Italiano Español Nederlands Français
Home





Version imprimable Suggérer par mail






"Le Seigneur ne se détourne pas devant nos besoins, et, si parfois il semble insensible aux demandes d'aide, c'est pour mettre notre foi à l'épreuve et la fortifier".

****

"Que la Vierge Marie nous rende toujours plus conscients de notre besoin du Seigneur et de son Esprit ; qu'elle nous obtienne une foi forte, pleine d'amour, et un amour qui se fait supplication courageuse vers Dieu".

****

"Que la Vierge Marie nous aide à saisir dans la réalité qui nous entoure non seulement la saleté et le mal, mais aussi le bien et le beau ; à démasquer l'œuvre de Satan, mais surtout à faire confiance à l'action de Dieu qui féconde l'histoire".

****

"Nous sommes appelés à apprendre les temps de Dieu et également le ‘regard' de Dieu : grâce à l'influence bénéfique d'une attente anxieuse, ce qui était ivraie ou qui semblait ivraie, peut devenir un bon produit. C'est la réalité de la conversion, c'est la perspective de l'espérance !".

****

"Regarder toujours et seulement le mal qui est à l'extérieur de nous, signifie ne pas vouloir reconnaître le péché qui est également en nous".

****

"Le Seigneur nous dit que la ligne de partage entre le bien et le mal passe dans le cœur de chaque personne, passe dans le cœur de chacun de nous".

****

"Il est beau de penser cela : que nous avons un Père qui nous attend avec amour, et que notre Mère Marie est aussi là-haut et nous attend avec amour".

****

"Notre vie, vue à la lumière de Marie élevée au Ciel, n'est pas une errance privée de sens, mais un pèlerinage qui, même avec toutes ses incertitudes et ses souffrances, a une destination certaine : la maison de notre Père, qui nous attend avec amour".

****

"Marie sait que l'histoire porte le poids de la violence des tyrans, l'orgueil des riches, l'arrogance des hautains. Toutefois, elle croit et proclame que Dieu ne laisse pas seuls ses fils, humbles et pauvres, mais leur porte secours avec miséricorde".

****

"Il existe une réciprocité également dans la mission : si tu quittes tout pour Jésus, les personnes reconnaissent en toi le Seigneur; mais en même temps, elles t'aident à te convertir chaque jour à Lui, à te renouveler et te purifier des compromis et à dépasser les tentations".****

****

"Plus un prêtre est proche du peuple de Dieu, plus il se sentira proche de Jésus, et plus un prêtre est proche de Jésus, plus il se sentira proche du peuple de Dieu".

****

"L'important est que le disciple de Jésus n'ait pas le cœur double. Il ne faut pas avoir le cœur double, mais le cœur simple, uni ; qu'il n'ait pas un comportement ambigu, mais qu'il soit honnête avec lui-même et avec les autres. La duplicité n'est pas chrétienne".

****

"Plus Jésus est au centre du cœur et de la vie du disciple, plus ce disciple est ‘transparent' à sa présence".

****

"Dans les moments sombres, il nous semblerait naturel de rester seul, de ruminer sur les injustices de la vie, sur l'ingratitude des autres. Dans de telles circonstances, si l'on reste enfermés sur nous-mêmes, on se familiarise avec la tristesse. Mais Jésus, lui, veut nous sortir de ces ‘sables mouvants'".

****

"En ce temps de vacances où nous recherchons le repos loin de ce qui fatigue le corps, n'oublions pas de chercher le vrai repos dans le Seigneur".

****

"Il ne faudra pas cependant attendre que d'un coup de baguette magique Jésus puisse résoudre les problèmes. Jésus ne fera pas disparaitre les problèmes, il soulagera de l'angoisse. Il ne nous ôtera pas notre croix, il la portera avec nous. Car c'est lui, le repos que nous cherchons".

****

"Combien il est urgent dans l'Église d'avoir des maîtres de prière, mais avant tout d'être des hommes et des femmes de prière, qui vivent la prière !".

****

"Que les saints Apôtres nous obtiennent un cœur comme le leur, fatigué et pacifié par la prière : fatigué parce qu'il demande, frappe et intercède ; mais en même temps pacifié, parce que l'Esprit apporte consolation et force quand on prie".

****

"La prière est la force qui nous unit et nous soutient, le remède contre l'isolement et l'autosuffisance qui conduisent à la mort spirituelle".

****

"La prière nous fait aller de l'avant dans les moments sombres, car elle allume la lumière de Dieu".

****

"La prière fait que nous nous sentons aimés et nous permet d'aimer".

****

"La prière est l'eau indispensable qui nourrit l'espérance et fait grandir la confiance".

****

"Supporter le mal, ce n'est pas seulement avoir de la patience ; supporter, c'est imiter Jésus. C'est accepter la croix, allant de l'avant avec confiance parce que nous ne sommes pas seuls : le Seigneur crucifié et ressuscité est avec nous".

****

"Sans la croix il n'y a pas de Christ, mais sans la croix il n'y a pas non plus de chrétien".

****

"Celui qui confesse Jésus le suit jusqu'à la fin et non jusqu'à un certain point ; et il le suit sur son chemin, non pas sur nos chemins. Son chemin est le chemin de la vie nouvelle, de la joie et de la résurrection, le chemin qui passe aussi par la croix et par les persécutions".

****

"Celui qui confesse Jésus sait qu'il est tenu non seulement de donner son opinion mais de donner la vie ; il sait qu'il ne peut pas croire de manière tiède mais qu'il est appelé à ‘brûler' d'amour ; il sait que dans la vie il ne peut ‘se laisser vivre', mais qu'il doit risquer de prendre le large".

