Italiano Español Nederlands Français
Home arrow Afrique arrow Nouvelles d'Afrique arrow L’accolade de l’Afrique à Silvia




Version imprimable Suggérer par mail

Nouvelles d'Afrique

 



 L'accolade de l'Afrique À Silvia


La dépouille de notre sœur Silvia Recchi, décédée en 2017 en Belgique, par suite d'un cancer, a été rapatriée dans sa terre de mission au Cameroun, notamment à Mbalmayo, terre qui lui était devenue chère et qui lui "sera légère" selon l'expression souvent utilisée dans notre contexte. Elle reposera désormais à la grotte mariale "Marie Mère de l'espérance" de notre Centre Redemptor hominis, à Mbalmayo, où fidèles et amis pourront toujours se rendre pour la visiter et pour prier.
 

   

Évêques, religieux et religieuses, simples fidèles, se sont réunis pour cette occasion autour de Silvia et de notre Communauté Redemptor hominis, pour dire merci pour le don de la vie de Silvia à l'Afrique et pour le retour de sa dépouille.

Ce retour de Silvia a permis aux différentes composantes de l'Église au Cameroun d'élaborer finalement leur deuil, de la pleurer, de faire mémoire d'elle, de s'interroger sur l'avenir de son héritage intellectuel et ecclésial, de se laisser interpeller aujourd'hui par son sens aigu de la liberté, par le souvenir de sa franchise, de sa parole dite avec autorité, comme service à la vérité et non comme pouvoir, de son honnêteté dans le travail généreux, de la mise en valeur de la femme dans l'Église en général et de la femme consacrée en particulier.

C'est notre Fondateur, le Père Emilio Grasso, qui le premier avait discerné le lien très fort de Silvia avec l'Afrique, dès le début de sa maladie, en nous disant que son corps souffrant était appelé à devenir l'autel d'un sacrifice d'amour pour la mission.

C'est finalement grâce à son indication que ce don nous a été fait. C'est une réponse à l'attente des fidèles d'Afrique, à tous ceux qui ont aimé Silvia et ont exprimé le désir de ce retour.

La Communauté Redemptor hominis, par son Responsable général, le Père Michele Chiappo, avec joie a accueilli avec son Conseil cette indication, en permettant ce rapatriement.

Notre gratitude pour cet événement que nous avons vécu va à Mgr Joseph-Marie Ndi-Okalla, évêque de Mbalmayo, qui s'était rendu en Belgique pour rendre visite à Silvia plusieurs fois et avait présidé ses obsèques en lui transmettant l'amour de l'Afrique. Mgr Ndi-Okalla s'était fait à cette occasion et à plusieurs reprises, auprès de notre Responsable Général, le discret et patient interprète de ce souhait de l'Église au Cameroun du retour de la dépouille de Silvia, avec patience et respect pour notre charisme et notre discernement. Il nous a aussi accompagnés et conseillés tout au long de la préparation de l'évènement.

Le choix du rapatriement de Silvia en Afrique exprime aussi une alliance renouvelée de notre Communauté Redemptor hominis avec l'Église en Afrique. C'est un signe très fort : nous nous sentons chez nous dans l'Église famille de Dieu qui est au Cameroun, où nous tissons des liens de liberté et de grâce qui dépassent les liens de la nécessité et de la nature. Et donc de la terre d'origine aussi.

Tous les signes d'affection, d'estime et d'amour pour Silvia nous ont fait comprendre davantage que la mission est un dialogue apostolique, une rencontre salvifique avec les hommes, et qui crée comme fruit des liens profonds d'amitié. Il ne s'agit donc pas de trop nous préoccuper de réaliser des œuvres, mais de communiquer la vérité qui nous rend libres, l'amour qui nous donne la joie et qui sait apaiser les souffrances, qui trouve sa source dans le Seigneur Jésus.

Le fait qu'autour de Silvia se soient rassemblés dans un témoignage unanime des évêques, des prêtres, des religieux et des religieuses, des fidèles laïcs... est un signe de ce travail missionnaire sans trêve, suscitant des relations profondes tous azimuts avec les diverses composantes du peuple de Dieu.

Les hommages académiques

De magnifiques célébrations se sont succédé d'une manière touchante depuis son retour au Cameroun.

Tout d'abord, le vendredi 1er juin, il y a eu la liturgie d'accueil et de bénédiction à l'aéroport de Nsimalen, avec la présence de Mgr Adalbert Ndzana, évêque émérite de Mbalmayo, et de Mgr Philippe Alain Mbarga, évêque d'Ebolowa ; de nombreux amis et religieuses ont voulu se serrer autour d'elle dans un moment de grande émotion et de prière.

