Italiano Español Nederlands Français
Home





Version imprimable Suggérer par mail







"Ce n'est pas beau de voir un jeune qui prend sa retraite à 20 ans ; et ce n'est pas beau aussi de voir un jeune qui vit sur un canapé. Ni des jeunes ‘à la retraite', ni des jeunes ‘de canapé'. Des jeunes qui marchent, des jeunes en route, des jeunes qui vont de l'avant, l'un à côté de l'autre, en regardant vers l'avenir !".

****

"Il faut demander à Dieu la grâce de la honte parce que c'est une grande grâce d'avoir honte de ses péchés et de recevoir ainsi le pardon et la générosité de le donner aux autres".

****

"Je peux pardonner uniquement si je me sens pardonné. Si tu n'as pas conscience d'être pardonné, tu ne pourras jamais pardonner, jamais".

****

"L'acédie est un péché qui paralyse, qui nous rend paralytiques. Elle ne nous laisse pas cheminer. Aujourd'hui aussi le Seigneur regarde chacun de nous, nous tous nous avons des péchés, mais en regardant ce péché il nous dit : Lève-toi'".

****

"Si lourd que soit le passé, ne barrons jamais l'entrée au Seigneur. Enlevons devant Lui cette pierre qui l'empêche d'entrer : voici le temps favorable pour enlever notre péché, notre attachement aux vanités mondaines, l'orgueil qui bloque notre âme, tant d'inimitiés entre nous, au sein des familles".

****

"C'est beau, Jésus nous dit toujours : ‘Tu veux guérir ? Tu veux être heureux ? Tu veux améliorer ta vie ? Tu veux être rempli de l'Esprit Saint ?'. Le Seigneur nous invite constamment à guérir".

****

"En suivant Jésus, apprenons à ne pas nouer nos vies autour des problèmes qui s'y enchevêtrent : il y aura toujours des problèmes, toujours, et quand on en résout un, ponctuellement il en arrive un autre. Mais nous pouvons trouver une nouvelle stabilité, et cette stabilité est précisément Jésus, cette stabilité s'appelle Jésus, qui est la résurrection et la vie".

****

"On peut être du côté du tombeau ou bien du côté de Jésus. Certains se laissent enfermer dans la tristesse et d'autres s'ouvrent à l'espérance. Certains restent piégés par les décombres de la vie et certains, avec l'aide de Dieu, soulèvent les décombres et reconstruisent avec une patiente espérance".

****

"Ne cédons pas à la logique de la peur, à nous répéter, résignés, que tout va mal et que rien n'est plus comme autrefois. Il s'agit-là de l'atmosphère du tombeau ; le Seigneur désire au contraire ouvrir la voie de la vie, celle de la rencontre avec Lui, de la confiance en Lui, de la résurrection du cœur".

****

"Aujourd'hui le Seigneur dit à chacun de nous : ‘Lève-toi, prend ta vie comme elle est, belle, mauvaise comme elle est, et va de l'avant. N'aie pas peur'".

****

"Notre annonce, c'est la joie du Seigneur vivant, qui aujourd'hui dit encore : Voici que j'ouvre vos tombeaux; je vais vous faire remonter de vos tombeaux, mon peuple'".

****

"Visités et libérés par Jésus, demandons la grâce d'être des témoins de vie dans ce monde qui en est assoiffé, des témoins qui suscitent et ressuscitent l'espérance en Dieu dans les cœurs fatigués et alourdis par la tristesse".

****

"Penser beaucoup à la façon dont la Vierge a vécu ce Samedi saint ; dans l'attente. C'est l'amour qui ne doute pas, mais qui espère dans la parole du Seigneur, afin qu'elle se manifeste et resplendisse le jour de Pâques".

****

"Jésus a toujours prévenu ses amis que la victoire finale passerait par la passion et la croix. Et cela vaut pour nous également. Pour suivre fidèlement Jésus, demandons la grâce de le faire non pas par les paroles mais dans les faits, et d'avoir la patience de supporter notre croix : de ne pas la rejeter, de ne pas la jeter, mais en regardant Jésus, de l'accepter et de la porter, jour après jour".


****

"Que de mamans, que de papas, avec le pain quotidien, coupé sur la table de la maison, ont rompu leur cœur pour faire grandir leurs enfants ! Que de chrétiens ont rompu leur propre vie pour défendre la dignité de tous, spécialement des plus pauvres ! Où trouvent-ils la force pour faire tout cela ? Justement dans l'Eucharistie : dans la puissance d'amour du Seigneur ressuscité, qui aujourd'hui aussi rompt le pain pour nous et répète : Faites cela en mémoire de moi'".

