Italiano Español Nederlands Français
Home arrow Approfondissements arrow Rapport 2018 sur la liberté religieuse dans le monde. La pire surprise vient d’Inde




Version imprimable Suggérer par mail

Approfondissements 

 

 

RAPPORT 2018 SUR LA LIBERTE RELIGIEUSE DANS LE MONDE.

LA PIRE SURPRISE VIENT D'INDE

 


 

Dans le rapport de presque 900 pages sur la liberté religieuse dans le monde qui vient de sortir ces derniers jours, la fondation de droit pontifical Aide à l'Église en Détresse confirme une détérioration générale de la liberté religieuse.

Par rapport au dernier rapport datant 2016, la situation a véritablement empiré dans pas moins de 17 des 38 États où l'on a constaté des persécutions ou des discriminations. Et on y retrouve certains des pays les plus peuplés du monde comme la Chine, l'Inde, l'Indonésie, le Pakistan, la Russie, le Nigeria... Avec pour résultat que presque deux tiers de la population mondiale, soit 61 %, vit aujourd'hui dans un pays où la liberté de religion est menacée.

Et de toutes les confessions, c'est la religion chrétienne qui est la plus touchée. Un chrétien sur sept vit aujourd'hui dans un pays classé "persécution".

Le rapport d'Aide à l'Église en Détresse donne une description précise de la situation de chaque pays en commençant par dresser un portrait du cadre juridique relatif à la liberté religieuse en vigueur au sein du pays en question et en poursuivant par une énumération des événements contraires à la liberté religieuse qui se sont produits ces deux dernières années.

Les 21 pays classés "persécution" dans lesquels la liberté religieuse est la plus opprimée sont les suivants, par ordre alphabétique : Afghanistan, Arabie Saoudite, Bangladesh, Chine, Corée du Nord, Érythrée, Inde, Indonésie, Iraq, Libye, Myanmar, Niger, Nigeria, Pakistan, Palestine, Syrie, Somalie, Soudan, Turkménistan, Ouzbékistan, Yémen.

Tandis que ces 17 autres pays sont classés "discrimination", c'est-à-dire qu'on y enregistre des atteintes à la liberté religieuse un cran en-dessous du précédent : Algérie, Azerbaïdjan, Bhoutan, Brunei, Égypte, Iran, Kazakhstan, Kirghizistan, Laos, Maldives, Mauritanie, Qatar, Russie, Tadjikistan, Turquie, Ukraine, Vietnam.

Dans les 38 États de ces deux listes, ceux dans lesquels Aide à l'Église en Détresse a constaté que les attaques contre la liberté religieuse avaient empiré ces deux dernières années sont : Brunei, Chine, Inde, Indonésie, Iran, Kazakhstan, Kirghizistan, Libye, Maldives, Mauritanie, Myanmar, Niger, Pakistan, Somalie, Tadjikistan, Turquie, Yémen.

Le rapport précise qu'il faudrait également ajouter à cette liste les cinq pays suivants dans lesquels le manque de liberté religieuse "est tellement grave qu'il ne peut empirer" : Afghanistan, Arabie Saoudite, Corée du Nord, Érythrée, Nigeria.

Il n'y a que deux pays dans lesquels le rapport note une "amélioration" relative par rapport à la situation précédente : l'Iraq et la Syrie. Même si ceux-ci figurent encore dans les pays classés "persécution".

En Iraq, en particulier, le retour des chrétiens à Mossoul et dans la plaine de Ninive de dizaines de milliers de chrétiens qui avaient fui les attaques de l'État Islamique est un signe positif. Beaucoup de leurs maisons ont justement été reconstruites par Aide à l'Église en Détresse. Mais il est également arrivé qu'ils trouvent leurs propres maisons occupées par des étrangers munis de faux titres de propriété.

Le problème comme le fait remarquer le rapport c'est que toutes ces souffrances des communautés religieuses sont largement ignorées par les gouvernements et par les médias occidentaux dans lesquels "la liberté religieuse est en train de subir un glissement vers le bas dans le classement des droits humains, éclipsée par d'autres questions comme le gender, la sexualité et la race". Au Pakistan, l'affaire de la chrétienne Asia Bibi, qui vient d'échapper à la peine capitale après avoir passé neuf ans en prison mais dont la vie et celle de sa famille est toujours menacée, à l'instar de nombreux chrétiens de ce pays, menacés par des foules de fanatiques musulmans, s'est déroulée dans l'indifférence générale, dans l'attente d'un pays qui lui accorde l'asile.


S'il fallait relever les principaux éléments nouveaux parmi tous les pays examinés dans le rapport, le cas de la Chine est particulièrement frappant. Alors que le Vatican vient justement de signer un accord avec ce pays, on y constate une recrudescence de l'hostilité envers toutes les confessions et pas seulement la religion chrétienne catholique, avec une législation de plus en plus restrictive, la destruction de lieux de culte et "au moins cent mille musulmans emprisonnés à durée indéterminée dans des camps de rééducation bondés".

Mais la plus grande surprise que réserve le rapport d'Aide à l'Église en Détresse concerne le deuxième pays le plus peuplé au monde, l'Inde.

Selon le pool international d'experts qui a rédigé le rapport de 2018, l'Inde est effectivement le pays où l'on enregistre la plus forte variation en pire par rapport à une situation antérieure déjà très négative.

Dans la soi-disant "plus grande démocratie du monde", il n'y a pas de religion d'État. Mais depuis que le dernier recensement a relevé une baisse du nombre d'hindous, l'hostilité envers les minorités musulmanes et chrétiennes s'est par réaction fortement accentuée, et de nouvelles lois punissant la conversion à des religions autres que l'hindouisme sont entrées en vigueur dans un nombre croissant d'États de la fédération.

L'arrivée au pouvoir en 2017 du Bharatiya Janata Party, un parti à tendance fortement nationaliste qui associe l'identité indienne à la religion hindoue, a encouragé la diffusion des agressions contre les autres religions de la part des extrémistes hindous, bien souvent avec la complaisance des forces de sécurité.

Selon Persecution Relief, un forum œcuménique qui étudie la persécution antichrétienne, 736 attaques, souvent mortelles, ont été enregistrées depuis 2017, ce qui représente une nette augmentation par rapport aux 348 de l'année précédente. Le prétexte souvent invoqué pour justifier ces agressions est la consommation de viande de bœuf, en violation, selon les extrémistes hindous, des lois qui protègent les vaches sacrées.

Et tout cela dans l'indifférence du monde occidental qui continue à entretenir l'idée qu'hindouisme est synonyme de pacifisme.

Sandro Magister



© Il Sismografo (Settimo Cielo) - 25 novembre 2018
    Photos de la rédaction www.missionerh.it



03/12/2018
 

Site de la Communauté missionnaire Redemptor hominis