populaire très grande qui existe envers Benedetta : “Parce qu’elle n’est pas étrangère à notre douleur. Parce qu’elle connaît bien notre fatigue, nos dettes. Elle nous supporte et elle est notre amie, toujours. Parce qu’elle nous enseigne le levain de la patience et de l’attente, même quand nous voudrions savoir tout et tout de suite. Parce que le Paradis n’est pas, en fin de compte, si difficile à imaginer”[11].

Benedetta rayonne Dieu

La pauvreté totale de Benedetta a permis l’intervention de Dieu qui a pris définitivement pleine possession d’elle. Et ses amis désormais éprouvent pour elle une véritable vénération ; d’une manière plus ou moins consciente, ils recherchent cette présence de Dieu en elle.

On pourrait multiplier les récits de ses amis, des conseils et de la clairvoyance spirituelle que Benedetta leur avait prodigués par sa correspondance et les rencontres. Elle vivait ces occasions comme une véritable mission que le Seigneur lui avait confiée. Elle ne fut et ne se montra donc jamais repliée sur elle-même et sur sa souffrance, mais elle demeura toujours attentive à la souffrance des autres, pour consoler, pour encourager, pour corriger et parler d’eux au Seigneur.

Elle ne s’attacha donc pas aux amitiés ; ces dernières ne furent pas la recherche d’une vaine consolation, mais elle pria pour ses amis afin qu’ils puissent trouver le Seigneur, comme elle l’avait trouvé. Elle rayonna Dieu et le mystère salvifique de la Croix du Christ. Elle était pour les jeunes qui lui rendaient visite, “une rencontre avec Dieu lui-même à travers elle. Sa présence était un sacrement de Dieu”[12].

Benedetta avec une amie

La vie des amies de la première heure fut marquée par Benedetta et celles-ci lui rendirent un grand témoignage. Nicoletta, son amie et sa mère spirituelle, lui écrivait finalement ainsi : “Je t’aime bien aussi pour la clarté avec laquelle tu me montres le Christ en croix, comme unique sens de la vie, sans sermonner, mais par ce que tu es, qui t’est donné d’être. Tous les autres, il est bien vrai, sont eux aussi un signe de Dieu, mais personne n’est un signe d’une manière si essentielle, si dure, si simple et si douce comme toi. Dieu t’a donné un rôle si important dans le message de la Croix…”[13].

Maria Grazia lui écrivait aussi: “Tu as été pour moi la route ; tu m’as donné le témoignage de Lui. Je n’ai pas cru à ceux qui me parlaient de Lui. Mais à toi, qui as souffert et qui souffres avec Lui, je ne peux que croire. Tu as gagné … C’était seulement cela que je voulais te dire : le Seigneur ne pouvait te donner une vie plus belle, plus riche. Tu es importante pour moi ; tu es la réalité la plus belle et la plus chère que je puisse avoir ; tu es le visage même de l’espérance. Je t’aime beaucoup ! Tu es à côté de moi à chaque instant puisque je ne pourrais jamais plus me séparer de toi. Je te garde en moi comme une flamme, comme un signe. Que Dieu Tout-Puissant puisse te donner la Joie … Je voudrais faire quelque chose pour toi, te rendre témoignage”[14].

Antonietta Cipollini

(À suivre)

 

 

______________________

[1] D.M.Turoldo, Profilo spirituale della serva di Dio Benedetta Bianchi Porro, in B. Bianchi Porro, Scritti completi. A cura di A. Vena, San Paolo, Milano 2006, 52 (dorénavant Scritti completi).

[2] D.M.Turoldo, Profilo spirituale..., 54.

[3] D. Barsotti, Il cammino verso la luce, Quaderni di Benedetta 1, Fondazione Bianchi Porro, Dovadola 2007, 14; la lecture intégrale est disponible en ligne: www.benedetta.it/ita/Pubblicazioni/htm

[4] D. Barsotti, Il cammino verso la luce..., 14.

[5] C. Fabro, Momenti dello spirito. La missione ecclesiale di Benedetta Bianchi Porro, 2, in www.corneliofabro.org

[6] C. Fabro, Momenti dello spirito..., 2.

[7] Omelia di Mons. Angelo Comastri in occasione della Santa Messa celebrata il 23 gennaio 2005 a Dovadola, per la commemorazione del passaggio al Padre di Benedetta, 1, in www. Benedetta.it/ita.htm ; l’homélie de Mgr Comastri reprend plusieurs témoignages de la maman de Benedetta et les épisodes saillants où Benedetta intervint dans les vicissitudes de sa famille.

[8] Cf. D. Barsotti, Il cammino verso la luce..., 19.

[9] J. Guerriero, Intervista a Corrado Bianchi Porro, in www.testimonideltempo.it

[10] Cf. J. Guerriero, Intervista a Corrado Bianchi Porro...

[11] J. Guerriero, Intervista a Corrado Bianchi Porro...

[12] D. Barsotti, Il cammino verso la luce..., 20. Plusieurs jeunes qui rendaient visite à Benedetta faisaient partie du mouvement catholique de "Gioventù Studentesca" (abrégé GS) fondé par le prêtre Luigi Giussani à Milano en 1954.

[13] B. Bianchi Porro, L’Epistolario, Nicoletta Padovani a Benedetta (14 agosto 1962), in Scritti completi, 567-568.

[14] B. Bianchi Porro, L’Epistolario, Maria Grazia Bolzoni a Benedetta (9 ottobre 1962), in Scritti completi, 570-571.


19/05/2014


 

Site de la Communauté missionnaire Redemptor hominis