Italiano Español Nederlands Français
Home arrow Afrique arrow Nouvelles d'Afrique arrow Notre Église diocésaine/2. Une année de la mission de l’Église en marche




Version imprimable Suggérer par mail

Nouvelles d'Afrique

 



Notre église diocésaine/2

Une année de la mission de l'Église en marche


La priorité et l'urgence d'offrir des orientations pour une relance de l'éducation catholique n'ont pas empêché Mgr Joseph-Marie Ndi-Okalla et l'équipe diocésaine de Mbalmayo de préparer une base pour une réflexion élargie par une "radioscopie pastorale".

 

 

Une relecture pastorale

La "radioscopie pastorale" a été la présentation et l'analyse socio-pastorale réalisée par écrit puis remise à Mgr Ndi-Okalla, par les divers curés des paroisses (dont la plupart étaient ses anciens étudiants de missiologie à l'UCAC et initiés donc à ses méthodes d'analyse des réalités missionnaires), par les religieux ou les laïcs œuvrant dans les différentes réalités diocésaines (éducation, santé, etc.).

À partir des échanges de la journée sacerdotale voulue par l'évêque comme première étape d'un ressourcement diocésain, un document de synthèse qui présentait les "Points d'attention et de défis" de la pastorale avait été produit par le Secrétariat de la Journée.

Cette réflexion a connu un temps de rencontre importante lors des trois journées de la "Rentrée pastorale", tenues au Centre pastoral Notre Dame du Perpétuel Secours, du 29 au 31 octobre 2017. Une vaste et active participation des fidèles laïcs a permis ainsi d'approfondir le document "Points d'attention et de défis" et la présentation faite par l'évêque de la "radioscopie pastorale".

Comme l'a affirmé Mgr Ndi-Okalla dans l'éditorial de la revue "Notre Église diocésaine", "300 prêtres, religieux et religieuses, délégués, fidèles chrétiens laïcs, issus des 95 communautés paroissiales du diocèse se sont allègrement éprouvés dans la triple Mission de l'Église : annoncer l'Évangile, construire la communion, témoigner de l'espérance chrétienne dans les familles, au village, au travail, en société...".

Lors de ces journées, on a donc approfondi les difficultés et quelques propositions par rapport aux chantiers prioritaires de la vie diocésaine : la vie spirituelle et le service ecclésial ; la catéchèse et la vie sacramentelle ; la gestion des structures ecclésiales ; l'éducation catholique ; la formation ecclésiale et pastorale des jeunes ; l'accompagnement pastoral des Communautés ecclésiales vivantes et des Mouvements...

Il est à souhaiter pour l'avenir qu'il y ait la possibilité d'approfondir davantage les  différents aspects qui ont été traités dans leur globalité.

Ce qui demeure gravé en outre dans les cœurs des participants est la dynamique d'implication dans la réflexion, la vaste participation des délégués de la zone d'Akonolinga, l'autre poumon du diocèse. Certains laïcs ont étés accueillis, les jours de la rencontre pastorale, chez des familles de la ville, ce qui a permis de multiplier les échanges fraternels et d'expériences.

Les célébrations liturgiques ont marqué ces journées en leur donnant une empreinte spirituelle importante.

Dans un "Petit Vadémécum d'une dynamique pastorale", l'évêque lui-même, dans une lettre circulaire du 30 octobre 2017, a voulu mettre à feu quelques points d'attention pastorale.

Parmi les points aucun n'est à négliger nous soulignons l'insistance sur le soin des relations fraternelles, auxquelles l'évêque est toujours très attentif : l'importance de l'accueil paroissiale, l'amitié dans le Seigneur, le témoignage et le style vécu dans l'évangélisation des fidèles.

On invite aussi à former, responsabiliser, déléguer, évaluer ensemble ; de tout cela dérive l'importance du gouvernement de la paroisse et des structures canoniques pour son fonctionnement.

Un article de la revue "Notre église diocésaine" fait remonter, à propos de la gouvernance, l'intervention du père jésuite Albert Lorent, professeur de l'UCAC, pour une bonne gestion des structures ecclésiales : gestion des objectifs, des finances, des biens et des équipements, des ressources humaines ; le père Lorent a mis en exergue la nécessité de la rationalité, du suivi dans le temps et de la transparence de la gestion.

En confirmant la volonté de l'évêque de poser des bases d'une saine gestion dans le diocèse, la revue signale aussi la participation de quelques membres du diocèse à la session sur la gestion des biens de l'Église tenue par la Faculté de Sciences Sociales de l'UCAC sur le campus d'Ekounou en juillet 2017.

Les différentes visites dans les paroisses des deux zones pastorales du diocèse par Mgr Joseph-Marie Ndi-Okalla ont encouragé le peuple de Dieu sur ces lignes mises en exergue par la réflexion pastorale.

Pastorale et Synode pour les jeunes

Pendant les trois journées de la "Rentrée pastorale", ce fut aussi l'occasion idoine pour présenter le travail en cours sur la préparation dans le diocèse du Synode des évêques qui se tiendra en octobre 2018 sur le thème "Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel".