Le convoi s'est ébranlé ensuite vers l'Université Catholique, au campus de Nkolbisson où le Recteur, l'abbé Jean-Bertrand Salla, a rendu à Silvia les hommages académiques en rappelant le riche apport de Silvia, comme enseignante et comme directrice émérite du Département de Droit canonique. Une messe présidée par Mgr Faustin Ambassa, archevêque de Garoua, et concélébrée par de nombreux prêtres de la communauté éducative de l'Université et de l'École théologique Saint-Cyprien a marqué le début de la veillée de prière jusqu'à l'aube, animée par les chorales universitaires. L'homélie de Mgr Thomas Bienvenu Tchoungui, professeur et ancien vicaire général du diocèse de Mbalmayo, a souligné l'important apport de la franchise et du service de la vérité dont Silvia s'est fait témoin, en faisant un commentaire de Jn 8, 31-42.

Samedi 2 juin, la communauté universitaire, et notamment le Département de Droit canonique, s'est réunie encore pour une messe concélébrées par de nombreux abbés. L'abbé Engelbert Meyong Nama, commentant l'évangile du jour, a souligné l'autorité morale qui a toujours caractérisé l'activité d'enseignement de Silvia et ses interventions académiques.

Tard dans la matinée, les Supérieurs Majeurs des congrégations religieuses au Cameroun ont animé une autre célébration eucharistique accompagnés par les étudiants du Séminaire Majeur de Nkolbisson. Dans son homélie, le Père Richard Ngono, doyen de la Faculté de Philosophie de l'Université Catholique, a souligné, en tenant compte des nombreux fruits académiques de Silvia et à la lumière de la parabole de la vigne selon laquelle le vigneron émonde les branches qui portent des fruits pour qu'elles en donnent davantage (cf. Jn 15, 2), la fécondité spirituelle qu'implique son départ dans les personnes qui l'ont connue et appréciée.

Avant de partir pour Mbalmayo, les nombreux religieux présents avec le représentant des Supérieurs Majeurs, le Père Paulin Neme, ont accompagné en cortège la dépouille de Silvia jusqu'à la sortie de l'Université.

L'accueil de Mbalmayo

L'accueil à Mbalmayo a eu lieu samedi après-midi, au niveau de la chapelle de notre Centre Redemptor hominis. Plusieurs groupes et personnes se sont succédé en prière jusqu'à dimanche soir : religieux du diocèse de Mbalmayo, amis et voisins de la Communauté. Samedi soir, une messe a été présidée par l'abbé Jean Parfait Ntsama, curé de la paroisse dans le territoire de laquelle est situé notre Centre ; une autre messe a été présidée dimanche soir, avant l'acheminement de la dépouille à la paroisse d'Obeck, par l'abbé Apollinaire Ebogo, doyen des prêtres du diocèse de Mbalmayo, qui nous accueillit à notre arrivée à Mbalmayo en 1991.

Les fidèles et les amis de la paroisse d'Obeck étaient présents aux différentes stations du retour de Silvia au Cameroun et nous ont soutenus comme famille de Dieu. Durant deux semaines, des dizaines de jeunes, de collaborateurs, de membres des groupes d'Obeck et de simples fidèles avaient travaillé d'arrache-pied pour embellir le site d'accueil de la tombe de Silvia, dans la joie, la prière et la réflexion sur la signification ecclésiale de ce retour.

Dimanche dans l'après-midi, l'arrivée de Silvia sur le parvis de la paroisse Bienheureuse Anwarite d'Obeck, confiée à notre communauté et pour laquelle Silvia avait travaillé, demeurera mémorable pour tous. Les responsables de la paroisse avaient voulu préparer à Silvia un accueil avec les balafons et par la danse traditionnelle de l'Esani réservée aux valeureux, à ceux qui ont triomphé des épreuves de la vie.

Cette danse a été clôturée par l'arc-en-ciel qui est soudainement apparu et a été immédiatement accueilli par ce peuple profondément religieux comme un message signifiant qu'au Ciel aussi il y avait fête pour ce retour.

Le soir, il y a eu messe présidée par Mgr Adalbert Ndzana, évêque émérite de Mbalmayo, qui a souligné la bonne collaboration avec Silvia comme conseillère juridique et il a mis en exergue ses qualités de religieuse aussi.

Messe pontificale à la cathédrale

Lundi matin, le 4 juin, la Cathédrale a accueilli Silvia avec une inoubliable messe pontificale à laquelle étaient présents entre autres : Mgr Jean Mbarga, archevêque de Yaoundé, qui avait côtoyé Silvia en tant qu'enseignant et ensuite Grand Chancelier de l'Université Catholique, et Mgr Joseph Atanga, archevêque de Bertoua, qui avait collaboré avec Silvia quand il était président de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun.