****

"Demandons-nous si nous sommes des ‘chrétiens de salon', qui bavardent sur la manière dont vont les choses dans l'Église et dans le monde, ou plutôt des ‘apôtres en chemin', qui confessent Jésus par la vie parce qu'ils l'ont dans le cœur".

****

"Nous sommes tous pécheurs. C'est notre titre, et c'est aussi la possibilité d'attirer Jésus vers nous. Jésus vient vers nous, vient vers moi, parce que je suis un pécheur".

****

"Pensons au cœur de Jésus qui nous dit seulement : Donne-moi tes faiblesses, donne-moi tes péchés, et moi je pardonne tout'. Jésus pardonne tout, pardonne toujours. Que cela soit notre joie".

****

"Le vrai chrétien n'est pas celui qui s'installe dans l'immobilité, mais celui qui fait confiance à Dieu et se laisse guider sur un chemin ouvert aux surprises du Seigneur".

****

"Si tu veux comprendre quelque chose au mystère de Jésus, abaisse-toi : fais-toi petit".

****

"Dieu est tombé amoureux de notre petitesse et nous a choisis pour cela".

****

"Tant de fois nous perdons cette capacité de condamner, et nous voulons faire avancer les brebis un peu avec cet angélisme (buonisme) qui n'est pas seulement naïf, mais qui fait mal, cet angélisme des compromis, pour attirer l'admiration ou l'amour des fidèles, en laissant faire".

****

"Prions le Seigneur afin qu'il nous donne cette grâce d'avoir conscience de notre argile, de notre faiblesse, de notre vulnérabilité afin d'être toujours capables de recevoir son trésor".

****

“Il y a une hypocrisie avec nous-mêmes : quand je crois être autre chose que ce que je suis ; je crois que je ne suis pas fait d’argile, que j’ai un trésor à moi. Et cela est le chemin vers la vanité, l’orgueil, l’auto-référentialité de ceux qui, ne se sentant pas d’argile, cherchent le salut, la plénitude d’eux-mêmes”.

****

  "Parfois nous tentons de couvrir la vulnérabilité, pour qu'elle ne se voie pas ; ou de la masquer ; ou nous finissons par dissimuler. Au point que Paul lui-même dit : ‘Nous avons répudié les dissimulations de la honte'".

****

"Nous sommes tous vulnérables, fragiles, faibles, et nous avons besoin d'être guéris".

****

"Cela est être chrétien : illuminer, aider à ce que le message et les personnes ne se corrompent pas, comme fait le sel".

****

"En Jésus il n'y a pas de ‘non': toujours un ‘oui', pour la gloire du Père. Mais nous participons nous aussi à ce ‘oui' de Jésus, car il nous a conféré l'onction de l'Esprit. Cet Esprit qui nous conduira au ‘oui' définitif, à notre plénitude, et qui nous aidera à devenir lumière et sel, c'est-à-dire à rendre témoignage".

****

"L'annonce de l'Évangile n'admet pas d'incertitudes, elle ne se cache pas derrière les ‘peut-être' ou les ‘oui et non'. La parole sur laquelle se fonde l'annonce chrétienne est seulement ‘oui'. Telle est la force qui conduit au témoignage, à être sel de la terre et lumière du monde".

****

"L'expérience de la consolation, qui est une expérience spirituelle, a toujours besoin d'une altérité pour être pleine : personne ne peut se consoler lui-même, personne. Et celui qui cherche à le faire, finit en se regardant dans le miroir, et il cherche à se maquiller, à apparaître. Il se console avec ces choses fermées qui ne le laissent pas grandir et l'air qu'il respire est cet air narcissique de l'autoréférentialité. Ceci est la consolation truquée qui ne fait pas grandir. Ce n'est pas la consolation, parce qu'elle est fermée, il lui manque l'altérité".

****

"Même si nous expérimentons en nous beaucoup de fragilité et que nous pouvons parfois nous sentir découragés, nous devons élever la tête vers Dieu, sans nous laisser écraser par le sentiment d'inadéquation ou sans céder au pessimisme, qui fait de nous des spectateurs passifs d'une vie fatiguée et routinière. Il n'y a pas de place pour la crainte : c'est Dieu lui-même qui vient purifier nos ‘lèvres impures', en nous rendant aptes pour la mission".

****

"Demandons la grâce de rendre toujours plus beau le visage de notre Mère l'Église en nous renouvelant par le pardon et en nous corrigeant nous-mêmes : ce n'est qu'alors que nous pourrons corriger les autres dans la charité".

****

"Tout au long de nos journées, nous courons et nous travaillons beaucoup ; mais nous risquons d'arriver le soir fatigués et l'âme alourdie. En vivant toujours entre tant de choses à faire, nous pouvons nous renfermer sur nous-mêmes et devenir inquiets pour un rien. Pour ne pas nous laisser submerger par ce mal de vivre', souvenons-nous chaque jour de jeter l'ancre en Dieu': apportons-Lui les poids, les personnes et les situations. C'est cela la force de la prière, qui rapproche ciel et terre, qui permet à Dieu d'entrer dans notre temps".

****

"Seulement cela nous préservera de vivre dans une attitude de survie. Uniquement cela fécondera notre vie et maintiendra vivant notre cœur. Mettre Jésus là où il doit être : au milieu de son peuple".

