Italiano Español Nederlands Français
Home arrow Afrique arrow Nouvelles d'Afrique arrow En ce jour trois fois béni…





Version imprimable Suggérer par mail

Nouvelles d'Afrique

 


En ce jour trois fois bÉni...

Hommage à Mgr Adalbert Ndzana, évêque émérite de Mbalmayo





Le sacre de Mgr Joseph-Marie Ndi-Okalla, nouvel évêque de Mbalmayo, le 18 février 2017, a été en même temps l'occasion pour rendre hommage à Mgr Adalbert Ndzana qui a accompagné notre Église locale trois décennies durant.

Parmi les nombreux messages de reconnaissance qui lui ont été réservés, nous proposons celui qui lui a été adressé par Mgr Piero Pioppo, Nonce Apostolique au Cameroun. Nous présentons en outre le passage central de l'allocution de Mgr Adalbert Ndzana et l'interview qu'il nous a gentiment accordée.

Salutation du Nonce Apostolique

Au début de son homélie, Mgr Piero Pioppo s'est ainsi exprimé : "Je voudrais d'abord saluer et remercier notre cher frère bien-aimé, Mgr Adalbert Ndzana qui, depuis plus de trente ans, a servi notre communauté avec un zèle paternel exemplaire. Arrivé ici à Mbalmayo le 11 janvier 1985 comme évêque coadjuteur de Mgr Paul Etoga, il lui a succédé deux ans plus tard, c'était exactement le 7 mars 1987. Il recevait ainsi le bel héritage de cette Église locale qui, fondée en 1961, était déjà bien vivante.

Infatigable a été l'œuvre de Mgr Adalbert Ndzana, infatigable son œuvre d'évangélisation et de construction de la communauté diocésaine. À preuve l'accroissement des paroisses, des écoles, des hôpitaux... Surtout en témoigne le grand nombre d'ouvriers apostoliques qu'il a mis au service du Peuple de Dieu. Mgr Adalbert Ndzana s'est engagé à augmenter le nombre de prêtres et de candidats au ministère ordonné. Il a su efficacement et à genoux, implorer le Maître de la moisson ; il a su aussi paternellement former.

En ce sens, chers confrères de Mbalmayo dans le sacerdoce, il a donné à chacun de vous la possibilité d'accomplir de bonnes études en vue d'un service de plus en plus généreux et distingué à la fois, non seulement pour cette Église locale, mais aussi pour les communautés de la région d'Afrique Centrale, à travers le service d'enseignement à l'Université Catholique de Yaoundé. Et tout récemment, il a su former de bons prêtres pour le service épiscopal et le bien de l'Église universelle.

Alors, au nom du Saint Père qui est ici présent en esprit avec nous par ma modeste personne, je dis à notre cher évêque émérite un grand merci pour avoir montré Jésus à tant de personnes et un grand merci aussi, car il continue de le faire. Tous les jours, il nous montre Jésus, à nous les grands, à nous les petits, aux forts comme aux faibles, aux fils de l'Église comme à toutes les personnes de bonne volonté qui lui demandent des conseils, des encouragements et de l'aide.

Oui, Père, du fond de notre cœur, nous disons : que le Seigneur soit toujours avec toi, que la lumière et la joie du Christ que tu as portées avec beaucoup de zèle à tes frères et sœurs brillent toujours plus profondément en toi. Merci !".

Allocution de Mgr Adalbert Ndzana

Avec une voix chargée d'émotion et d'affection paternelle, Mgr Adalbert Ndzana s'est adressé à la foule venue nombreuse pour la circonstance : "En ce jour trois fois béni, je me dois de lever une profonde action de grâce au Seigneur qui m'aura permis de tenir debout tout au long de ces trente et une années d'épiscopat.

Il y a un second motif d'action de grâce pour l'‘accouchement miraculeux', absolument imprévisible à notre âge, de deux jumeaux. Il s'agit de Mgr Philippe-Alain Mbarga, évêque d'Ebolowa, sacré le 8 décembre dernier et de Mgr Joseph-Marie Ndi-Okalla dont l'ordination épiscopale nous rassemble en ce jour. Tous les deux sont fils de notre diocèse de Mbalmayo. Les voies de Dieu sont tellement insondables, à lui donc notre action de grâce.

