Italiano Español Nederlands Français
Home




Version imprimable Suggérer par mail





Une condition essentielle au progrès dans le discernement, c’est de s’éduquer à la patience de Dieu et à ses temps qui ne sont jamais les nôtres”.

****

“Il ne suffit pas que tout aille bien, que tout soit tranquille. Dieu pourrait être en train de nous offrir quelque chose de plus, et à cause de notre distraction dans la commodité, nous ne nous en rendons pas compte”.

****

Seul celui qui est disposé à écouter possède la liberté pour renoncer à son propre point de vue partiel ou insuffisant, à ses habitudes, à ses schémas”.

****

“Tout le monde, mais spécialement les jeunes, est exposé à un zapping constant. Il est possible de naviguer sur deux ou trois écrans simultanément et d’interagir en même temps sur différents lieux virtuels. Sans la sagesse du discernement, nous pouvons devenir facilement des marionnettes à la merci des tendances du moment”.

**** 

“Aujourd’hui, l’aptitude au discernement est redevenue particulièrement nécessaire. En effet, la vie actuelle offre d’énormes possibilités d’actions et de distractions et le monde les présente comme si elles étaient toutes valables et bonnes”.

****

“La corruption spirituelle est pire que la chute d’un pécheur, car il s’agit d’un aveuglement confortable et autosuffisant où tout finit par sembler licite : la tromperie, la calomnie, l’égoïsme et d’autres formes subtiles d’autoréférentialité”.

****

Ceux qui ont le sentiment qu’ils ne commettent pas de fautes graves peuvent tomber dans une sorte d’étourdissement ou de torpeur. Comme ils ne trouvent rien de grave à se reprocher, ils ne perçoivent pas cette tiédeur qui peu à peu s’empare de leur vie spirituelle et ils finissent par se débiliter et se corrompre”.

****

“Le triomphe chrétien est toujours une croix, mais une croix qui en même temps est un étendard de victoire, qu’on porte avec une tendresse combative contre les assauts du mal”.

**** 

Nous avons pour le combat les armes puissantes que le Seigneur nous donne : la foi qui s’exprime dans la prière, la méditation de la parole de Dieu, la célébration de la Messe, l’adoration eucharistique, la réconciliation sacramentelle, les œuvres de charité, la vie communautaire et l’engagement missionnaire”.

****

“La vie chrétienne est un combat permanent. Il faut de la force et du courage pour résister aux tentations du diable et annoncer l’Évangile. Cette lutte est très belle, car elle nous permet de célébrer chaque fois le Seigneur vainqueur dans notre vie”.

****

N’ôtons pas de la valeur à la prière de demande, qui bien des fois donne de la sérénité à notre cœur et nous aide à continuer de lutter avec espérance ”.

****

“La supplication est l’expression d’un cœur confiant en Dieu, qui sait que seul il est impuissant”.

**** 

“Puisque Dieu a voulu entrer dans l’histoire, la prière est tissée de souvenirs. Non seulement du souvenir de la Parole révélée, mais aussi de la vie personnelle, de la vie des autres, de ce que le Seigneur a fait dans son Église”.

**** 

“Regarde ton histoire quand tu pries et tu y trouveras beaucoup de miséricorde”.

**** 

Souvenons-nous que c’est la contemplation du visage de Jésus mort et ressuscité qui recompose notre humanité, même celle qui est fragmentée par les vicissitudes de la vie, ou celle qui est marquée par le péché”.

****

“Pour tout disciple, il est indispensable d’être avec le Maître, de l’écouter, d’apprendre de lui, d’apprendre toujours. Si nous n’écoutons pas, toutes nos paroles ne seront que du bruit qui ne sert à rien”.

****

Le saint est une personne dotée d’un esprit de prière, qui a besoin de communiquer avec Dieu”.

****

La sainteté est faite d’une ouverture habituelle à la transcendance, qui s’exprime dans la prière et dans l’adoration”.