Étaient présents aussi : Mgr Alain Philippe Mbarga, évêque d'Ebolowa, Mgr Christophe Zoa, évêque de Sangmelima, et Mgr Adalbert Ndzana. La Messe a été présidée par Mgr Joseph Marie Ndi-Okalla.

L'archevêque de Yaoundé, dans sa prise de parole, a dit que le retour de Silvia est un signe prophétique et que sa vie, marquée à la fois par l'enseignement, la recherche scientifique, l'accueil des plus pauvres, a été une existence pleinement eucharistique. Son double enterrement, en 2017 en Belgique et maintenant au Cameroun, sa terre de mission, la rapproche du personnage évangélique Lazare.

Mgr Ndi-Okalla s'est inspiré du chapitre 13, 1-15 de l'évangile de Jean sur le lavement des pieds des disciples par Jésus pour reconnaître le sens de l'humilité et la conscience de la mission d'évangélisation dont Silvia a fait preuve dans les secteurs où elle a œuvré : de l'Université aux congrégations religieuses, de la Conférence épiscopale nationale jusqu'aux paroisses.

L'évocation des différentes stations de ce retour de Silvia seule nous fait comprendre que nous avons vécu des jours de grâces et de merveilles. Rendons grâce à Dieu !

Les profondes homélies, les témoignages émus n'étaient pas de circonstance, mais ils nous ont restitué le visage authentique de la sœur et de l'amie qui a partagé avec nous la construction de notre famille de consacrés et vingt-cinq ans de mission au Cameroun.

Comme nous l'avons voulu souligner à la cathédrale, Silvia dans notre Communauté a été une consacrée généreuse et d'une fidélité dynamique aux conseils évangéliques dans la recherche incessante de la croissance et de l'inculturation du charisme. C'est elle qui a élaboré les premiers statuts de notre Communauté et plus récemment, à l'intérieur d'une commission élargie, leur renouvellement.

La liste de ses charges serait longue, mais nous avons toujours admiré sa simplicité dans la vie quotidienne, sa capacité de dialogue et sa passion pour l'enseignement même à l'intérieur de la communauté. Notre communauté est une petite famille de consacrés où aussi bien des personnes d'origine modeste que des intellectuels de haut rang comme Silvia trouvent leur place. Elle savait être à table avec tout le monde, avec les pauvres, sans attitudes de supériorité, et avec des autorités de tout genre, sans complexe d'infériorité.

Nous remercions tous et chacun. Nous ne ferons pas de liste exhaustive où on risquerait d'oublier quelqu'un. Tous leurs visages d'amis, leurs larmes, leurs encouragements demeureront gravés à jamais dans notre cœur.

À la fin de la célébration eucharistique à la Cathédrale, nous nous sommes adressés personnellement à Silvia avec ces paroles :

"Très chère Silvia, carissima Silvia, ton retour parmi nous est aussi un engagement solennel à ne pas disperser tout ce que tu as fait, une exigence religieuse à compléter dans la communion des saints ce qui a pu te manquer, à aller de l'avant.

Tu reposeras à côté de nous, tu es tombée en terre comme un grain de blé qui donnera son fruit en temps voulu.

Cara Silvia, nous avons traversé ensemble des moments heureux, mais aussi de nombreuses difficultés qui ne manquent jamais dans une famille qui naît.

Tu as achevé ta course, tu as remporté la victoire de la fidélité qui est passée par la croix et la purification aussi de la maladie. Membre excellente de notre Communauté, fille de l'école de la liberté de nos origines, école de responsabilité, d'effort, de croix, tu as rendu gloire à Dieu et le peuple de Dieu le témoigne.

Nous saurons relever le défi que ta vie lance à nous tous, d'aller de l'avant et d'écrire une page nouvelle de notre histoire communautaire avec des fils d'Afrique qui se joindront à nous. J'en suis certaine, nous continuons toutefois à travailler dans la liberté de cœur et dans la gratuité, comme tu l'as fait.

Par ma voix, Redemptor hominis te dit son amour et sa joie d'être rentrée à ta maison, à Mbalmayo. Cette démarche avait commencé en mars dernier, au temps de Pâques, temps de la Résurrection du Christ qui annonce déjà la tienne.

Chère sœur et chère amie, nous nous reverrons. Oui, nous nous reverrons. Nous y croyons".

News précédentes sur Silvia Recchi :
.  A. Cipollini, Le retour de Silvia.
 


 

12/06/2018

 

Site de la Communauté missionnaire Redemptor hominis