****

"Sortir de soi-même pour s'unir aux autres non seulement fait du bien, mais aussi transforme notre vie et notre espérance en un chant de louange. Mais cela, nous ne pouvons le réaliser que si nous faisons nôtres les rêves de nos pères et les transformons en prophétie".

****

"Nous mettre avec Jésus au milieu de son peuple ! Non comme des activistes de la foi, mais comme des hommes et des femmes qui sont continuellement pardonnés, des hommes et des femmes unis dans le baptême pour partager cette onction et la consolation de Dieu avec les autres".

****

"Dans les moments de tristesse, dans les moments sombres : prière, patience et espérance".

****

"L'hypocrite tue la communauté et nuit à l'Église".

  ****

"Seigneur, que je ne sois jamais hypocrite, que je sache dire la vérité, et si je ne peux pas la dire, que je me taise, mais jamais, jamais d'hypocrisie".

****

"Si l'on est capable de miséricorde, c'est parce que le Seigneur a eu pitié de nous. Pensons à nos péchés, à nos erreurs, et au Seigneur qui nous a pardonnés, et nous faisons la même chose avec nos frères".

****

"Simon Pierre a été libéré de la prison de son moi orgueilleux, de son moi peureux, et il a surmonté la tentation de se fermer à l'appel de Jésus à le suivre sur la voie de la croix".

****

"Prions pour les pasteurs, pour nos pasteurs, pour les curés, les évêques, le Pape, afin que leur vie soit une vie sans compromis, une vie en chemin, une vie où ils ne se croient pas au centre de l'histoire et apprennent ainsi à prendre congé".

****

"Prions pour les pasteurs, pour nos pasteurs, pour les curés, les évêques, le Pape, afin que leur vie soit une vie sans compromis, une vie en chemin, une vie où ils ne se croient pas au centre de l'histoire et apprennent ainsi à prendre congé".

****

"Nous tous pasteurs, nous devons prendre congé. Il arrive un moment où le Seigneur nous dit ‘va ailleurs, va ici, va là, viens auprès de moi'. Un pasteur doit se préparer à bien prendre congé, et pas le faire à moitié. Le pasteur qui n'apprend pas à prendre congé n'a pas un bon lien avec le troupeau, un lien qui n'a pas été purifié par la croix de Jésus".

****

"Comme tout bon chrétien et comme exemple pour tout chrétien, le Pasteur selon Jésus est toujours en sortie de soi. L'épicentre de son cœur se trouve hors de lui : il est un décentré de lui-même, centré seulement en Jésus. Il n'est pas attiré par son moi, mais par le Tu de Dieu et par le nous des hommes".

****

"Les trésors irremplaçables du Cœur de Jésus sont deux : le Père et nous. Ses journées se passaient entre la prière au Père et la rencontre avec les gens. Pas la distance, la rencontre".

****
    "Le cœur du prêtre est un cœur transpercé par l'amour du Seigneur ; pour cela il ne se regarde plus lui-même - il ne devrait pas se regarder lui-même - mais il est tourné vers Dieu et vers les frères. Ce n'est plus ‘un cœur instable', qui se laisse attirer par la suggestion du moment ou qui va çà et là en cherchant des consensus et de petites satisfactions. C'est au contraire un cœur établi dans le Seigneur, captivé par l'Esprit Saint, ouvert et disponible aux frères. Et là il résout ses péchés".

****

"Devant le Cœur de Jésus naît l'interrogation fondamentale de notre vie sacerdotale : où est orienté mon cœur ? Question que nous prêtres devons nous poser de nombreuses fois, chaque jour, chaque semaine : où est orienté mon cœur ? Le ministère est souvent rempli de multiples initiatives, qui l'exposent sur de nombreux fronts : de la catéchèse à la liturgie, à la charité, aux engagements pastoraux et aussi administratifs. Parmi tant d'activités demeure la question : où est fixé mon cœur ?".

****

"Le Cœur du Bon Pasteur est penché vers nous, ‘polarisé' spécialement envers celui qui est plus distant ; là pointe obstinément l'aiguille de sa boussole, là se révèle une faiblesse d'amour particulier, parce qu'il désire rejoindre chacun et n'en perdre aucun".

****

"Le Cœur du Bon Pasteur nous dit que son amour n'a pas de frontières, il ne se fatigue jamais et ne se rend jamais. Là nous voyons sa manière continuelle de se donner, sans limites ; là nous trouvons la source de l'amour fidèle et doux, qui laisse libres et rend libres ; là nous redécouvrons chaque fois que Jésus nous aime jusqu'au bout, sans jamais s'imposer".

****

"Dieu aime ainsi : jusqu'au bout. Et il donne la vie à chacun de nous, et il se vante de cela, et il veut cela parce qu'il a de l'amour : ‘Aimer jusqu'au bout'".

****

"Dieu toujours nous cherche le premier, nous attend le premier, nous aime en premier. C'est comme la fleur de l'amandier, dit le prophète : elle fleurit en premier".

****

"La Sainte Trinité a fait rayonner une lumière nouvelle sur la terre et dans tout cœur humain qui l'accueille, une lumière qui révèle les angles sombres, les duretés qui nous empêchent de porter les bons fruits de la charité et de la miséricorde".

****

"Prions la Vierge Marie pour qu'elle nous aide à entrer toujours davantage dans la communion trinitaire, pour vivre et témoigner de l'amour qui donne un sens à la vie".

****

"La Vierge Marie, dans son humilité, a accueilli la volonté du Père et a conçu le Fils par l'œuvre du Saint-Esprit. Puisse-t-elle, miroir de la Trinité, nous aider à renforcer notre foi dans le Mystère trinitaire et à l'incarner par des choix et des comportements d'amour et d'unité".