****

“La communauté qui préserve les petits détails de l’amour, où les membres se protègent les uns les autres et créent un lieu ouvert et d’évangélisation, est le lieu de la présence du Ressuscité”.

**** 

“Jésus invitait ses disciples à prêter attention aux détails”.

 

“Il y a beaucoup de couples saints au sein desquels chacun a été un instrument du Christ pour la sanctification de l’autre époux. Vivre ou travailler avec d’autres, c’est sans aucun doute un chemin de développement spirituel”.

****

“Il est très difficile de lutter contre notre propre concupiscence ainsi que contre les embûches et les tentations du démon et du monde égoïste, si nous sommes trop isolés. Le bombardement qui nous séduit est tel que, si nous sommes trop seuls, nous perdons facilement le sens de la réalité, la clairvoyance intérieure, et nous succombons”.

**** 

“Demandons au Seigneur la grâce de ne pas vaciller quand l’Esprit nous demande de faire un pas en avant ; demandons le courage apostolique d’annoncer l’Évangile aux autres et de renoncer à faire de notre vie chrétienne un musée de souvenirs”.

**** 

“Les saints surprennent, dérangent, parce que leurs vies nous invitent à sortir de la médiocrité tranquille et anesthésiante”.

****

“L’Église n’a pas tant besoin de bureaucrates et de fonctionnaires, que de missionnaires passionnés, dévorés par l’enthousiasme de transmettre la vraie vie”.

****

“Laissons le Seigneur venir nous réveiller, nous secouer dans notre sommeil. Affrontons l’accoutumance, ouvrons bien les yeux et les oreilles, et surtout le cœur, pour nous laisser émouvoir par ce qui se passe autour de nous”.

****

“L’accoutumance nous séduit et nous dit que chercher à changer quelque chose n’a pas de sens, que nous ne pouvons rien faire face à cette situation. À cause de l’accoutumance, nous n’affrontons plus le mal et nous permettons que les choses ‘soient ce qu’elles sont’, ou ce que certains ont décidé qu’elles soient”.

****

“Il faut, certes, ouvrir la porte du cœur à Jésus-Christ, car il frappe et appelle. Mais parfois, je me demande si, à cause de l’air irrespirable de notre auto-référentialité, Jésus n’était pas déjà en nous, frappant pour que nous le laissions sortir”.

****

“Dieu est toujours une nouveauté, qui nous pousse à partir sans relâche et à nous déplacer pour aller au-delà de ce qui est connu, vers les périphéries et les frontières”.

**** 

“Peut-être refusons-nous de sortir d’un territoire qui nous était connu et commode. Toutefois, les difficultés peuvent servir à nous faire retourner à ce Dieu qui est tendresse et qui veut nous conduire dans un cheminement continu et rénovateur”.

****

“Nous avons en nous la tentation latente de fuir vers un endroit sûr qui peut avoir beaucoup de noms : individualisme, spiritualisme, repli dans de petits cercles, dépendance, routine, répétition de schémas préfixés, dogmatisme, nostalgie, pessimisme, refuge dans les normes”.

**** 

“Nous avons besoin de l’impulsion de l’Esprit pour ne pas être paralysés par la peur et par le calcul, pour ne pas nous habituer à ne marcher que dans des périmètres sûrs. Souvenons-nous que ce qui est renfermé finit par sentir l’humidité et par nous rendre malades”.

****

“Que de fois nous nous sentons engourdis par le confort de la rive ! Mais le Seigneur nous appelle à naviguer au large et à jeter les filets dans des eaux plus profondes”.

**** 

“Le consumérisme ne fait que surcharger le cœur ; il peut offrir des plaisirs occasionnels et éphémères, mais pas la joie”.

****

“Ce que nous recevons du Seigneur  afin d’en jouir est tel que parfois la tristesse frise l’ingratitude de notre part, frise le repli sur nous-mêmes au point que nous sommes incapables de reconnaître les dons de Dieu”.

