Italiano Español Nederlands Français
Home arrow Afrique arrow Nouvelles d'Afrique arrow Le pagne africain entre tradition et modernité/1
Version imprimable Suggérer par mail

Nouvelles d'Afrique

 



LE PAGNE AFRICAIN ENTRE TRADITION ET MODERNITÉ/1

 

On associe souvent les habits d'origine africaine aux couleurs voyantes des tissus pagnes qu'on attribue au tempérament vif de ces peuples. On ne soupçonne pas la richesse anthropologique, la signification des symboles et les messages exprimés par les dessins des pagnes et les échanges réalisés par ces tissus avec d'autres continents.

 

 

 

Signification et origine du pagne

Le terme pagne dans l'Afrique francophone dérive de l'espagnol "paño", morceau de tissu. Le pagne est donc un morceau de tissu ou de matériel végétal tressé (par exemple le raphia) en forme rectangulaire avec lequel une personne se couvre de la taille aux genoux ou aux pieds. Dans certaines cultures traditionnelles et dans les zones les plus chaudes, on laissait le torse nu ou bien on se drapait de plusieurs manières ; les femmes souvent le nouaient sur la poitrine.

Aujourd'hui on utilise le même type de tissu en cousant des ensembles ; les filles portent simplement des chemises de coupe moderne ou bien des polos sur le tissu pagne noué à la taille. "Une femme se reconnaît à la manière de nouer son pagne", dit un proverbe africain.

Le pagne est donc l'habit en tissu le plus simple que l'homme ait jamais créé et mis pour se couvrir, utilisé par l'homme et la femme, en forme simple ou décoré de diverses manières, selon les différentes ethnies et cultures.

Avant l'arrivée des tissus d'Asie et d'Europe, l'Afrique Occidentale connaissait déjà les techniques de filage, de tissage et teinture naturelle du coton par des écorces, des racines et de l'argile. De nombreuses techniques ancestrales ont été transmises et constituent encore la base de la diversité et de la richesse de la variété culturelle du pagne, même après l'appropriation des techniques arrivées de l'extérieur.

Actuellement, le pagne traditionnel au Cameroun est destiné à être coupé en trois parties : celle qu'on noue autour de la taille, la partie supérieure que l'on drape ou coud, une troisième partie sera utilisée comme foulard, comme châle ou destinée à d'autres fonctions.

On trouve des pagnes de différents styles, qualités et valeurs, selon le tissu et la technique de travail. On peut utiliser le pagne comme un drap dans lequel on s'enveloppe pour se protéger du froid de la nuit, comme serviette ou un peignoir quand on va se laver au fleuve ou prendre la douche à la maison ; on adapte le pagne comme tablier dans les travaux domestiques, comme objet de décoration pour embellir une salle, comme foulard pour éviter la poussière pendant les voyages sur les pistes, comme porte-bébé sur le dos et pour les protéger des changements de température.

Le pagne a en effet une valeur évocatrice très forte de la mère. Dans certaines cultures où on pratiquait le rite d'initiation des garçons ces derniers partaient en forêt avec pour seule richesse le pagne de leur mère. Les filles, étant à l'âge de la puberté, commençaient par recevoir le pagne plus précieux de la mère, pour attirer l'admiration de l'autre sexe.

Avoir plusieurs pagnes a toujours été considéré comme une richesse, une valeur d'échange aussi ; en tout cas, le pagne fut un symbole de vie très fort dans les différents rites de passage. Aujourd'hui encore, à l'occasion du paiement de la dote d'une femme, l'époux ne peut se permettre d'oublier le don des pagnes de valeur, pour la belle-mère, à titre de respect, de dédommagement et de remerciement, en souvenir des différents pagnes utilisés pour porter sur le dos la promise quand elle était un enfant, ou pour la faire grandir.

Le pagne peut-être aussi un symbole d'intimité du couple, on peut l'étaler sur le lit matrimonial, et en tant que tel, l'épouse peut le donner à l'époux, en cas de voyage, pour son utilité mais aussi comme symbole de fidélité[1].

Rencontre entre deux mondes

On pourrait continuer longuement à présenter les diverses facettes culturelles et traditionnelles du pagne qui survivent, encore aujourd'hui, dans plusieurs pays et dans les différentes aires culturelles du Cameroun.

Ce que nous voulons souligner, ici, c'est que le pagne est une expression culturelle qui embrasse la tradition, les pratiques populaires ainsi que la vie urbaine et moderne. Le pagne représente la rencontre entre deux mondes, l'Afrique et l'Europe, entre l'artisanat et les industries, entre les producteurs et les consommateurs.

Le pagne le plus diffusé aujourd'hui est en coton et il est réalisé en usine, on l'appelle wax-print ou african print, il exhibe un style spécifique, malgré l'exubérance de ses couleurs et de ses motifs, pour répondre aux tendances esthétiques de la demande africaine².

"Á l'african print, depuis longtemps sédimenté dans le Continent, on donne une grande valeur et les femmes le considèrent comme l'expression de l'authenticité de la femme africaine moderne et cela malgré le fait que la plupart des pagnes en circulation dans les marchés de l'Afrique Occidentale et Centrale soient d'origine européenne et asiatique.

