Italiano Español Nederlands Français
Home arrow Connaître la vie consacrée ▸ arrow Connaître la vie consacrée/13. Un approfondissement du baptême




Version imprimable Suggérer par mail


 

Connaître la vie consacrée/13

 


UN APPROFONDISSEMENT DU BAPTÊME

Consécration baptismale et religieuse

 

 

Certains fidèles se posent la question suivante : pourquoi l'état de la vie consacrée n'exige-t-il aucun sacrement spécifique ?

On parvient à la prêtrise par le sacrement de l'ordre qui imprime un caractère spécial et établit le fidèle dans la fonction de ministre sacré. Pour le mariage chrétien aussi, il y a un sacrement, par lequel un homme et une femme deviennent des "époux" auxquels est confié le devoir d'exprimer de façon visible le rapport d'amour entre le Christ et son Église.

Pour la vie consacrée, par contre, aucun sacrement n'est prévu ; elle se relie aux sacrements fondamentaux qui constituent le fidèle chrétien : le baptême et la confirmation.

Ceci dit, il est nécessaire d'approfondir quelques aspects théologiques concernant ce rapport entre la consécration baptismale et la vie consacrée.

Vocation baptismale et vie consacrée

Les personnes consacrées ne se trouvent pas, sacramentellement parlant, dans une nouvelle situation dans l'Église ; elles vivent simplement la condition chrétienne commune, elles répondent avec une modalité spéciale aux exigences du baptême et de la confirmation, c'est-à-dire aux exigences de la vocation chrétienne pure et simple.

La vie consacrée n'est pas un super baptême, mais elle est enracinée profondément dans la consécration baptismale. Les consacrés sont une expression particulièrement intense de la vocation commune de tous les fidèles, ils ne sont pas une aristocratie spirituelle, ni une classe privilégiée.

Le débat théologique sur le rapport entre la consécration baptismale et la consécration religieuse s'est souvent révélé très vif. Il a peut-être été parfois exprimé de manière non équilibrée au profit d'une supériorité présumée de la vie consacrée sur la condition commune du fidèle baptisé. Plutôt que d'une vision authentiquement biblique, cette vision s'est nourrie de plusieurs arguments dérivant de la philosophie grecque inspirée par une spiritualité de "fuite" du monde, d'évasion de l'histoire et par un idéal de perfection morale fondé sur le mépris du corps et des réalités créées[1].

Les Pères du Concile, qui ont travaillé à la Constitution dogmatique Lumen gentium, avaient programmé dans un premier temps de traiter en un seul chapitre la "Vocation universelle à la sainteté dans l'Église", l'actuel chapitre V, et "Les Religieux", l'actuel chapitre VI. L'intention était de mettre en évidence la cohésion profonde entre la vocation chrétienne universelle et la vocation religieuse. L'unité du chapitre fut ensuite remise en cause, sur demande d'un groupe d'Évêques qui voulaient donner une place appropriée et un honneur spécial à la vie religieuse et à sa mission dans l'Église. Les deux chapitres restent cependant intimement unis dans leur vision.

Le Concile s'est préoccupé de mettre l'accent sur l'universalité de l'appel à la sainteté, qui consiste pour tous à atteindre la charité, dans sa double dimension d'amour filial pour Dieu et d'amour fraternel envers le prochain.

Vatican II a évité de donner l'impression que la sainteté était une espèce de monopole des religieux, en affirmant le caractère exigeant de la vocation chrétienne. C'est le baptême qui introduit dans la radicalité évangélique et qui constitue une "rupture" avec la logique du monde, dans l'adhésion à la nouvelle vie en Christ. Une telle radicalité n'est pas réservée à l'une ou l'autre catégorie de fidèles, même si la manière concrète de l'assumer est différente.

Il n'est donc pas légitime d'établir une hiérarchie de valeurs entre la réalité baptismale du fidèle et celle qui provient de la vie consacrée qui est une réponse au baptême, une voie spéciale de réalisation de l'existence chrétienne.

Un titre "nouveau et particulier"

Si la finalité de la vie chrétienne est unique – tous les baptisés poursuivent une fin commune, à savoir la poursuite de la charité – les routes pour y parvenir peuvent être différentes ainsi que les conditions de vie concrète pour l'exprimer. L'originalité de la vie consacrée se trouve dans les moyens choisis, notamment la pratique des conseils évangéliques, pour atteindre cette fin commune.