****

“Ordinairement, la joie chrétienne est accompagnée du sens de l’humour. La mauvaise humeur n’est pas un signe de sainteté”.

****

“Il y a des moments difficiles, des temps de croix, mais rien ne peut détruire la joie surnaturelle qui  s’adapte et se transforme, et elle demeure toujours au moins comme un rayon de lumière qui naît de la certitude personnelle d’être infiniment aimé, au-delà de tout”.

**** 

“Le saint est capable de vivre joyeux et avec le sens de l’humour. Sans perdre le réalisme, il éclaire les autres avec un esprit positif et rempli d’espérance”.

**** 

“Je ne dis pas que l’humiliation soit quelque chose d’agréable, car ce serait du masochisme, mais je dis qu’il s’agit d’un chemin pour imiter Jésus et grandir dans l’union avec lui”.

**** 

“La sainteté que Dieu offre à son Église vient à travers l’humiliation de son Fils. Voilà le chemin ! L’humiliation te conduit à ressembler à Jésus, c’est une partie inéluctable de l’imitation de Jésus-Christ”.

****

“L’humilité ne peut s’enraciner dans le cœur qu’à travers les humiliations. Sans elles, il n’y a ni humilité ni sainteté. Si tu n’es pas capable de supporter et de souffrir quelques humiliations, tu n’es pas humble et tu n’es pas sur le chemin de la sainteté”.

**** 

“La consommation de l’information superficielle et les formes de communication rapide et virtuelle peuvent également être un facteur d’abrutissement qui nous enlève tout notre temps et nous éloigne de la chair souffrante des frères”.

****

  “Le consumérisme hédoniste peut nous jouer un mauvais tour, parce qu’avec l’obsession de passer du bon temps, nous finissons par être excessivement axés sur nous-mêmes, sur nos droits et sur la hantise d’avoir du temps libre pour en jouir”.

****

“La meilleure façon de discerner si notre approche de la prière est authentique sera de regarder dans quelle mesure notre vie est en train de se transformer à la lumière de la miséricorde”.

 

****

“Notre culte plaît à Dieu quand nous y mettons la volonté de vivre avec générosité et quand nous laissons le don reçu de Dieu se traduire dans le don de nous-mêmes aux frères”.

**** 

“Le monde des ragots, fait de gens qui s’emploient à critiquer et à détruire, ne construit pas la paix. Ces gens sont au contraire des ennemis de la paix et aucunement bienheureux”.

****

“Sans nous en rendre compte, en pensant que tout dépend de l’effort humain canalisé par des normes et des structures ecclésiales, nous compliquons l’Évangile et nous devenons esclaves d’un schéma qui laisse peu de place pour que la grâce agisse”.

****

“Même quand l’existence d’une personne a été un désastre, même quand nous la voyons détruite par les vices et les addictions, Dieu est dans sa vie”.

**** 

“Dieu nous dépasse infiniment, il est toujours une surprise”.

****

“Lorsque quelqu’un a réponse à toutes les questions, cela montre qu’il n’est pas sur un chemin sain, et il est possible qu’il soit un faux prophète utilisant la religion à son propre bénéfice, au service de ses élucubrations psychologiques et mentales”.

****

“Une chose est un sain et humble usage de la raison pour réfléchir sur l’enseignement théologique et moral de l’Évangile ; une autre est de prétendre réduire l’enseignement de Jésus à une logique froide et dure qui cherche à tout dominer”. 

****

“N’aie pas peur de viser plus haut, de te laisser aimer et libérer par Dieu”.

  **** 

“Tout se remplit de paroles, de jouissances épidermiques et de bruit à une vitesse toujours croissante... Comment donc ne pas reconnaître que nous avons besoin d’arrêter cette course fébrile pour retrouver un espace personnel, parfois douloureux mais toujours fécond, où s’établit le dialogue sincère avec Dieu ?”.