****

"La fête de la Très-Sainte-Trinité nous invite à nous engager dans les événements quotidiens pour être un levain de communion, de consolation et de miséricorde".

****

"Les deux personnes d'Emmaüs ce sont nous, avec beaucoup de doutes, beaucoup de péchés, les nombreuses fois où nous sommes lâches et nous voulons nous éloigner de la croix, des épreuves. Mais faisons de la place pour écouter Jésus qui nous réchauffe le cœur. Et demandons la grâce d'être comme eux".

****

"Ceux qui sont rigides, ces gens qui sont fermés dans la Loi et condamnent tout ce qui est hors de cette Loi ne savent pas que la tendresse de Dieu est capable de déplacer un cœur de pierre et de mettre à sa place un cœur de chair".

****

"Je prie le Seigneur pour que chacun puisse recevoir la grâce du discernement afin de ne pas se tromper de route pour ne pas tomber dans l'immobilité, la rigidité et la fermeture de son cœur".

****

"C'est cela le chemin de notre conversion quotidienne : passer d'une vie mondaine, tranquille, catholique mais tiède, à une vraie annonce du Christ, à la joie de l'annonce que Jésus est le Seigneur".

****

"La doctrine véritable unit, les conciles unissent la communauté chrétienne, alors que l'idéologie divise".

****

"Je vous invite aujourd'hui à prier de façon spéciale pour les rigides qu'il y a dans l'Église ; pour les rigides-honnêtes qui ont du zèle, mais qui se trompent. Et pour les rigides hypocrites, ceux de la double vie, ceux à qui Jésus disait : ‘Faites ce qu'ils disent, mais pas ce qu'ils font'".

****

"Je vous invite à devenir des sages selon le cœur de Dieu. Ne soyons pas des chrétiens insipides, mais que notre vie ait de plus en plus la saveur de l'Évangile, le parfum du Christ, afin de communiquer aux autres sa douceur et son amour".

****

"Quand nous passons par quelque croix, le Seigneur y est déjà passé en premier. Ainsi nous ne montons pas sur la croix pour trouver Jésus ; mais c'est lui qui s'est humilié et qui est descendu jusqu'à la croix pour nous trouver et, en nous, vaincre les ténèbres du mal et nous reconduire à la lumière".

****

"La joie qui jaillit de savoir que Dieu est avec nous, avec notre peuple, réveille le cœur, nous met en mouvement, ‘nous fait aller dehors', nous conduit à partager la joie reçue, et la partager comme service, comme don dans toutes ces situations ‘embarrassantes' que nos voisins ou parents peuvent être en train de vivre".

****

"Sous la protection de Marie, nous sommes, dans le monde, des sentinelles du matin qui savent contempler le vrai visage de Jésus Sauveur, celui qui brille à Pâques, et redécouvrir le visage jeune et beau de l'Église, qui resplendit quand elle est missionnaire, accueillante, libre, fidèle, pauvre en moyens et riche d'amour".

****

"Soyez joyeux, jamais tristes. Joyeux. Avec la joie du service du Christ, même au milieu des souffrances, des incompréhensions et de vos propres péchés".

****

"Le caractère concret de la foi conduit à la franchise, au témoignage jusqu'au martyre, qui est contre les compromis ou l'idéalisation de la foi".

****

"Au cours de l'histoire, très souvent cette Église qui a condamné le rationalisme, les lumières, elle est aussi tombée dans une théologie du on peut et on ne peut pas', jusqu'ici, jusque là', et elle a oublié la force, la liberté de l'Esprit, cette renaissance de l'Esprit qui donne la liberté, la franchise de la prédication, l'annonce que Jésus-Christ est le Seigneur".

****

"Le chrétien court le risque de l'idéalisation' et d'oublier que notre foi est concrète'".

****

"Nous ne pouvons pas retenir Jésus dans son caractère visible historique : ‘Heureux ceux qui croient sans avoir vu'. L'Église doit savoir et croire qu'il est vivant avec elle et la vivifie dans l'Eucharistie, dans les Écritures et dans les Sacrements".

****

"Lorsque disparaît l'espérance humaine, commence à briller l'espérance divine : ce qui est impossible à l'homme est possible à Dieu".

****

"À présent, comme les disciples d'Emmaüs, retournez à votre Jérusalem, c'est-à-dire à votre vie quotidienne, à vos familles, à votre travail et à votre chère patrie, pleins de joie, de courage et de foi ".

****

"N'ayez pas peur d'aimer tout le monde, amis et ennemis, car c'est dans l'amour vécu que résident la force et le trésor du croyant !".

****

"La vraie foi est celle qui nous conduit à protéger les droits des autres, avec la même force et avec le même enthousiasme avec lesquels nous défendons les nôtres".

****

"Plus on grandit dans la foi et dans la connaissance, plus on grandit dans l'humilité et dans la conscience d'être petit".

****

"La vraie foi est celle qui nous conduit au courage de pardonner à celui qui nous offense ; de tendre la main à celui qui est tombé".

****

"La vraie foi est celle qui nous conduit à voir dans l'autre non pas un ennemi à vaincre, mais un frère à aimer, à servir et à aider".

****

"Dieu n'apprécie que la foi professée par la vie, parce que l'unique extrémisme admis pour les croyants est celui de la charité !".

****

La vraie foi est celle qui nous rend plus charitables, plus miséricordieux, plus honnêtes et plus humains”.