Mgr Ndi-Okalla a particulièrement encouragé cette préparation synodale en nous demandant de l'animer dans le cadre de l'aumônerie diocésaine, en confirmant son intérêt pour la jeunesse par sa présence, lors de certains moments saillants de rassemblement des jeunes.

Nous avons déjà eu l'occasion de présenter ses premières orientations concernant la pastorale de la jeunesse lors de la Messe de rentrée scolaire, ses invitations à soigner la vie intérieure, à assumer le style de Jésus, et les différentes étapes du cheminement synodal dans le diocèse.

La revue "Notre Église diocésaine" reprend intégralement notre première réception du Synode qui soulignait l'importance qu'il y a à considérer la vie chrétienne dans les différents états, comme une vocation à l'amour et au don de soi.

L'attention de l'évêque sur ce parcours synodal comme base d'un renouvellement de la pastorale de la jeunesse, unie à un effort remarquable en vue d'une relance de l'éducation catholique, fait bien espérer pour l'avenir et la relève du diocèse.

Mbalmayo : ville de grâces

L'un des moments forts de la vie diocésaine présentés par la revue diocésaine a été la visite des évêques de l'Assemblée des Conférences Épiscopales de l'Afrique Centrale (ACERAC) à Mbalmayo, le 13 juillet 2017, pour prier sur la tombe de Mgr Paul Etoga. Cette visite a été un retour aux sources, pour rendre hommage à la figure du premier évêque de l'Afrique noire francophone, une station de gratitude le long du chemin des évêques, ressourcés aussi par un temps de prière au sanctuaire "Marie, Reine de la paix".

Le plus jeune cardinal de l'Église catholique, Mgr Dieudonné Nzapalaïnga, cardinal à Bangui en République Centrafricaine, était présent aussi. Il avait gardé beaucoup de souvenirs de Mbalmayo, puisqu'il avait fait une partie de ses études dans cette ville. Il a dit à ce propos : "La vie missionnaire passe par les hommes qui nous évangélisent. Nous voulons que cette ville devienne une ville de grâces. Tout ce que nous avons reçu, nous revenons le partager. Je donne toutes mes bénédictions à mes frères et sœurs qui sont à Mbalmayo".

Cette visite a marqué un temps fort de communion, en donnant un signe de la catholicité de l'Église. Du sanctuaire, la bénédiction des évêques a été un geste de grande signification symbolique pour les fidèles, puisque le Mbalmayo décrit par le romancier Eza Boto (Alexandre Biyidi), pendant la période coloniale comme "ville cruelle", devenait désormais, par l'engagement des chrétiens bénis par les évêques, ville de grâces !

Rendre grâce et reprendre le chemin

Nous voulons rappeler, parmi les thèmes traités dans la revue diocésaine, l'accompagnement et l'amitié spirituelle de l'évêque avec les consacrés, en l'occurrence les diverses communautés et les congrégations religieuses présentes dans le diocèse.

Quant à nous, nous rappelons avec gratitude la présence de Mgr Ndi-Okalla à l'installation du curé de la paroisse d'Obeck et son accueil chaleureux du Responsable général de la Communauté Redemptor hominis, le père Michele Chiappo, en visite à Mbalmayo.

Ce serait difficile, voire impossible d'épuiser la présentation des divers aspects d'une année intense de renouveau pastoral que relate la revue diocésaine avec objectivité, sans tomber dans l'auto complaisance.

Rendre grâce à Dieu qui est présent au milieu de nous et qui éduque son peuple a été la finalité de la célébration de l'anniversaire de Mgr Joseph-Marie Ndi-Okalla et de la publication de la revue.

Cet exercice de la remontée de l'expérience vécue, de l'approfondissement de la mémoire, est un trait caractéristique de Mgr Ndi-Okalla.

Ce rendement de grâce au Seigneur a aidé à assumer aussi le souvenir des difficultés vécues dans un esprit de foi, d'espérance et de charité.

Après cette station de gratitude, les fidèles reprennent donc le chemin, conduits par leur évêque qui leur a adressé un "Message d'accompagnement pastoral et spirituel" pour Carême-Pâques 2018.

Dans ce Message, il invite les fidèles à progresser dans la connaissance de Jésus-Christ, à l'accueillir dans leur vie, en se libérant aussi de toutes les résistances, des pesanteurs, des doutes..., de la dureté de cœur, et à devenir dociles à la pédagogie divine.

Il confie finalement d'une manière particulière à toutes les paroisses, aux mouvements et aux associations catholiques, la revue "Notre Église diocésaine" (Édition N° 0002/Février 2018) pour une lecture, pour les partages et les échanges sur l'évangélisation et la pastorale, en cette première année d'épiscopat.

Et il conclut en disant : "Recueillez-en motif d'action de grâce, de prière et d'engagement !".

Antonietta Cipollini


 

16/04/2018

 

Site de la Communauté missionnaire Redemptor hominis