**** 

“Une tâche accomplie sous l’impulsion de l’anxiété, de l’orgueil, du besoin de paraître et de dominer, ne sera sûrement pas sanctifiante. Le défi, c’est de vivre son propre engagement de façon à ce que les efforts aient un sens évangélique et nous identifient toujours davantage avec Jésus-Christ”.

****

“Puisses-tu reconnaître quelle est cette parole, ce message de Jésus que Dieu veut délivrer au monde par ta vie !”.

**** 

“Quand tu sens la tentation de t’enliser dans ta fragilité, lève les yeux vers le Crucifié et dis-lui : ‘Seigneur, je suis un pauvre, mais tu peux réaliser le miracle de me rendre meilleur’”.

**** 

“As-tu de l’autorité ? Sois saint en luttant pour le bien commun et en renonçant à tes intérêts personnels”.

**** 

“Es-tu père, mère, grand-père ou grand-mère ? Sois saint en enseignant avec patience aux enfants à suivre Jésus”.

**** 

“Es-tu un travailleur ? Sois saint en accomplissant honnêtement et avec compétence ton travail au service de tes frères”.

****

“Es-tu marié ? Sois saint en aimant et en prenant soin de ton époux ou de ton épouse, comme le Christ l’a fait avec l’Église”.

****

“Es-tu une consacrée ou un consacré ? Sois saint en vivant avec joie ton engagement”.

**** 

 “Nous sommes tous appelés à être des saints en vivant avec amour et en offrant un témoignage personnel dans nos occupations quotidiennes, là où chacun se trouve”.

****

“Pour être saint, il n’est pas nécessaire d’être évêque, prêtre, religieuse ou religieux”.

**** 

“Ce qui importe, c’est que chaque croyant discerne son propre chemin et mette en lumière le meilleur de lui-même, ce que le Seigneur a déposé de vraiment personnel en lui et qu’il ne s’épuise pas en cherchant à imiter quelque chose qui n’a pas été pensé pour lui”.

****

“La sainteté est le visage le plus beau de l’Église”.

  **** 

“J’aime voir la sainteté dans le patient peuple de Dieu : chez ces parents qui éduquent avec tant d’amour leurs enfants, chez ces hommes et ces femmes qui travaillent pour apporter le pain à la maison, chez les malades, chez les religieuses âgées qui continuent de sourire”.

**** 

“Personne n’est sauvé seul, en tant qu’individu isolé, mais Dieu nous attire en prenant en compte la trame complexe des relations interpersonnelles qui s’établissent dans la communauté humaine : Dieu a voulu entrer dans une dynamique populaire, dans la dynamique d’un peuple”.

**** 

"Les saints qui sont déjà parvenus en la présence de Dieu gardent avec nous des liens d'amour et de communion".

****

"Nous sommes enveloppés d'une si grande nuée de témoins qui nous encouragent à ne pas nous arrêter en chemin, qui nous incitent à continuer de marcher vers le but. Et parmi eux, il peut y avoir notre propre mère, une grand-mère ou d'autres personnes proches".

****

"Le Seigneur demande tout ; et ce qu'il offre est la vraie vie, le bonheur pour lequel nous avons été créés. Il veut que nous soyons saints et il n'attend pas de nous que nous nous contentions d'une existence médiocre, édulcorée, sans consistance".

****

“N’ayez pas peur d’ouvrir votre cœur à la lumière du Ressuscité et laissez-le transformer votre incertitude en force positive pour vous et pour les autres”.

****

"La route que le Maître ressuscité nous indique est à sens unique, elle avance dans une seule direction : sortir de nous-mêmes, sortir pour témoigner de la force de guérison de l'amour qui nous a conquis".

  ****

La miséricorde de Dieu est éternelle ; elle ne finit pas, elle ne s'épuise pas, elle ne se rend pas face aux fermetures, et elle ne se fatigue jamais.

****

Nous sommes tous appelés à devenir écrivains vivants de l'Évangile, porteurs de la Bonne Nouvelle à tout homme et à toute femme d'aujourd'hui.