**** 

"La vraie foi est celle qui nous rend plus charitables, plus miséricordieux, plus honnêtes et plus humains".

****

“Pour Dieu il vaut mieux ne pas croire que d’être un faux croyant, un hypocrite !”.

****

"Il ne vaut pas la peine de soigner l'apparence, car Dieu regarde l'âme et le cœur".

****

"Il ne vaut pas la peine de remplir les lieux de culte, si nos cœurs sont vidés de la crainte de Dieu et de sa présence ; il ne vaut pas la peine de prier, si notre prière adressée à Dieu ne se transforme pas en amour du frère ; beaucoup de dévotion ne vaut pas la peine, si elle n'est pas animée par beaucoup de foi et par beaucoup de charité".

****

"La Résurrection n'est pas une foi née dans l'Église, mais l'Église est née de la foi en la Résurrection".

****

"Nous ne pouvons pas rencontrer Dieu sans crucifier d'abord nos idées limitées d'un dieu qui reflète notre compréhension de la toute-puissance et du pouvoir".

****

"Quand l'homme touche le fond de l'échec et de l'incapacité, quand il se défait de l'illusion d'être le meilleur, d'être autosuffisant, d'être le centre du monde, alors Dieu lui tend la main pour transformer sa nuit en aube, son affliction en joie, sa mort en résurrection".

****

"Si nous ne laissons pas rompre le voile qui obscurcit nos yeux, si nous ne rompons pas l'endurcissement de notre cœur et de nos préjugés, nous ne pourrons jamais reconnaître le visage de Dieu".

****

"Que de fois l'homme s'auto paralyse, en refusant de surmonter son idée de Dieu, d'un dieu créé à l'image et à la ressemblance de l'homme ; que de fois il désespère, en refusant de croire que la toute-puissance de Dieu n'est pas la toute-puissance de la force, de l'autorité, mais qu'elle n'est que la toute-puissance de l'amour, du pardon et de la vie !".

****

"L'Eglise ne cesse de dire à nos défaites, à nos cœurs fermés et peureux : Arrête-toi, le Seigneur est ressuscité !'".

****

"Allons annoncer, partager, révéler que c'est vrai : le Seigneur est vivant. Il est vivant et veut ressusciter dans beaucoup de visages qui ont enseveli l'espérance, ont enseveli les rêves, ont enseveli la dignité. Et si nous ne sommes pas capables de laisser l'Esprit nous conduire par ce chemin, alors nous ne sommes pas chrétiens".

****

"Par la Résurrection, le Christ n'a pas seulement ôté la pierre du sépulcre, mais il veut aussi faire sauter toutes les barrières qui nous enferment dans nos pessimismes stériles, dans nos mondes de calculs conceptuels qui nous éloignent de la vie, dans nos recherches obsessionnelles de sécurité et dans les ambitions démesurées capables de jouer avec la dignité des autres".

****

"À saint Joseph, Dieu confie des choses faibles : une promesse est faible, de même qu'est faible un enfant. Toutes ces faiblesses, Joseph les assume avec tendresse. Voilà pourquoi il est capable de faire naître tant de belles choses de nos faiblesses, de nos péchés. Il est le gardien des faiblesses pour qu'elles deviennent solides dans la foi".

****

"Demandons à saint Joseph et à la Vierge Marie qu'ils nous enseignent à être fidèles à nos engagements quotidiens, à vivre notre foi dans les actions de chaque jour et à laisser plus de place au Seigneur dans notre vie, à nous arrêter pour contempler son visage".

****

"Saint Joseph est le modèle de l'homme capable de rêver. Qu'il donne aux jeunes, parce qu'il était jeune, la capacité de rêver, de risquer et d'assumer les tâches difficiles qu'ils ont vues dans leurs rêves".

****

"Aux jeunes, aujourd'hui, l'Église demande une mission : revenir en arrière et parler avec les grands-parents. Aujourd'hui plus que jamais, nous avons besoin de ce pont, du dialogue entre les grands-parents et les jeunes, entre les anciens et les jeunes".

****

"Le monde peut changer seulement si les jeunes sont en marche. Mais ce qui est le drame de ce monde : c'est que les jeunes sont souvent exclus. Ils n'ont pas de travail, ils n'ont pas un idéal à suivre, il manque l'éducation, il manque l'intégration... Tant de jeunes doivent fuir, émigrer vers d'autres terres... Les jeunes, aujourd'hui, sont souvent considérés comme des déchets".

****

"Ce n'est pas beau de voir un jeune qui prend sa retraite à 20 ans ; et ce n'est pas beau aussi de voir un jeune qui vit sur un canapé. Ni des jeunes ‘à la retraite', ni des jeunes ‘de canapé'. Des jeunes qui marchent, des jeunes en route, des jeunes qui vont de l'avant, l'un à côté de l'autre, en regardant vers l'avenir !".

****

"Il faut demander à Dieu la grâce de la honte parce que c'est une grande grâce d'avoir honte de ses péchés et de recevoir ainsi le pardon et la générosité de le donner aux autres".

****

"Je peux pardonner uniquement si je me sens pardonné. Si tu n'as pas conscience d'être pardonné, tu ne pourras jamais pardonner, jamais".

****

"L'acédie est un péché qui paralyse, qui nous rend paralytiques. Elle ne nous laisse pas cheminer. Aujourd'hui aussi le Seigneur regarde chacun de nous, nous tous nous avons des péchés, mais en regardant ce péché il nous dit : Lève-toi'".

