Italiano Español Nederlands Français
Home arrow Afrique arrow Vie de la paroisse d'Obeck-Mbalmayo arrow Curé et "Bon Pasteur"




Version imprimable Suggérer par mail

Vie de la paroisse d'Obeck-Mbalmayo  

 

 

CURÉ ET "BON PASTEUR"


 

La pluie tropicale intense qui est tombée toute la nuit, n'a pas empêché aux fidèles et à beaucoup d'amis de se retrouver nombreux à l'église de la paroisse d'Obeck, à Mbalmayo, au Cameroun. Quoique pauvre encore, cette église était décorée comme lors des grands jours de fête : ce dimanche 1er octobre, en effet, nous avons vécu à la fois plusieurs événements de grande importance : la visite de notre évêque, Mgr Joseph-Marie Ndi-Okalla, venu rendre effective la nomination du p. Franco Paladini comme curé, avec la passation de consignes ecclésiales, et la visite du p. Michele Chiappo, notre Responsable général, venu rehausser la nouvelle étape de la présence communautaire et pastorale à Obeck.

Mgr Joseph-Marie Ndi-Okalla, dans sa bienveillance, a voulu être présent et présider la cérémonie. Il a mis en relief les moments essentiels de la célébration, remerciant tout d'abord les concélébrants présents, parmi lesquels le Vicaire général du diocèse, Mgr Marcel Minlo, le Vicaire épiscopal pour les religieux, le p. Jean-Baptiste Makelandi, les nombreux amis de la ville de Mbalmayo ainsi que ceux venus de Yaoundé, de l'Université catholique, parmi lesquels l'abbé Engelbert Meyongo, enseignant au Département de Droit canonique et Président du Tribunal ecclésiastique provincial de Yaoundé, sans oublier les amis d'autres institutions avec lesquelles il y a une bonne collaboration dans le domaine social et caritatif.

Mgr Ndi-Okalla les a remerciés d'avoir voulu vivre en communion cette journée de fête de la Communauté Redemptor hominis, "à laquelle nous tenons a-t-il affirmé et que nous aimons beaucoup".

L'évêque a souligné que la nomination du p. Franco doit être située dans ce sens, comme une confirmation et un renouvellement de la présence de la Communauté Redemptor hominis, aux soins pastoraux de laquelle est confiée la paroisse. En présentant le p. Franco comme curé, il a aussi rappelé à la mémoire collective les nombreuses personnes de la Communauté qui ont œuvré pendant des années pour la formation des fidèles laïcs et des jeunes, en plus de s'occuper du domaine strictement sacramentel.

C'est toute la Communauté a dit l'évêque qui, au cours des années, a déployé son charisme dans cette paroisse : les membres encore présents autant que ceux qui ont quitté cette terre pour retourner à la maison du Père, comme sœur Silvia Recchi. En dialoguant avec les fidèles, il a rappelé un proverbe en langue locale : "Kiñ enë ngul ai bitul" et qu'on pourrait traduire par "le cou ne se soutient pas sans les épaules".

Il a ensuite proposé aux fidèles une intention de prière particulière pour la paix et la justice au Cameroun.

Rappelons en effet que le Cameroun traverse un moment difficile sur le plan social et politique, avec des poussées sécessionnistes, mêmes violentes, dans les deux régions anglophones du pays : symptôme d'une unité nationale inaccomplie qui aurait dû se réaliser à travers une juste décentralisation (comme il a été souligné aussi par un document de la Commission "Justice et Paix" de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun, paru la veille de la célébration vécue à Obeck).

La suspension de toute activité ("villes mortes", comme on dit ici), agite et préoccupe le pays qui, jusqu'à présent, a joui de la paix ; mais celle-ci se construit seulement s'il y a justice et respect des diversités culturelles.

Les fidèles, qui reçoivent chaque jour, par le biais des réseaux sociaux, des messages qui invitent au maintien de la paix et au refus de toute violence, perçoivent la gravité de ce moment historique ainsi que le bien-fondé de l'intention de prière de l'évêque.

Les fidèles ont vécu avec sobriété et écoute attentive une passation de service qui n'avait certes pas qu'une connotation juridique, mais qui était une occasion de renouvellement personnel, communautaire et pastoral. Ils ont pu mieux saisir que la paix et l'unité se bâtissent d'abord dans une profonde conversion personnelle, qui a ensuite une retombée sociale.

Le mot d'accueil du vice-responsable du Conseil paroissial, Martin Momha, a souligné le lien de la paroisse avec la Communauté Redemptor hominis et son équipe pastorale ; dans celui-ci, il a aussi remercié le curé sortant, le p. Gian Paolo Paladini, qui continuera à donner sa contribution pastorale en paroisse, et il a salué par ailleurs le nouveau service du p. Franco Paladini en tant que curé, dans l'ouverture de cœur réciproque, pour une nouvelle aventure de foi.

L'évêque a demandé au curé qu'il venait tout juste de nommer, de prêcher ; ce fut l'occasion pour le p. Franco, de parcourir à nouveau l'itinéraire de sa vocation, de son cheminement dans la paroisse, de l'amour de ses fidèles, rappelant aussi ses propres résistances à la grâce de Dieu, s'identifiant même avec ce fils proposé par l'évangile du jour et qui, après avoir dit "non" au père, fait tout de même sa volonté.

Un itinéraire de plusieurs décennies, fait de joies, de sacrifices, de conversion, d'amour. La fête de Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus lui a d'ailleurs donné l'occasion de souligner cette primauté de l'amour dans la fonction de service à laquelle il était appelé.