**** 

L'Église ne cesse de dire à nos défaites, à nos cœurs fermés et peureux : ‘Arrête-toi, le Seigneur est ressuscité !'.

****

 Parfois, dans notre vie, les lunettes pour voir Jésus sont les larmes. Il y a un moment dans notre vie où seules les larmes nous préparent à voir Jésus.

****

 Que le Seigneur nous rende participants de sa Résurrection : qu'il nous ouvre à sa nouveauté qui transforme, aux surprises de Dieu qui sont si belles.

****

“Dieu se tait, mais par amour”.

  ****

“Regarde et contemple le visage de l’Amour Crucifié qui, aujourd’hui, sur la croix, continue d’être porteur d’espérance”.

****

“Jésus nous a aimés. Jésus nous aime. Sans limites, toujours, jusqu’à la fin”.

****

“Regarde les visages contrits de tous ceux qui cherchent à corriger leurs erreurs et leurs fautes et qui, dans leurs misères et leurs maux, luttent pour transformer les situations et aller de l’avant”.

  ****

"Regarde les visages interpellant de nos enfants et des jeunes porteurs d'avenir et d'espérance, porteurs

d'un lendemain et d'un potentiel qui exigent dévouement et protection. Germes vivants de l'amour et de la

vie qui se fraient toujours un passage au milieu de nos calculs mesquins et égoïstes".

****

"Regarde les signes qui empêchent d'éteindre la charité, qui maintiennent vive la flamme de la foi et de

l'espérance. Visages vivants de la tendresse et de la bonté de Dieu qui agit au milieu de nous".

****

"Arrête-toi pour regarder et contempler !".

****

"Arrête-toi devant la vacuité de ce qui est immédiat, momentané et éphémère, qui nous prive de nos racines, de nos liens, de la valeur des parcours et du fait de nous savoir toujours en chemin".

****

"Arrête-toi un peu devant l'attitude favorisant des sentiments stériles, inféconds qui surgissent de l'enfermement et de l'apitoiement sur soi-même et qui conduisent à oublier d'aller à la rencontre des autres pour partager les fardeaux et les souffrances".

****

"Arrête-toi un peu devant le bruit assourdissant qui atrophie et étourdit nos oreilles et qui nous fait oublier le pouvoir fécond et créateur du silence".

****

"Arrête-toi un peu devant l'obsession de vouloir tout contrôler, tout savoir, tout dévaster, qui naît de l'oubli de la gratitude face au don de la vie et à tant de bien reçu".

****

"Arrête-toi un peu devant l'obsession de vouloir tout contrôler, tout savoir, tout dévaster, qui naît de l'oubli de la gratitude face au don de la vie et à tant de bien reçu".

****

"Arrête-toi un peu devant le regard hautain, le commentaire fugace et méprisant qui naît de l'oubli de la tendresse, de la compassion et du respect dans la rencontre des autres".

****

"Arrête-toi un peu devant la nécessité d'apparaître et d'être vu par tous, d'être continuellement à ‘l'affiche', ce qui fait oublier la valeur de l'intimité et du recueillement".

****

"Arrête-toi, laisse cette injonction à vivre en accéléré qui disperse, divise et finit par détruire le temps de la famille, le temps de l'amitié, le temps des enfants, le temps des grands-parents, le temps de la gratuité... le temps de Dieu".

****

"Arrête-toi un peu, laisse cette agitation et cette course insensée qui remplit le cœur de l'amertume de sentir que l'on n'arrive jamais à rien".

****

"Ce qui donne de l'autorité à un pasteur, ou qui réveille l'autorité qui a été donnée par le Père, est la proximité : la proximité avec Dieu dans la prière et la proximité avec les gens".

****

"Dieu seul peut nous donner le vrai bonheur : c'est inutile de perdre notre temps à le chercher ailleurs : dans les richesses, dans les plaisirs, dans le pouvoir, dans la carrière...".