****

"Si lourd que soit le passé, ne barrons jamais l'entrée au Seigneur. Enlevons devant Lui cette pierre qui l'empêche d'entrer : voici le temps favorable pour enlever notre péché, notre attachement aux vanités mondaines, l'orgueil qui bloque notre âme, tant d'inimitiés entre nous, au sein des familles".

****

"C'est beau, Jésus nous dit toujours : ‘Tu veux guérir ? Tu veux être heureux ? Tu veux améliorer ta vie ? Tu veux être rempli de l'Esprit Saint ?'. Le Seigneur nous invite constamment à guérir".

****

"En suivant Jésus, apprenons à ne pas nouer nos vies autour des problèmes qui s'y enchevêtrent : il y aura toujours des problèmes, toujours, et quand on en résout un, ponctuellement il en arrive un autre. Mais nous pouvons trouver une nouvelle stabilité, et cette stabilité est précisément Jésus, cette stabilité s'appelle Jésus, qui est la résurrection et la vie".

****

"On peut être du côté du tombeau ou bien du côté de Jésus. Certains se laissent enfermer dans la tristesse et d'autres s'ouvrent à l'espérance. Certains restent piégés par les décombres de la vie et certains, avec l'aide de Dieu, soulèvent les décombres et reconstruisent avec une patiente espérance".

****

"Ne cédons pas à la logique de la peur, à nous répéter, résignés, que tout va mal et que rien n'est plus comme autrefois. Il s'agit-là de l'atmosphère du tombeau ; le Seigneur désire au contraire ouvrir la voie de la vie, celle de la rencontre avec Lui, de la confiance en Lui, de la résurrection du cœur".

****

"Aujourd'hui le Seigneur dit à chacun de nous : ‘Lève-toi, prend ta vie comme elle est, belle, mauvaise comme elle est, et va de l'avant. N'aie pas peur'".

****

"Notre annonce, c'est la joie du Seigneur vivant, qui aujourd'hui dit encore : Voici que j'ouvre vos tombeaux; je vais vous faire remonter de vos tombeaux, mon peuple'".

****

"Visités et libérés par Jésus, demandons la grâce d'être des témoins de vie dans ce monde qui en est assoiffé, des témoins qui suscitent et ressuscitent l'espérance en Dieu dans les cœurs fatigués et alourdis par la tristesse".

****

"Penser beaucoup à la façon dont la Vierge a vécu ce Samedi saint ; dans l'attente. C'est l'amour qui ne doute pas, mais qui espère dans la parole du Seigneur, afin qu'elle se manifeste et resplendisse le jour de Pâques".

****

"Jésus a toujours prévenu ses amis que la victoire finale passerait par la passion et la croix. Et cela vaut pour nous également. Pour suivre fidèlement Jésus, demandons la grâce de le faire non pas par les paroles mais dans les faits, et d'avoir la patience de supporter notre croix : de ne pas la rejeter, de ne pas la jeter, mais en regardant Jésus, de l'accepter et de la porter, jour après jour".


****

"Que de mamans, que de papas, avec le pain quotidien, coupé sur la table de la maison, ont rompu leur cœur pour faire grandir leurs enfants ! Que de chrétiens ont rompu leur propre vie pour défendre la dignité de tous, spécialement des plus pauvres ! Où trouvent-ils la force pour faire tout cela ? Justement dans l'Eucharistie : dans la puissance d'amour du Seigneur ressuscité, qui aujourd'hui aussi rompt le pain pour nous et répète : Faites cela en mémoire de moi'".

****

"On peut revenir du péché : c'est le pardon et le Seigneur pardonne. Cependant, il y a une limite d'où il est difficile de revenir en arrière : c'est lorsque le péché se transforme en corruption".

****

"Notre cœur nous trahit si nous ne sommes pas attentifs, si nous ne sommes pas constamment vigilants, si nous sommes paresseux, si nous vivons avec légèreté, un peu ainsi, en regardant seulement les choses. Et cette voie est une voie dangereuse, c'est une voie glissante, quand je ne me fie qu'à mon cœur : parce qu'il est rusé, il est dangereux".

****

"Nous pouvons parcourir une vie de mensonge, d'apparences : une chose apparaît, mais la réalité en est une autre. Précisément pour cela, nous demandons au Seigneur qu'il scrute la vérité de notre vie : et si je parcours une vie de mensonge, qu'il me conduise sur la voie de la vie, de la vraie vie".

****

"Les sans-abris, les nouveaux pauvres sans argent pour le loyer, les chômeurs et les enfants qui demandent l'aumône, semblent désormais faire partie du panorama de la ville. Précisément comme une statue, l'arrêt de l'autobus, le bureau de poste. Et ils sont traités avec la même indifférence, comme s'ils n'existaient pas, comme si leur situation était même normale".

****

"Sur la route de la vie, de la vie chrétienne, on apprend tous les jours. On doit apprendre tous les jours à faire quelque chose, à être meilleurs que le jour précédent".

****

"Apprenez à faire le bien. Et il n'est pas facile de faire le bien : nous devons l'apprendre, toujours. Heureusement, il y a le Seigneur qui enseigne. C'est pourquoi les hommes doivent faire comme les enfants et apprendre".

****

"Dieu s'abaisse, comme l'un de nous, notre Dieu est humble".

****

"Chacun de nous, chaque jour, fait quelque chose de laid : la Bible dit que le plus saint pèche sept fois par jour... Mais le problème est le fait de ne pas s'habituer à vivre dans des choses laides".

