Italiano Español Nederlands Français
Home arrow Amerique Latine arrow Vie de la paroisse d'Ypacaraí arrow “On le sent, on le sent, François est présent !”




Version imprimable Suggérer par mail




Vie de la paroisse de Ypacaraí

 


“ON LE SENT, ON LE SENT, FRANÇOIS EST PRÉSENT !”


  

 

Une manifestation intense de foi et une grande fête du peuple : c’est ce qu’a représenté pour la ville de Ypacaraí l’attente du passage du Saint-Père, attente aboutissant à la jubilation de sa présence et, pour de nombreuses personnes, à la joie de le voir en train de les bénir depuis la fenêtre de sa voiture.

En effet, le programme du voyage apostolique du Pape François en Equateur, en Bolivie et au Paraguay, prévoyait son passage par la ville de Ypacaraí, située sur la route qui mène à la ville limitrophe de Caacupé, siège du plus important sanctuaire marial du Paraguay où le Saint-Père devait célébrer une Messe avec la participation d’une grande foule de fidèles.

Conscient de la grande importance du passage du Pape par notre ville, le maire de Ypacaraí, Raúl Fernando Negrete Caballero, avait décidé de se charger personnellement de l’organisation de l’hommage au Saint-Père, en mobilisant les citoyens afin qu’ils y soient massivement présents.

Et la réponse de la population a dépassé largement toute attente : déjà au petit matin, une multitude de personnes s’était massée des deux côtés de la route nationale 2, qui traverse notre ville, l’une des plus importantes artères du Pays reliant Asunción, la capitale, à la frontière du Brésil.

Les habitants, surtout les jeunes, ont formé un authentique cordon humain, joyeux et coloré, tout au long du tronçon de la route nationale 2 qui passe par le centre ville.

Les jeunes ont vécu des moments d’émotion profonde et de gaieté : ils étaient habillés de leurs tenues de gala scolaires, ainsi que d’habits traditionnels, ils hissaient les drapeaux de la Cité du Vatican et du Paraguay, ils agitaient des petits fanions et des ballons de couleur jaune et blanche, ils soulevaient des banderoles avec des phrases de bienvenue, ils jouaient des tambours et scandaient des phrases d’affection pour le Saint-Père.

Au niveau de l’église paroissiale, consacrée au Sacré-Cœur de Jésus, dont la façade avait été décorée avec les couleurs de la Cité du Vatican, sans compter les drapeaux du Paraguay et de la ville de Ypacaraí, une place avait été prévue pour les grands malades et les personnes avec un handicap : assis sur une estrade, eux aussi, conscients de la place spéciale qu’ils occupent dans le cœur du Saint-Père, ont pu percevoir, de cette position surélevée, le passage du Pape.

Dans cet espace central, on avait aussi installé la statue du Sacré-Cœur de Jésus vénérée par beaucoup de paroissiens ainsi que par les fidèles des villes voisines et même d’Asunción, sans compter les étendards des Capillas faisant partie de la Paroisse Sagrado Corazón de Jesús.

Pour souligner le caractère exceptionnel des jours de la présence du Saint-Père au Paraguay, les autorités de la ville avaient décidé d’éclairer, avec un jeu de lumières très suggestives, la façade et l’un des deux côtés de l’église, tout au long du séjour du Pape au Paraguay.

Les jours précédents, en vue de la coordination de tous les efforts, le maire avait convoqué les proviseurs des écoles secondaires de la ville, qui accueillent plus de trois mille adolescents, afin d’établir avec eux les détails des salutations de la ville au Pape.

Vivement appuyé par les proviseurs, très enthousiastes de l’initiative, le maire a ainsi décidé que le cordon d’honneur devait être formé par les jeunes des différentes institutions éducatives.

Les jeunes sont devenus ainsi les protagonistes de cette cérémonie de salutation, ce qui réfléchit et exprime l’une des caractéristiques et des finalités du voyage apostolique du Saint-Père qui a considéré les jeunes comme l’une des catégories privilégiées auxquelles il a bien voulu s’adresser.

Derrière les jeunes, il y avait une multitude d’adultes animés par les mêmes sentiments.

Les heures d’attente ont été vécues comme celles d’une rencontre de famille, avec la joie d’être ensemble et le partage des mêmes sentiments, avec cette unité que seulement la foi peut réaliser, et qui dépasse toutes ces barrières qui caractérisent d’habitude la vie sociale : barrières de sensibilité politique, de niveau économique, d’âge, de quartier, et de nombreux autres genres. “Que c’est beau ! Nous nous sommes sentis comme les membres d’une même famille ! Hélas, cela n’arrive pas souvent !”.

En venant massivement, les habitants de Ypacaraí, avec leur joie, leurs couleurs, leurs cris et leurs larmes ont montré au Pape François toute la profonde affection qu’ils éprouvent pour lui en qui ils voient “le doux Christ sur terre”.

Michele Chiappo

(Traduit de l’italien par Franco Paladini)


 

     
    
     


  
  



13/07/2015


 

Site de la Communauté missionnaire Redemptor hominis