Italiano Español Nederlands Français
Home arrow Afrique arrow Nouvelles d'Afrique arrow Pour une rencontre personnelle avec Jésus-Christ/1




Version imprimable Suggérer par mail

Nouvelles d'Afrique

 



POUR UNE RENCONTRE PERSONNELLE AVEC JéSUS-CHRIST/1

Réflexions des jeunes en formation théologique à
Yaoundé, en vue du Synode sur la jeunesse


 

En vue du prochain Synode, le Pape désire écouter les jeunes d'une manière directe, sans trop de médiations des formateurs. Pour réaliser une telle entreprise, il est important de s'adresser à des jeunes bien formés et capables de lire leurs situations et de thématiser leurs besoins, conditions qui ne sont pas toujours réunies dans les groupes de jeunes.

Pour surmonter ces difficultés, à côté du travail de sensibilisation, d'approfondissement avec les jeunes en paroisse et avec l'aumônerie du diocèse de Mbalmayo, nous avons proposé aussi une réflexion aux jeunes en formation théologique, IIIe année de licence 2018, à l'Université Catholique d'Afrique Centrale (UCAC) de Yaoundé, dans le cadre d'un cours de missiologie.

Ces derniers ont réfléchi sur les problématiques des jeunes, et nous proposons quelques réflexions tirées de leur travail de synthèse. Bientôt, ils seront sur le terrain concret de la mission : bon nombre d'entre eux seront des prêtres, d'autres, des formateurs pastoraux laïcs des jeunes.

Ils ont approfondi le Document Préparatoire au prochain Synode sur les jeunes et le Questionnaire proposé par ledit Document.

Cette synthèse des réponses aux questions aura un intérêt spécifique pour le continent africain, compte tenu du lieu de la réflexion (Yaoundé) et de la composition de la classe de théologie (une centaine de jeunes) faite de séminaristes (presque la moitié), de religieux (de différentes congrégations) et d'une dizaine de laïcs africains. Pour la plupart, il s'agit de camerounais (de l'archidiocèse de Yaoundé, des diocèses de Mbalmayo, de Bafia, d'Obala, de Sangmelima et d'Ebolowa), mais d'autres pays sont aussi représentés, tels que le Gabon, le Nigéria, la Guinée Équatoriale, la République Centrafricaine, le Congo Brazzaville.

Concernant la méthodologie utilisée, nous avons eu neuf groupes d'environ dix étudiants chacun qui ont travaillé sur le Document Préparatoire du Synode ; chacun a aussi répondu au questionnaire personnellement. Ces neuf groupes ont exposé leurs travaux et, à la suite des échanges et des débats, ils les ont améliorés. Ensuite, le groupe de synthèse le dixième groupe a procédé à une relecture générale de tous les travaux en mettant l'accent sur les points de convergence ou encore sur les points communs qui caractérisent la situation des jeunes en Afrique subsaharienne. Nous présentons donc le fruit de cette relecture en suivant les différentes parties du Questionnaire proposé par le Document Préparatoire.

Bien sûr, ces réflexions ne restituent pas tous les questionnements que ces débats ont portés en émergence, et des approfondissements successifs pourront mettre en exergue quelques aspects soulevés par un échantillon de jeunes qui est fort intéressant.

Cette synthèse nous donne une première vue d'ensemble de la réception du thème de la part de ces jeunes théologiens, de leur insistance sur l'importance de la proximité pastorale et de l'écoute des jeunes, sur la nécessité pour l'Église de ne pas perdre sa dimension prophétique, de ne pas réduire sa fonction à la dimension sociale, d'offrir un témoignage crédible, de réaliser finalement un accompagnement vocationnel qui puisse conduire chaque jeune vers une rencontre profonde avec Jésus-Christ.

Nous retrouvons confirmées en général les indications des mots-clés du Document de Travail du Synode qui vient de paraître : l'écoute, l'accompagnement, la conversion, le discernement, les défis, la vocation, la sainteté.



LA PAROLE AUX JEUNES



Vocation et mission

"Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel", tel est le thème du prochain Synode sur les jeunes annoncé pour le mois d'octobre 2018. Dans son message pour la Journée mondiale des missions 2017, le pape François parlait déjà des jeunes en termes d'espérance de la mission de l'Église.

Nous soulignons le lien étroit entre mission et vocation et vice-versa.

Il n'y a pas de mission sans une vocation. En d'autres termes, la vocation est appel à une mission qui est donnée par Dieu et qui exige une réponse personnelle, libre et volontaire. Dieu a besoin des jeunes pour sa moisson. C'est donc à juste titre que le prochain Synode prend en charge la question de la vocation des jeunes dans le monde d'aujourd'hui.

Le thème du Synode porte en lui-même une orientation : les jeunes, dans leur diversité et leur singularité, sont appelés à entreprendre un parcours ecclésial et synodal pour discerner leur vocation à la lumière de la foi. S'il est vrai qu'il existe une diversité de vocations, il demeure aussi vrai que toutes les vocations se retrouvent dans la vocation à l'amour évangélique.

Une question surgit alors : dans une société où la vie semble souvent vide de sens, les jeunes peuvent-ils témoigner de la force transformante de l'Évangile aujourd'hui, de sa capacité de transformer une vie vide en une vie radicalement  autre ?

Le thème que propose l'Église universelle, à savoir : "Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel", nous paraît très actuel au regard de la place importante qu'occupe le jeune dans l'Église. Cette tranche d'âge est alors la plus déterminante pour l'avenir de l'Église. C'est pourquoi le discernement nous semble capital pour un avenir meilleur de l'Église. Par ce thème, le Pape renouvelle l'intérêt de l'Église envers les jeunes qui ne doivent pas fermer les yeux devant les difficultés qu'ils traversent.