****

"S'il n'y a pas de choses concrètes, il ne peut y avoir de conversion".

****

"La réalité de Dieu est Dieu fait Christ pour nous, pour nous sauver, et quand nous nous éloignons de cela, de cette réalité, et que nous nous éloignons de la croix du Christ, de la vérité des plaies du Seigneur, nous nous éloignons également de l'amour, de la charité de Dieu, du salut et nous allons sur une route idéologique de Dieu, éloignée : ce n'est pas le Dieu qui vint à nous et qui s'est fait proche pour nous sauver et qui est mort pour nous".

****

"La boussole du chrétien est suivre le Christ crucifié : pas un faux Dieu désincarné et abstrait, mais Dieu qui s'est fait chair et qui porte sur lui les plaies de nos frères".

****

"Le Seigneur ne sait pas donner moins que tout. Quand il donne quelque chose, il se donne lui-même, qui est tout".

****

"Que le Seigneur nous donne la grâce de pouvoir dire ‘la guerre est finie' en pleurant : ‘La guerre est finie dans mon cœur, elle est finie dans ma famille, dans mon quartier, sur le lieu de travail, et petit à petit, jusqu'au monde entier'".

****

"Il s'agit non seulement de sauvegarder la paix, mais aussi de l'édifier avec les mains, de façon artisanale, tous les jours. Ainsi, nous réussirons à la faire dans le monde entier".

****

  "Les grands hérauts qui ont semé et qui ont aidé à faire grandir l'Église dans le monde, ont été des hommes courageux, de prière et humbles".

****

"Si tu ne vas pas comme un agneau, mais comme un loup parmi les loups, le Seigneur ne te protège pas : défend-toi tout seul. Quand le prédicateur se croit trop intelligent, ou quand celui qui a la responsabilité de faire avancer la Parole de Dieu veut se faire fourbe, cela finira mal".

****

"La Parole de Dieu doit être proclamée par la prière et cela doit toujours être fait. Sans prière, tu pourras faire une belle conférence, une belle instruction, mais ce n'est pas la Parole de Dieu. La Parole de Dieu peut sortir seulement d'un cœur en prière".

****

"Seule la Parole de Dieu proclamée avec franchise, avec courage, est capable de former le peuple de Dieu".

****

"Aujourd'hui aussi, la voix de Dieu, demande non seulement à chacun de nous, mais à toute l'humanité: ‘Où est ton frère, où est ta sœur?'".

****

"Précisément ainsi grandissent les inimitiés entre nous : elles commencent par une petite chose, puis cela grandit et nous voyons la vie uniquement de cette perspective. Au point qu'ensuite, notre vie tourne autour de cela, et cela détruit le lien de fraternité, détruit la fraternité".

****

"Face à la tentation, on ne dialogue pas, on prie: ‘Aide-moi, Seigneur, je suis faible, je ne veux pas me cacher de toi'".

****

"La tentation te conduit à te cacher du Seigneur et tu t'en vas avec ta faute, avec ta corruption, loin du Seigneur. Dès lors, la grâce de Jésus est nécessaire pour revenir et demander pardon, comme le fils prodigue l'a fait".

****

"La corruption commence par peu de choses, par le dialogue, précisément comme cela a eu lieu pour Eve avec le serpent. Elle se sent bien, elle a confiance: ‘Mais non, ce n'est pas vrai que ce fruit te fera du mal, mange-le, il est bon, ce n'est rien, personne ne s'en aperçoit'. C'est ainsi, petit à petit, qu'on tombe dans le péché, qu'on tombe dans la corruption".

****

"Le serpent, le diable est rusé: on ne peut pas dialoguer avec le diable. De plus, nous savons tous ce que sont les tentations, nous le savons tous parce que nous en avons tous: de nombreuses tentations de vanité, d'orgueil, de cupidité, d'avarice, beaucoup! Mais toutes commencent quand nous disons: mais, on peut, on peut...".

****

"Le diable est un mauvais payeur: c'est un escroc, il te promet tout et te laisse nu. Certes, même Jésus a fini par rester nu, mais sur la croix, par obéissance à son Père: c'est une tout autre chose".

****

"Quand le diable dupe une personne, il le fait au moyen du dialogue, il cherche à dialoguer. Le diable cherche à faire la même chose avec Jésus".

****

"La plus grande force de l'Église aujourd'hui réside dans les petites Églises, avec peu de gens, persécutées, avec leurs évêques en prison. Cela est notre gloire aujourd'hui et notre force: une Église sans martyrs, est une Église sans Jésus".

****

"Les martyrs sont ceux qui font avancer l'Église ; ce sont ceux qui l'ont soutenue et qui la soutiennent aujourd'hui. Et aujourd'hui, il y en a plus qu'aux premiers siècles, même si les médias ne le disent pas, parce que cela ne fait pas la une des journaux: de nombreux chrétiens dans le monde aujourd'hui sont bienheureux parce qu'ils sont persécutés, insultés, emprisonnés".

****

"Espérer signifie donc apprendre à vivre dans l'attente. Apprendre à vivre dans l'attente et trouver la vie. Seul un pauvre sait attendre. Celui qui est déjà sûr de lui et de ce qu'il a, ne sait placer sa confiance dans personne d'autre qu'en lui- même".

****

"L'espérance chrétienne est l'attente d'une chose qui a déjà été réalisée et qui se réalisera certainement pour chacun de nous".

****

"Chaque fois que nous sommes face à notre mort, ou à celle d'une personne chère, nous sentons que notre foi est mise à l'épreuve. Tous nos doutes, toute notre fragilité, émergent et nous nous demandons : ‘Mais y a-t-il véritablement une vie après la mort...?'".