****

“Le carême est un temps de pénitence, oui, mais ce n’est pas un temps triste ! C’est un engagement joyeux et sérieux pour nous dépouiller de notre égoïsme, de notre vieil homme, et pour nous renouveler selon la grâce de notre baptême”.

  ****

"Nous avons toujours besoin de conversion dans notre vie quotidienne - tous les jours ! -, et l'Église nous fait prier pour cela. En effet, nous ne sommes jamais suffisamment orientés vers Dieu et nous devons continuellement diriger vers lui notre esprit et notre cœur".

**** 

"La route, comme lieu de l'annonce joyeuse de l'Évangile, place la mission de l'Église sous le signe du ‘départ', du chemin, sous le signe du ‘mouvement' et jamais d'un état statique".

****

"Jésus n'est pas venu apporter le salut dans un laboratoire ; il ne prêche pas dans un laboratoire, séparé des gens : il est au milieu de la foule ! Au milieu du peuple !".

****

"Que la Vierge Marie, femme de l'écoute, nous aide à faire silence autour de nous et en nous, pour écouter, dans le vacarme des messages du monde, la parole qui a le plus d'autorité qui soit : celle de son Fils Jésus, qui annonce le sens de notre existence et nous libère de tout esclavage". 

****

"Pensons à cette grande grâce qu'est pour nous le fait d'avoir connu ce Dieu si puissant et si bon ! Un maître et un ami qui nous indique le chemin et qui prend soin de nous, spécialement quand nous sommes dans le besoin". "Pensons à cette grande grâce qu'est pour nous le fait d'avoir connu ce Dieu si puissant et si bon ! Un maître et un ami qui nous indique le chemin et qui prend soin de nous, spécialement quand nous sommes dans le besoin".

****

"Jésus nous communique toute la lumière qui éclaire les routes, parfois sombres, de notre existence. Il nous communique aussi la force nécessaire pour surmonter les difficultés, les épreuves, les tentations".

****

"Ne vous découragez pas, allez de l'avant, tous ensemble ! Car la vie vaut la peine d'être vécue, la tête haute !".

****

"Quand Jésus nous regarde, il ne considère pas combien nous sommes parfaits, mais tout l'amour que nous avons dans le cœur à offrir et pour le suivre".

****

"Ne te maquille pas, ne maquille pas ton cœur, mais présente-toi devant Jésus tel que tu es pour qu'il puisse t'aider à progresser dans la vie".

****

"Jésus ne veut pas que tu te maquilles le cœur ; il t'aime comme tu es et il a un rêve à réaliser avec chacun de vous. N'oubliez pas, il ne désespère pas de nous".

****

"Il y a des photos qui sont très belles, mais elles sont complètement truquées ; et laissez-moi vous dire que le cœur ne peut pas se "photoshoper", parce que c'est là que se joue l'amour véritable, c'est là que se joue le bonheur et c'est là que tu montres ce que tu es".

****

"Chercher Jésus, rencontrer Jésus, suivre Jésus : voilà le chemin".

****

"Nous sommes appelés à dépasser une religiosité faite d'habitudes et tenue pour acquise, en ravivant la rencontre avec Jésus dans la prière, dans la méditation de la Parole de Dieu et dans la pratique des sacrements, pour être avec Lui et porter du fruit grâce à Lui, à son aide, à sa grâce".

****

 "La vie de foi consiste dans le désir d'être avec le Seigneur et donc dans une recherche continuelle du lieu où Il habite".

****

"Il ne suffit pas de se construire une image de Dieu fondée sur le ouï-dire : il faut aller à la recherche du divin Maître et se rendre là où il habite".

****

"Nous pourrons faire de nombreuses expériences, réaliser beaucoup de choses, établir des relations avec de nombreuses personnes, mais seul le rendez-vous avec Jésus, à l'heure que Dieu connaît, peut donner un sens plénier à notre vie et rendre féconds nos projets".

****

"Seule une rencontre personnelle avec Jésus engendre un chemin de foi et un chemin pour devenir un disciple".