Discerner avec les jeunes permet alors à l'Église de les aider dans tous les choix de la vie, en vue de leur bonheur qui ne peut se vivre que dans un engagement vocationnel réussi.

Toutefois, ce thème semble resté au niveau du discernement des vocations ecclésiales bien que le document lui-même apporte plus de lumière. L'on pourrait proposer comme titre : "Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel dans le monde d'aujourd'hui".

Dans un contexte du "marché du religieux", les jeunes constituent une catégorie vulnérable à la mode. Par ailleurs, le fait que la foi soit au cœur du thème du prochain Synode sur les jeunes souligne que le parcours synodal est une démarche de foi qui peut contribuer au renouvellement de la foi de nombreux jeunes. C'est du moins ce qui est attendu.

Jeunes, Église et société

Le contexte social et ecclésial actuel de l'Église catholique qui est dans la sous-région d'Afrique Centrale interpelle notre méthode d'accompagnement des jeunes. Il est nécessaire aujourd'hui de prendre de son temps pour écouter les jeunes. C'est pourquoi les pasteurs de nos Églises, pour écouter les jeunes, s'approchent d'eux, en partageant leurs conditions sociales et parfois en s'y identifiant.

Dans les paroisses, il existe aussi la pastorale des jeunes qui va à la rencontre des jeunes dans les différents quartiers pour partager la Parole de Dieu avec eux et pour écouter leurs préoccupations.

En écoutant ces jeunes, on réalise qu'il y a encore plusieurs défis à relever et opportunités à saisir.

Parmi les défis, on peut noter l'éducation civique et chrétienne, le taux de chômage et le problème des mœurs qui prennent de l'ampleur. En effet, si on retrouve beaucoup de structures estudiantines en Afrique Centrale, on peut remarquer néanmoins le recul des valeurs chrétiennes au sein de ces structures.

À l'observation par exemple, la délinquance juvénile est en train de s'étendre. Il est urgent aujourd'hui de restaurer des conditions de travail garantissant le bien-être des enseignants et des apprenants. Les familles doivent être aujourd'hui des lieux où se cultivent davantage les valeurs chrétiennes.

Beaucoup de jeunes diplômés se retrouvent au chômage non par manque d'emploi, mais à cause des conditions exigées pour une embauche. Il leur est demandé parfois d'intégrer les cercles ésotériques (Franc-maçonnerie, Rose-croix, etc.).

D'autres ne trouvent pas de travail faute de structure d'embauche. Certains prennent le risque aussi de quitter clandestinement leur pays pour aller chercher le bonheur sous d'autres cieux. D'autres encore sont obligés d'exercer des métiers comme de vendeurs à la sauvette, ceux de moto-taximen ou bien ils entrent dans l'armée, ou alors s'enlisent dans la carrière politique pour espérer des lendemains meilleurs. Sur le plan ecclésial, ils peuvent solliciter des membres du clergé, un "encadrement" en vue de poursuivre une formation au sacerdoce ou à la vie religieuse.

En ce qui concerne l'Église, la présence des jeunes se fait davantage ressentir dans les chorales, les mouvements d'action catholique et les associations sportives chrétiennes.

Dans notre sous-région d'Afrique Centrale en général, on peut néanmoins noter des espaces de participation des jeunes à la vie de la communauté ecclésiale à travers leurs engagements dans les groupes et mouvements d'action catholique et liturgiques (lecteurs, enfants de chœur, Jeunes du monde, etc.), les pèlerinages et les camps des jeunes.

Tout cela est dû au fait que les jeunes aiment les espaces vivants, sensationnels et ludiques. Ce sont des espaces où ils se sentent considérés.

Néanmoins, en dehors du milieu ecclésial, les jeunes sont davantage attirés par des regroupements de micro-finances. D'autres intègrent les partis politiques. En effet, ces derniers permettent aux jeunes de devenir responsables et d'intégrer le monde des affaires.

En ce qui concerne les jeunes qui ne fréquentent pas l'Église, on peut les rencontrer dans les lieux de détente (Bar, snack-Bar, etc.), dans les écoles et les espaces de formation divers.

On peut aussi les rencontrer à la faveur d'une organisation d'activités à but non lucratif au sein des paroisses, lors des journées récréatives, des projections des films, des kermesses, des concerts par exemple.

Bien des situations sociales difficiles amènent les jeunes à solliciter le secours de l'Église.

Les jeunes de nos pays demandent à l'Église d'être surtout plus crédible, de créer plus d'espace d'expression pour les jeunes et d'être plus disponible à les écouter, car leur avis compte aussi. De plus, ils veulent que l'Église ne perde pas sa dimension prophétique : elle doit dénoncer les situations d'injustice, d'enrichissement illicite, de crimes rituels dont sont victimes les jeunes.

En outre, ils demandent plus de formation et d'accompagnement pour les rendre dynamiques dans la foi pour qu'ils deviennent des modèles et des exemples à suivre pour les générations futures.

Groupe de synthèse, IIIe Année de Théologie 2018, UCAC[1]

(À suivre)




[1] Le groupe de synthèse qui a rédigé ce travail était composé par les jeunes suivants : Guy ABANDA ZOGO, Irénée-Victoire ANABA NOAH, Pamphile ASSOUMOU MVOMO, Gha-Chim MACMILLAN, Maxime T. MVILONGO ATEBA, Ange OLOA NTOLO, Fabrice ONANA NGA, Roland TIEU N'GBE, Georges ZANG AMOUGOU.
 

 

25/06/2018

 

Site de la Communauté missionnaire Redemptor hominis