****

"Ce n'est pas nous qui pouvons enseigner à Dieu ce qu'il doit faire, ce dont nous avons besoin. Il le sait mieux que nous, et nous devons avoir confiance, parce que ses voies et ses pensées sont différentes des nôtres".

****

"Nous demandons au Seigneur la vie, la santé, les liens d'affection, le bonheur ; et il est juste de le faire, mais c'est dans la conscience que Dieu sait tirer la vie également de la mort, que l'on peut faire l'expérience de la paix également dans la maladie, et qu'il peut y avoir de la sérénité également dans la solitude et de la béatitude également dans les larmes".

****

"Ne posons jamais de conditions à Dieu et laissons en revanche l'espérance vaincre nos craintes. Avoir confiance en Dieu veut dire entrer dans ses desseins sans rien prétendre, également en acceptant que son salut et son aide nous parviennent d'une manière différente de nos attentes".

****

"Le Seigneur est le Dieu du salut, quelle que soit la forme que celui-ci prend. Le salut de les libérer des ennemis et de les faire vivre, mais, dans ses plans impénétrables, cela peut également être le salut que de les conduire à la mort".

****

"Combien de fois arrivons-nous à des situations limites où nous ne sentons même plus la capacité d'avoir confiance dans le Seigneur. C'est une mauvaise tentation ! Et paradoxalement, il semble que, pour échapper à la mort, il ne reste plus qu'à se remettre entre les mains de celui qui tue".

****

"La prière te conduit de l'avant dans l'espérance et, quand les choses deviennent sombres, davantage de prière est nécessaire ! Et il y aura davantage d'espérance".

****

"Sous la miséricorde divine, et encore plus à la lumière du mystère pascal, la mort peut devenir, comme elle l'a été pour François d'Assise, notre sœur la mort' et représenter, pour chaque homme et pour chacun de nous, une occasion surprenante de connaître l'espérance et de rencontrer le Seigneur".

****

"Nous négligeons trop facilement de nous adresser à Dieu dans le besoin, comme si ce n'était qu'une prière intéressée, et donc imparfaite. Mais Dieu connaît notre faiblesse, il sait que nous nous rappelons de Lui pour demander de l'aide, et avec le sourire indulgent d'un père, Dieu répond avec bienveillance".

****

"L'horreur instinctive de mourir révèle la nécessité d'espérer dans le Dieu de la vie. ‘Peut-être Dieu songera-t-il à nous et nous ne périrons pas' : ce sont les paroles de l'espérance qui devient prière, la supplication pleine d'angoisse qui monte aux lèvres de l'homme devant un danger de mort imminent".

****

"Voilà la réalité merveilleuse de l'espérance: en plaçant sa confiance dans le Seigneur, on devient comme Lui, sa bénédiction fait de nous ses enfants, qui partagent sa vie.  L'espérance en Dieu nous fait entrer, pour ainsi dire, dans le rayon d'action de son souvenir, de sa mémoire qui nous bénit et nous sauve".

****

"Le Seigneur se souvient toujours. Même dans les moments sombres, il se souvient de nous. Et cela est notre espérance. Et l'espérance ne déçoit jamais".

****

"Si l'on place son espérance dans les idoles, on devient comme elles : des images vides avec des mains qui ne touchent pas, des pieds qui ne marchent pas, des bouches qui ne peuvent pas parler. On n'a plus rien à dire, on devient incapable d'aider, de changer les choses, incapable de sourire, de se donner, incapable d'aimer".

****

"À l'espérance en un Seigneur de la vie qui, par sa Parole, a créé le monde et conduit nos existences, s'oppose la confiance dans des simulacres muets qui confondent l'esprit et le cœur, et au lieu de favoriser la vie, conduisent à la mort".

****

"Nous sommes souvent plus contents de l'espérance éphémère que nous donne une fausse idole que de la grande espérance certaine que nous donne le Seigneur".

****

"L'homme, image de Dieu, se fabrique un Dieu à son image, et c'est également une image mal réussie : elle n'entend pas, n'agit pas et surtout, ne peut pas parler. Mais nous sommes plus contents d'aller voir les idoles que d'aller voir le Seigneur".

****

"Nous sommes tentés de chercher des consolations même éphémères, qui semblent remplir le vide de la solitude et atténuer la difficulté de croire. Et nous pensons pouvoir les trouver dans la sécurité que peut donner l'argent, dans les alliances avec les puissants, dans la mondanité, dans les fausses idéologies".

****

"La foi signifie se fier à Dieu, mais vient le moment où, en se heurtant aux difficultés de la vie, l'homme fait l'expérience de la fragilité de cette confiance et ressent le besoin de certitudes différentes, de sécurités tangibles, concrètes".

****

"L'Ecriture Sainte nous met en garde contre les fausses espérances que le monde nous présente, en démasquant leur inutilité et en révélant leur absurdité. Et elle le fait de diverses façons, mais surtout en dénonçant les fausses idoles dans lesquelles l'homme est constamment tenté de placer sa confiance, en en faisant l'objet de son espérance".

****

"Sur la croix ce sera Lui, le Fils mourant, qui donnera une nouvelle fécondité à sa mère, en lui confiant le disciple Jean et en faisant d'elle la mère du peuple des croyants. La mort est vaincue. Les larmes de Marie ont engendré l'espérance et une vie nouvelle".


 

Site de la Communauté missionnaire Redemptor hominis