****

“La rencontre dominicale nous donne la force de vivre l’aujourd’hui avec confiance et courage, et de marcher dans l’espérance vers le dimanche sans couchant de la vie éternelle”.

****

  "Sans le Christ, nous sommes dominés par la fatigue du quotidien, par la peur du lendemain".

****

"Chaque célébration est un rayon de ce soleil sans déclin qu'est Jésus Christ ressuscité. Participer à la messe signifie entrer dans la victoire du Ressuscité, être illuminés de sa lumière, réchauffés de sa chaleur".

****

"Se faisant pain rompu pour nous, le Seigneur Jésus répand sur nous sa miséricorde et son amour, comme il l'a fait sur la croix, au point de renouveler notre cœur, notre existence et notre relation avec lui et avec les frères".

****

"Le Seigneur rencontre notre fragilité pour nous reconduire à notre premier appel : celui d'être à l'image et à la ressemblance de Dieu. Tel est le cadre de l'Eucharistie, telle est la prière".

****

"L'Eucharistie est le moment privilégié pour être avec Jésus, et, à travers Lui, avec Dieu et avec nos frères".

****

"La rencontre avec le Seigneur est toujours une rencontre vivante, ce n'est pas une rencontre de musée".

****

"Si je ne suis pas capable de dire ‘Père' à Dieu, je ne suis pas capable de prier. Nous devons apprendre à dire ‘Père', c'est-à-dire à nous mettre en sa présence dans une confiance filiale. Mais pour pouvoir apprendre, il faut humblement reconnaître que nous avons besoin d'être instruits".

****

"Le silence est si important ! Nous n'allons pas à un spectacle, nous allons à la rencontre du Seigneur et le silence nous prépare et nous accompagne. Demeurer en silence avec Jésus. Et du mystérieux silence de Jésus jaillit sa Parole qui retentit dans notre cœur".

****

"L'homme a été créé à l'image et ressemblance de Dieu, qui est Père et Fils et Saint-Esprit, une relation d'amour parfaite qui est unité. À partir de cela, nous pouvons comprendre que nous avons tous été créés pour entrer dans une relation parfaite d'amour, en nous donnant et en nous recevant sans cesse".

****

"La Messe est prière, elle est même la prière par excellence, la plus élevée, la plus sublime, et dans le même temps la plus ‘concrète'. En effet, c'est la rencontre d'amour avec Dieu, à travers sa Parole et le Corps et le Sang de Jésus. C'est une rencontre avec le Seigneur".

****

"Les sacrements, et la célébration eucharistique de façon particulière, sont les signes de l'amour de Dieu, les voies privilégiées pour le rencontrer".

****

"Je trouve cela très triste quand je célèbre ici, sur la place, ou dans la basilique, et je vois tant de portables levés. Mais tout de même ! La Messe n'est pas un spectacle : c'est aller à la rencontre de la passion et de la résurrection du Seigneur".

****

"Il faut enseigner aux enfants à bien faire le signe de la croix. C'est ainsi que commence la Messe, c'est ainsi que commence la vie, c'est ainsi que commence la journée. Cela veut dire que nous sommes rachetés par la croix du Seigneur".

****

"Participer à la Messe signifie vivre à nouveau la passion et la mort rédemptrice du Seigneur".

****

"L'Eucharistie est un événement merveilleux dans lequel Jésus Christ, notre vie, se fait présent. Participer à la Messe signifie vivre encore une fois la passion et la mort rédemptrice du Seigneur. C'est une théophanie : le Seigneur se fait présent sur l'autel pour être offert au Père pour le salut du monde".

****

"Commencer l'année en faisant mémoire de la bonté de Dieu sur le visage maternel de Marie, nous protège de la maladie corrosive qui consiste à être orphelin spirituel, cette réalité que vit l'âme quand elle se sent sans mère et que la tendresse de Dieu lui manque".