Le p. Franco, comme on pourra le lire dans le texte de son homélie qui sera publié ultérieurement, a mis l'accent sur cette primauté de l'amour qui l'a fait mûrir dans le temps et qui lui fait situer de manière nouvelle cette nomination aussi, ainsi que le désir d'amener la paroisse vers l'esprit missionnaire qui avait animé Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus.

L'évêque a exprimé sa joie d'avoir demandé l'approfondissement de la parole de l'évangile à Franco, et s'est arrêté sur ce passage de curé à pasteur, ainsi que sur la centralité de l'amour. Ces aspects saillants de son homélie constituaient, a dit l'évêque, un rappel pour tous les prêtres présents ; il a aussi invité le p. Franco à faire mémoire chaque année de cette accentuation le jour de la fête de Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus.

L'évêque a ensuite demandé au p. Michele, notre Responsable général, de présenter le p. Franco, avant de procéder à la cérémonie liturgique et juridique de la passation de service du curé.

Le p. Michele n'a pas présenté un simple curriculum du p. Franco, mais plutôt son parcours en tant que consacré et membre de la Communauté, à l'adresse des fidèles qui ont vu mûrir et "vieillir" Franco au milieu d'eux. Un peuple qui a compris, cherchant ensuite à le vivre avec cohérence, que c'est une Communauté qui travaille dans la paroisse, que la fidélité des membres à leur charisme est la condition d'une fécondité apostolique ; en conséquence cette fidélité est aussi l'affaire du peuple lui-même, qui ne s'est pas scandalisé d'ailleurs des difficultés parfois vécues, mais a partagé difficultés et joies avec la Communauté.

Le p. Michele a réitéré ce que la Communauté a inséré dans ses Statuts après des années d'expérience en Afrique, notamment ce passage qui stipule que c'est le peuple, après la grâce de Dieu, qui est la plus grande ressource pour l'Église, comme l'affirmait Ecclesia in Africa (53), l'Exhortation apostolique de Saint Jean-Paul II qui a indiqué le chemin dans les premières années de la fondation de la paroisse.

Le p. Michele a exhorté le p. Franco à ce cheminement pastoral et spirituel, en reprenant l'invitation du pape François à se tenir devant le peuple (pour le guider), au milieu de lui (proximité et écoute), et aussi derrière lui (sachant en suivre le sens de la foi), pour devenir de plus en plus le Bon Pasteur qui connaît ses brebis et est connu par celles-ci. Le don d'une statue du Bon Pasteur à la fin de la Messe traduisait cette indication de façon visible à Franco et à toute la paroisse.

Le p. Michele a laissé aussi d'autres signes : une nappe en tissu traditionnel du Paraguay pour l'École de formation des laïcs, un chandelier pour la liturgie et un soutien économique pour les pauvres de la Caritas de la paroisse. Ces dons ont été salués par une expression de joie de toute la communauté paroissiale.

Le p. Michele a ainsi rappelé les priorités de la paroisse Sagrado Corazón de Jesús d'Ypacaraí où il exerce actuellement son ministère comme curé ; ces priorités ont été indiquées du reste par le travail pastoral du p. Emilio Grasso : l'initiative de Dieu qui vient à nous par le biais de sa Parole qui doit être au centre de toute initiative ecclésiale, la transparence économique, la formation des fidèles et la catéchèse des enfants et des jeunes, la charité et la pastorale de la culture.

Ces priorités, certes avec des accents locaux différents, sont et doivent devenir de plus en plus celles de la paroisse d'Obeck aussi.

Il a surtout rappelé Obeck à l'ouverture missionnaire et à l'esprit universel dont la Communauté est porteuse dans cette paroisse à la périphérie de la ville et du monde.

Dans le cœur, restent marqués pour toujours le silence attentif et assoiffé d'une parole de vie et de joie des fidèles, les cris de fête des femmes à la fin de la célébration, l'humilité de notre évêque qui, avec un esprit catéchétique et une longue expérience de professeur universitaire, a perçu et expliqué aux fidèles, chaque fois, le cœur des événements et de ce qu'on disait.

Au terme du discours du p. Michele, en effet, l'évêque a mis en évidence la "grammaire" du charisme de la Communauté qui venait d'être présentée et a exprimé une fois de plus son souhait que ces lignes, dans le témoignage vécu par la Communauté et par la paroisse d'Obeck, soient un exemple et puissent embraser tout le diocèse.

À la fin de la célébration, le chant en espagnol Alma misionera (âme missionnaire), timide mais aux accents de fête, exécuté par les jeunes choristes, a manifesté ce moment d'échanges et d'ouverture à l'expérience d'Ypacaraí dont le p. Michele est porteur et que le p. Franco est appelé à mener à bien.

Ce fut le début d'une semaine de rencontres et d'échanges entre deux paroisses du Sud du monde et de l'Église.

Comme le dit le Psaume 125, en allant, ils vont et ils pleurent, ils jettent la semence, ils s'en viennent dans la joie, avec le fruit de leur sueur.

C'était une journée inoubliable pour tous, construite dans la fatigue et la fidélité quotidienne de la paroisse et de la Communauté. Le p. Franco, dans l'humilité et dans la fierté, a vécu une journée de retour aux sources de sa vocation, de joie et d'ouverture à l'espérance de tout un peuple.

Antonietta Cipollini

 


09/10/2017

 

Site de la Communauté missionnaire Redemptor hominis