****

"On peut revenir du péché : c'est le pardon et le Seigneur pardonne. Cependant, il y a une limite d'où il est difficile de revenir en arrière : c'est lorsque le péché se transforme en corruption".

****

"Notre cœur nous trahit si nous ne sommes pas attentifs, si nous ne sommes pas constamment vigilants, si nous sommes paresseux, si nous vivons avec légèreté, un peu ainsi, en regardant seulement les choses. Et cette voie est une voie dangereuse, c'est une voie glissante, quand je ne me fie qu'à mon cœur : parce qu'il est rusé, il est dangereux".

****

"Nous pouvons parcourir une vie de mensonge, d'apparences : une chose apparaît, mais la réalité en est une autre. Précisément pour cela, nous demandons au Seigneur qu'il scrute la vérité de notre vie : et si je parcours une vie de mensonge, qu'il me conduise sur la voie de la vie, de la vraie vie".

****

"Les sans-abris, les nouveaux pauvres sans argent pour le loyer, les chômeurs et les enfants qui demandent l'aumône, semblent désormais faire partie du panorama de la ville. Précisément comme une statue, l'arrêt de l'autobus, le bureau de poste. Et ils sont traités avec la même indifférence, comme s'ils n'existaient pas, comme si leur situation était même normale".

****

"Sur la route de la vie, de la vie chrétienne, on apprend tous les jours. On doit apprendre tous les jours à faire quelque chose, à être meilleurs que le jour précédent".

****

"Apprenez à faire le bien. Et il n'est pas facile de faire le bien : nous devons l'apprendre, toujours. Heureusement, il y a le Seigneur qui enseigne. C'est pourquoi les hommes doivent faire comme les enfants et apprendre".

****

"Dieu s'abaisse, comme l'un de nous, notre Dieu est humble".

****

"Chacun de nous, chaque jour, fait quelque chose de laid : la Bible dit que le plus saint pèche sept fois par jour... Mais le problème est le fait de ne pas s'habituer à vivre dans des choses laides".

****

"S'il n'y a pas de choses concrètes, il ne peut y avoir de conversion".

****

"La réalité de Dieu est Dieu fait Christ pour nous, pour nous sauver, et quand nous nous éloignons de cela, de cette réalité, et que nous nous éloignons de la croix du Christ, de la vérité des plaies du Seigneur, nous nous éloignons également de l'amour, de la charité de Dieu, du salut et nous allons sur une route idéologique de Dieu, éloignée : ce n'est pas le Dieu qui vint à nous et qui s'est fait proche pour nous sauver et qui est mort pour nous".

****

"La boussole du chrétien est suivre le Christ crucifié : pas un faux Dieu désincarné et abstrait, mais Dieu qui s'est fait chair et qui porte sur lui les plaies de nos frères".

****

"Le Seigneur ne sait pas donner moins que tout. Quand il donne quelque chose, il se donne lui-même, qui est tout".

****

"Que le Seigneur nous donne la grâce de pouvoir dire ‘la guerre est finie' en pleurant : ‘La guerre est finie dans mon cœur, elle est finie dans ma famille, dans mon quartier, sur le lieu de travail, et petit à petit, jusqu'au monde entier'".

****

"Il s'agit non seulement de sauvegarder la paix, mais aussi de l'édifier avec les mains, de façon artisanale, tous les jours. Ainsi, nous réussirons à la faire dans le monde entier".

****

  "Les grands hérauts qui ont semé et qui ont aidé à faire grandir l'Église dans le monde, ont été des hommes courageux, de prière et humbles".

****

"Si tu ne vas pas comme un agneau, mais comme un loup parmi les loups, le Seigneur ne te protège pas : défend-toi tout seul. Quand le prédicateur se croit trop intelligent, ou quand celui qui a la responsabilité de faire avancer la Parole de Dieu veut se faire fourbe, cela finira mal".

****

"La Parole de Dieu doit être proclamée par la prière et cela doit toujours être fait. Sans prière, tu pourras faire une belle conférence, une belle instruction, mais ce n'est pas la Parole de Dieu. La Parole de Dieu peut sortir seulement d'un cœur en prière".

****

"Seule la Parole de Dieu proclamée avec franchise, avec courage, est capable de former le peuple de Dieu".