Par la profession de la chasteté, de la pauvreté et de l'obéissance, vécues selon les charismes des instituts, les personnes consacrées renoncent à fonder leur propre famille, vivent un détachement existentiel des valeurs et des biens naturels du monde. Pour elles, il ne s'agit pas seulement de vivre la vie ordinaire, tout en l'imprégnant d'esprit évangélique, mais de créer de nouvelles structures de vie fraternelle, qui reçoivent leur sens du Christ et des valeurs évangéliques, assumées comme des valeurs absolues. Pour cette raison, les personnes consacrées adoptent un style de vie qui manifeste avec une plus grande visibilité l'aspect transcendant de la vocation chrétienne et sa dimension eschatologique.

Le Magistère de l'Église considère la consécration de ceux qui professent les conseils évangéliques comme un approfondissement, une expression "plus pleine" de la consécration baptismale ; il la définit comme une "consécration spéciale", à un "titre nouveau et particulier"[2].

Dans la mission de manifester la sainteté, la vie consacrée dans l'Église "se situe objectivement à un niveau d'excellence", en reflétant la même manière de vivre que le Seigneur[3]. Cela ne doit pas conduire à affirmer la supériorité "subjective" des personnes consacrées, comme si elles étaient déjà arrivées à la sainteté grâce à leur vocation et à un "nouveau titre", mais c'est seulement reconnaître que leur état de vie, en soi, "annonce et anticipe en quelque sorte le temps à venir"[4], il manifeste la plénitude de la vocation chrétienne et ses perspectives eschatologiques.

Quelques auteurs ont accueilli avec difficulté les expressions "vie consacrée" et "consécration", par rapport aux fidèles qui professent les conseils évangéliques, de peur qu'une telle terminologie ne puisse insinuer une sacralité spéciale, une supériorité des personnes consacrées sur les simples baptisés.

Par le terme "consécration", le Magistère de l'Église a voulu affirmer que la voie de la profession des conseils évangéliques est possible par une grâce de l'Esprit, c'est une voie charismatique et non simplement ascético-morale. À cette voie ne sont pas appelés tous les baptisés, parce qu'elle suppose une vocation. Même si la consécration dont on parle n'est pas sacramentelle, elle naît toujours d'une nouvelle intervention divine et d'une nouvelle grâce accueillie par le fidèle et donnée pour l'édification de l'Église.

"Dans la tradition de l'Église, la profession religieuse est considérée comme un approfondissement unique et fécond de la consécration baptismale ... Mais le baptême ne comporte pas par lui-même l'appel au célibat ou à la virginité, le renoncement à la possession des biens, l'obéissance à un supérieur, sous la forme précise des conseils évangéliques. La profession de ces conseils suppose donc un don de Dieu particulier qui n'est pas accordé à tous, ainsi que Jésus lui-même le souligne dans le cas du célibat volontaire (cf. Mt 19, 10-12). D'ailleurs, à cet appel correspond un don spécifique de l'Esprit Saint, afin que la personne consacrée puisse répondre à sa vocation et à sa mission"[5].

Silvia Recchi

 

______________________

[1] Cf. E. Bianchi, Si tu savais le don de Dieu. La vie religieuse dans l'Église, Lessius, Bruxelles 2001, 45-47.

[2] Cf. Perfectae caritatis, 1 et 5 ; Vita consecrata, 30 ; Code de Droit Canonique, can. 573.

[3] Cf. Vita consecrata, 32.

[4] Cf. Vita consecrata, 32.

[5] Vita consecrata, 30. L'exhortation précise ultérieurement : "La profession des conseils évangéliques est aussi un développement de la grâce du sacrement de la Confirmation, mais cela dépasse les exigences normales de la consécration propre de la Confirmation en vertu d'un don particulier de l'Esprit, qui fait développer de nouvelles capacités et produire de nouveaux fruits de sainteté et d'apostolat, ainsi que le montre l'histoire de la vie consacrée. Quant aux prêtres qui font profession des conseils évangéliques, l'expérience montre que le sacrement de l'Ordre reçoit une fécondité particulière de cette consécration, du fait qu'elle est une exigence et un appui pour un lien plus étroit avec le Seigneur. Le prêtre qui fait profession des conseils évangéliques est particulièrement aidé à revivre en lui la plénitude du mystère du Christ, également grâce à la spiritualité propre de son Institut et à la dimension apostolique de son charisme".


31/05/2014

 

 

Site de la Communauté missionnaire Redemptor hominis