Toute l'histoire de l'african print nous met face à un processus de construction de l'authenticité africaine 'par appropriation' et à une capacité d'invention culturelle qui exploite d'une manière exemplaire les mécanismes de l'hybridation et du collage"[2].

L'histoire du tissu pagne fabriqué en Europe comme le wax hollandais, par sa technique d'impression avec la cire hydrophobe brisée, originaire de l'Indonésie, en est un exemple. Il suscita un grand intérêt en Afrique Occidentale pendant la période coloniale, où on s'appropria des techniques, en les greffant sur les connaissances locales et en produisant les premiers batiks africains.

"Les origines du pagne actuel remontent, en effet, aux premières importations des cotonnades 'indiennes' de l'Asie et de l'Europe qui déjà à l'époque du plein développement du commerce de traite, au XVII siècle, assument une valeur commerciale remarquable. Introduit avec le nom de java par les soldats de l'actuel Ghana recrutés... par l'armée hollandaise dans le cadre des opérations militaires dans l'ile de Java entre 1855 et 1872, les pagnes-batiks furent adoptés rapidement dans les régions qui se penchent sur le golfe de Guinée"[3].

Signes d'appartenance sociale

Au Cameroun, le commerce des pagnes est important dans l'économie du pays, au niveau de la production locale, avec l'industrie de transformation du coton du Cameroun (CICAM), troisième entreprise du pays, ainsi qu'au niveau des échanges avec les pays voisins et ceux de l'Occident.

Le pagne est utilisé pour fabriquer des habits traditionnels et modernes puisque la femme camerounaise passe avec désinvolture d'un registre à l'autre : elle tient à être moderne, mais aussi à respecter les traditions. Aujourd'hui l'utilisation du pagne se diversifie aussi en plusieurs accessoires de mode et de ménage.

Le pagne exprime l'appartenance à un groupe social, surtout quand la valeur du tissu est élevée, ou l'appartenance à une famille, à une association à caractère religieux ou d'entraide économique.

On arbore un nouveau pagne lors des moments importants de la vie. À l'occasion par exemple d'un baptême, d'un mariage, d'un enterrement, d'une ordination sacerdotale ou épiscopale, d'un événement historique, comme la visite du Pape ou bien d'un président étranger, on choisit des pagnes et on fait imprimer expressément des images et des phrases ad hoc.

Ces pagnes seront achetés par les participants à la fête qui feront coudre aussi à leur goût un habit pour les femmes, ou bien un ensemble pantalon et chemise pour les hommes, en style traditionnel ou moderne. Ces habits représenteront, en une fête de couleurs et motifs différents, l'appartenance à la famille élargie de l'époux ou de l'épouse, au groupe des amis du travail et en tout cas, la participation la plus rapprochée à l'évènement.

Le pagne est aussi un instrument de propagande politique et électorale : on y imprime à dessin le visage des candidats aux élections et leurs slogans.

Dans certains pays, les pagnes reprennent aussi avec ironie les slogans et les problèmes de conjoncture sociale et économique ou bien illustrent les objets électroniques, symboles de modernité, comme le cellulaire.

Les grandes fêtes internationales, comme celle du travail, de la mère, et les fêtes nationales ou corporatives, comme la fête des enseignants, sont des occasions pour acheter ou recevoir comme cadeau le pagne qui renouvellera le dessin ou les couleurs chaque année.

Une histoire particulière à signaler est celle du pagne de la fête de la femme utilisé pour le défilé traditionnel. Il fut conçu au Nord Cameroun, en 1991, à un moment d'espérance et changement social, et voulait signifier l'affirmation d'émancipation de la femme, surtout dans un contexte à majorité musulmane. Il devint une tradition nationale, compte tenu du grand intérêt exprimé par les femmes, et malgré les résistances des hommes[4].

L'initiative fit discuter beaucoup sur sa signification, puisqu'on risquait de transformer la journée de l'égalité des droits de la femme en la "fête du pagne". Il est incontestable, toutefois, que les intérêts commerciaux s'unirent au désir des femmes de se manifester et d'évoluer davantage en milieu publique, en sortant du rôle privé auquel elles étaient et sont encore souvent reléguées.

Antonietta Cipollini

(À suivre)

 

[1] Cf. I tessuti in Costa d'Avorio, in www.youtube.com ; cf. La magie et le langage des pagnes, 1 juin 2012, in www.youtube.com ; cf. aussi, Le pagne africain, un art de vivre, 8 mai 2013, in www.facebook.com

[2] Renvoyons pour un approfondissement de ces éléments historiques et culturels à une étude ethnologique intéressante à laquelle nous nous sommes référés : M. G. Parodi da Passano, Il linguaggio dei tessuti. Donne africane e tessuti wax-print : una storia di appropriazione culturale, in "Afriche" n. 52 (2001); le texte est accessible dans le web, cf. www.missioniafricane.org ; cf. aussi R. G. Blé, Le pagne. Un moyen de communication en Côte d'Ivoire, in "Communication" vol. 30/1 (2012) ; le texte est toujours accessible sur le web : www.communication.revues.org/3026

[3] M. G. Parodi da Passano, Il linguaggio dei tessuti...

[4] Cf. Il était une fois un jour de pagne. Reportage Actu spéciale à la CICAM, spécialiste du pagne au Cameroun (2006), in www.youtube.com

   

 

23/02/2017

 

Site de la Communauté missionnaire Redemptor hominis