****

“Une société sans mères serait une société sans pitié, qui a laissé la place seulement au calcul et à la spéculation. Parce que les mères, même aux pires moments, savent donner le témoignage de la tendresse, du don de soi sans condition, de la force de l’espérance”.

****

“Les mères sont l’antidote le plus fort contre nos tendances individualistes et égoïstes, contre nos fermetures et nos apathies. Une société sans mères serait non seulement une société froide, mais aussi une société qui a perdu le cœur, qui a perdu la ‘saveur de famille’”.

****

“Marie nous montre avec sa maternité que l’humilité et la tendresse ne sont pas les vertus des faibles mais des forts, elle nous enseigne qu’il n’y a pas besoin de maltraiter les autres pour se sentir important”.

****

“Marie nous a donné la chaleur maternelle, celle qui nous enveloppe dans les difficultés ; la chaleur maternelle qui permet que rien ni personne n’éteigne au sein de l’Église la révolution de la tendresse inaugurée par son Fils”.

****

“Marie est la femme qui sait conserver, c’est-à-dire protéger, garder dans son cœur le passage de Dieu dans la vie de son Peuple. De son sein, elle a appris à écouter le battement du cœur de son Fils, et cela lui a appris, pour toute sa vie, à découvrir la palpitation de Dieu dans l’histoire”.

****

“En Marie, non seulement le Verbe éternel s’est fait chair, mais il a appris à reconnaître la tendresse maternelle de Dieu”.

****

“Arrêtons-nous devant la crèche pour contempler comment Dieu s’est fait présent durant toute cette année et nous rappeler ainsi que chaque époque, chaque moment est porteur de grâce et de bénédiction”.

****

“Portons à Jésus ce que nous sommes, nos exclusions, nos blessures non guéries, nos péchés. Ainsi, en Jésus, nous goûterons le véritable esprit de Noël : la beauté d’être aimés de Dieu”.

****

“Noël a surtout une saveur d’espérance parce que, malgré nos ténèbres, la lumière de Dieu resplendit. Sa lumière gracieuse ne fait pas peur ; Dieu, épris de nous, nous attire par sa tendresse, naissant pauvre et fragile au milieu de nous, comme un de nous”.

****

“Jésus naît dans le refus de certains et dans l’indifférence de la plupart. Aujourd’hui aussi il peut y avoir la même indifférence, quand Noël devient une fête où les protagonistes sont nous, au lieu de Lui ; quand les lumières du commerce jettent dans l’ombre la lumière de Dieu”.

****

“Le mystère de Noël, qui est lumière et joie, interpelle et bouleverse, parce qu’il est en même temps un mystère d’espérance et de tristesse. Il porte avec lui une saveur de tristesse, en tant que l’amour n’est pas accueilli, la vie est rejetée”.

****

“L’Enfant qui naît nous appelle à laisser les illusions de l’éphémère pour aller à l’essentiel, à renoncer à nos prétentions insatiables, à abandonner l’insatisfaction pérenne. Cela nous fera du bien de laisser ces choses pour retrouver dans la simplicité de Dieu-enfant la paix, la joie, le sens lumineux de la vie”.

****

“Depuis aujourd’hui et pour toujours Dieu, l’Éternel, l’Infini, est Dieu-avec-nous : il est proche, il s’est fait homme et ne se détachera jamais de notre humanité, qu’il a faite sienne”.

****

“Que la Très Sainte Vierge, modèle dans l’attente de Dieu et icône de la vigilance, nous conduise à la rencontre de son fils Jésus, en ravivant notre amour pour Lui”.

****

“Être attentifs et être vigilants sont les conditions pour permettre à Dieu de faire irruption dans notre existence, pour lui rendre signification et valeur par sa présence pleine de bonté et de tendresse”.

****

“Ravivons la mémoire du premier amour : nous sommes les bien-aimés, nous sommes les invités aux noces, et notre vie est un don, parce que chaque jour est l’occasion magnifique de répondre à l’invitation”.

 

(À suivre)


 

Site de la Communauté missionnaire Redemptor hominis