Devenu évêque sans aucun mérite de ma part, je saisis l'occasion que m'offre ce jour pour exprimer une fois de plus ma profonde gratitude d'abord au Souverain Pontife Saint Jean Paul II qui m'a nommé évêque coadjuteur en 1984, ensuite à Benoît XVI, aujourd'hui retraité et à Sa Sainteté le Pape François qui depuis bientôt quatre ans conduit la barque de Pierre. Leur sollicitude constante exprimée à travers les différents dicastères romains et au quotidien par le biais de la Nonciature Apostolique, m'a permis d'aller toujours de l'avant, surtout dans les moments les plus difficiles de mon chemin de croix épiscopal.

Au peuple de Dieu dans toutes ses composantes qui est à Mbalmayo, je dis grandement merci pour votre cordiale collaboration. Œuvrez à l'avènement du Royaume de Dieu chez nos contemporains. Je vous remercie également de m'avoir supporté pendant plus de trente ans... Votre purgatoire en bénéficiera grandement.

Enfin, à vous, chère excellence Mgr Joseph-Marie Ndi-Okalla, je suis heureux de vous remettre l'Église solidement fondée, qui est à Mbalmayo. Je suis sûr qu'avec l'assistance de l'Esprit Saint et soutenu par la puissante intercession de vos deux patrons : Joseph et Marie, vous saurez porter cette Église plus loin et plus haut pour la plus grande gloire de Dieu et le salut des hommes".

Les joies de mon Épiscopat

Interview à Mgr Adalbert Ndzana



* Après plus de trente ans à la tête du diocèse de Mbalmayo, vous avez passé le flambeau, Monseigneur. Que porterez-vous dans votre cœur ?

Ma première pensée va d'abord à Dieu pour une pleine action de grâce. C'est Lui qui m'a merveilleusement soutenu durant ces trente années de ministère épiscopal qui n'auront pas été une sinécure.

Je remercie ensuite le Saint-Siège qui a été l'instrument visible de ce soutien constant, notamment la Congrégation pour l'Évangélisation des Peuples et tous les représentants pontificaux qui se sont succédé à la Nonciature Apostolique de Yaoundé.

Ces trente années ont été jalonnées de grands événements dont les deux visites du Pape Saint Jean Paul II en 1985 et en 1995 et celle plus récente du Pape Benoît XVI en mars 2009, sans oublier les visites ad limina effectuées à Rome tous les cinq ans avec l'ensemble des évêques de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun. Ce sont des moments inoubliables dans la vie d'un homme.

Mais mon ministère épiscopal quotidien m'a permis un contact permanent avec mon peuple fait essentiellement de "petits". Ce contact quotidien m'a été très tonifiant, que ce soit dans mon bureau où j'ai pu toucher du doigt la misère et la détresse multiforme de ce peuple, que ce soit durant mes visites pastorales à travers les deux zones pastorales de notre diocèse. Ce contact-là m'aura donné certainement les plus grandes joies de mes trente années d'épiscopat et je ne cesserai d'en rendre grâce à Dieu.

* Quelles sont, Monseigneur, les options fondamentales qui ont éclairé votre long épiscopat ? Que souhaitez-vous à votre successeur ?

L'option fondamentale qui aura animé mon ministère épiscopal était d'amener les fidèles à découvrir la personne de Jésus-Christ, le Sauveur, le Rédempteur de l'homme dans sa triple dimension corporelle, spirituelle et intellectuelle. En ce sens, j'aurais voulu que tous comprennent avec Saint Irénée de Lyon, que la gloire de Dieu, c'est l'homme vivant.

Je crois du reste que toute entreprise d'évangélisation, surtout dans notre contexte, doit viser le développement intégral de l'homme. Mon successeur devrait normalement continuer sur cette lancée afin que notre peuple puisse assumer son destin.

* Comment envisagez-vous, Monseigneur, votre "retraite" ? Vous inspirerez-vous d'anciens projets non réalisés pour en faire de nouveaux objectifs ?

Pour ce qui est de ma retraite, je n'ai pas encore de projet précis. Je suis habité par de multiples rêves : vie d'ermite, présence pastorale auprès des "petits", des gens en détresse spirituelle, matérielle, physique, morale.

Alors voyez-vous, c'est un rêve qui va dans tous les sens, mais comment concilier tout cela ? Je préfère donc laisser mon projet de retraite à la Providence de Dieu et aux prières de mon peuple.

Infiniment merci, Monseigneur, de votre patience et de l'encouragement que vous n'avez jamais cessé de nous exprimer dans le service du peuple de Dieu.

(Propos recueillis par Franco Paladini )


 

 

13/03/2017

 

Site de la Communauté missionnaire Redemptor hominis