****

"Aujourd'hui aussi, la voix de Dieu, demande non seulement à chacun de nous, mais à toute l'humanité: ‘Où est ton frère, où est ta sœur?'".

****

"Précisément ainsi grandissent les inimitiés entre nous : elles commencent par une petite chose, puis cela grandit et nous voyons la vie uniquement de cette perspective. Au point qu'ensuite, notre vie tourne autour de cela, et cela détruit le lien de fraternité, détruit la fraternité".

****

"Face à la tentation, on ne dialogue pas, on prie: ‘Aide-moi, Seigneur, je suis faible, je ne veux pas me cacher de toi'".

****

"La tentation te conduit à te cacher du Seigneur et tu t'en vas avec ta faute, avec ta corruption, loin du Seigneur. Dès lors, la grâce de Jésus est nécessaire pour revenir et demander pardon, comme le fils prodigue l'a fait".

****

"La corruption commence par peu de choses, par le dialogue, précisément comme cela a eu lieu pour Eve avec le serpent. Elle se sent bien, elle a confiance: ‘Mais non, ce n'est pas vrai que ce fruit te fera du mal, mange-le, il est bon, ce n'est rien, personne ne s'en aperçoit'. C'est ainsi, petit à petit, qu'on tombe dans le péché, qu'on tombe dans la corruption".

****

"Le serpent, le diable est rusé: on ne peut pas dialoguer avec le diable. De plus, nous savons tous ce que sont les tentations, nous le savons tous parce que nous en avons tous: de nombreuses tentations de vanité, d'orgueil, de cupidité, d'avarice, beaucoup! Mais toutes commencent quand nous disons: mais, on peut, on peut...".

****

"Le diable est un mauvais payeur: c'est un escroc, il te promet tout et te laisse nu. Certes, même Jésus a fini par rester nu, mais sur la croix, par obéissance à son Père: c'est une tout autre chose".

****

"Quand le diable dupe une personne, il le fait au moyen du dialogue, il cherche à dialoguer. Le diable cherche à faire la même chose avec Jésus".

****

"La plus grande force de l'Église aujourd'hui réside dans les petites Églises, avec peu de gens, persécutées, avec leurs évêques en prison. Cela est notre gloire aujourd'hui et notre force: une Église sans martyrs, est une Église sans Jésus".

****

"Les martyrs sont ceux qui font avancer l'Église ; ce sont ceux qui l'ont soutenue et qui la soutiennent aujourd'hui. Et aujourd'hui, il y en a plus qu'aux premiers siècles, même si les médias ne le disent pas, parce que cela ne fait pas la une des journaux: de nombreux chrétiens dans le monde aujourd'hui sont bienheureux parce qu'ils sont persécutés, insultés, emprisonnés".

****

"Espérer signifie donc apprendre à vivre dans l'attente. Apprendre à vivre dans l'attente et trouver la vie. Seul un pauvre sait attendre. Celui qui est déjà sûr de lui et de ce qu'il a, ne sait placer sa confiance dans personne d'autre qu'en lui- même".

****

"L'espérance chrétienne est l'attente d'une chose qui a déjà été réalisée et qui se réalisera certainement pour chacun de nous".

****

"Chaque fois que nous sommes face à notre mort, ou à celle d'une personne chère, nous sentons que notre foi est mise à l'épreuve. Tous nos doutes, toute notre fragilité, émergent et nous nous demandons : ‘Mais y a-t-il véritablement une vie après la mort...?'".

****

"Ce n'est pas nous qui pouvons enseigner à Dieu ce qu'il doit faire, ce dont nous avons besoin. Il le sait mieux que nous, et nous devons avoir confiance, parce que ses voies et ses pensées sont différentes des nôtres".

****

"Nous demandons au Seigneur la vie, la santé, les liens d'affection, le bonheur ; et il est juste de le faire, mais c'est dans la conscience que Dieu sait tirer la vie également de la mort, que l'on peut faire l'expérience de la paix également dans la maladie, et qu'il peut y avoir de la sérénité également dans la solitude et de la béatitude également dans les larmes".

****

"Ne posons jamais de conditions à Dieu et laissons en revanche l'espérance vaincre nos craintes. Avoir confiance en Dieu veut dire entrer dans ses desseins sans rien prétendre, également en acceptant que son salut et son aide nous parviennent d'une manière différente de nos attentes".

****

"Le Seigneur est le Dieu du salut, quelle que soit la forme que celui-ci prend. Le salut de les libérer des ennemis et de les faire vivre, mais, dans ses plans impénétrables, cela peut également être le salut que de les conduire à la mort".

****

"Combien de fois arrivons-nous à des situations limites où nous ne sentons même plus la capacité d'avoir confiance dans le Seigneur. C'est une mauvaise tentation ! Et paradoxalement, il semble que, pour échapper à la mort, il ne reste plus qu'à se remettre entre les mains de celui qui tue".

****

"La prière te conduit de l'avant dans l'espérance et, quand les choses deviennent sombres, davantage de prière est nécessaire ! Et il y aura davantage d'espérance".

****

"Sous la miséricorde divine, et encore plus à la lumière du mystère pascal, la mort peut devenir, comme elle l'a été pour François d'Assise, notre sœur la mort' et représenter, pour chaque homme et pour chacun de nous, une occasion surprenante de connaître l'espérance et de rencontrer le Seigneur".

****

"Nous négligeons trop facilement de nous adresser à Dieu dans le besoin, comme si ce n'était qu'une prière intéressée, et donc imparfaite. Mais Dieu connaît notre faiblesse, il sait que nous nous rappelons de Lui pour demander de l'aide, et avec le sourire indulgent d'un père, Dieu répond avec bienveillance".

****

"L'horreur instinctive de mourir révèle la nécessité d'espérer dans le Dieu de la vie. ‘Peut-être Dieu songera-t-il à nous et nous ne périrons pas' : ce sont les paroles de l'espérance qui devient prière, la supplication pleine d'angoisse qui monte aux lèvres de l'homme devant un danger de mort imminent".

****

"Voilà la réalité merveilleuse de l'espérance: en plaçant sa confiance dans le Seigneur, on devient comme Lui, sa bénédiction fait de nous ses enfants, qui partagent sa vie.  L'espérance en Dieu nous fait entrer, pour ainsi dire, dans le rayon d'action de son souvenir, de sa mémoire qui nous bénit et nous sauve".

****

"Le Seigneur se souvient toujours. Même dans les moments sombres, il se souvient de nous. Et cela est notre espérance. Et l'espérance ne déçoit jamais".

****

"Si l'on place son espérance dans les idoles, on devient comme elles : des images vides avec des mains qui ne touchent pas, des pieds qui ne marchent pas, des bouches qui ne peuvent pas parler. On n'a plus rien à dire, on devient incapable d'aider, de changer les choses, incapable de sourire, de se donner, incapable d'aimer".

****

"À l'espérance en un Seigneur de la vie qui, par sa Parole, a créé le monde et conduit nos existences, s'oppose la confiance dans des simulacres muets qui confondent l'esprit et le cœur, et au lieu de favoriser la vie, conduisent à la mort".

****

"Nous sommes souvent plus contents de l'espérance éphémère que nous donne une fausse idole que de la grande espérance certaine que nous donne le Seigneur".

****

"L'homme, image de Dieu, se fabrique un Dieu à son image, et c'est également une image mal réussie : elle n'entend pas, n'agit pas et surtout, ne peut pas parler. Mais nous sommes plus contents d'aller voir les idoles que d'aller voir le Seigneur".

****

"Nous sommes tentés de chercher des consolations même éphémères, qui semblent remplir le vide de la solitude et atténuer la difficulté de croire. Et nous pensons pouvoir les trouver dans la sécurité que peut donner l'argent, dans les alliances avec les puissants, dans la mondanité, dans les fausses idéologies".

****

"La foi signifie se fier à Dieu, mais vient le moment où, en se heurtant aux difficultés de la vie, l'homme fait l'expérience de la fragilité de cette confiance et ressent le besoin de certitudes différentes, de sécurités tangibles, concrètes".

****

"L'Ecriture Sainte nous met en garde contre les fausses espérances que le monde nous présente, en démasquant leur inutilité et en révélant leur absurdité. Et elle le fait de diverses façons, mais surtout en dénonçant les fausses idoles dans lesquelles l'homme est constamment tenté de placer sa confiance, en en faisant l'objet de son espérance".

****

"Sur la croix ce sera Lui, le Fils mourant, qui donnera une nouvelle fécondité à sa mère, en lui confiant le disciple Jean et en faisant d'elle la mère du peuple des croyants. La mort est vaincue. Les larmes de Marie ont engendré l'espérance et une vie nouvelle".


 

Site de la Communauté missionnaire Redemptor hominis