Droit canonique et cultures/2
 



SANCTIFIER LE TEMPS

La voix de l'Église dans la Liturgie des Heures


La Liturgie des Heures, appelée aussi Office divin, est l'oraison publique et officielle de l'Église, étalée le long de la journée. C'est la voix orante du peuple des fidèles qui loue Dieu publiquement
[1], et représente la nourriture fondamentale de la prière personnelle[2].

La Liturgie des Heures est née du désir d'accomplir l'invitation du Seigneur à prier sans cesse, sans se fatiguer (cf. Lc 18, 1). Par elle, depuis une ancienne tradition chrétienne, le temps est, dans ses jours et ses nuits, sanctifié[3]; elle constitue l'intégration indispensable du sacrifice eucharistique dont elle étend la richesse à chaque heure de la vie humaine[4].

L'Office divin n'est pas une action privée, mais il appartient à toute l'Église. Dans la Liturgie des Heures, l'Église écoute Dieu qui parle à son peuple, fait mémoire du mystère de salut, rend louange sans cesse au Seigneur avec le chant et la prière et elle Le supplie pour le bien de l'humanité (cf. can. 1173), en exprimant en même temps les désirs des fidèles. L'Église implore le Christ, et par Lui le Père, pour le salut de tout le monde; de cette manière, la Liturgie des Heures n'est pas seulement la voix de l'Église, mais aussi et surtout celle de Jésus Christ[5].

La célébration de la Liturgie des Heures

La Liturgie des Heures trouve dans la célébration communautaire son expression la plus significative; cependant, son caractère ecclésial reste intégralement intact dans la célébration individuelle, parce qu'en celle-ci chaque fidèle se fait voix de toute l'Église.

Cette dernière confie plus particulièrement à quelques catégories de fidèles la célébration de l'Office divin. Il s'agit, avant tout, des Évêques et des prêtres qui sont appelés, par leur ministère, à prier pour le peuple qui leur est confié et pour tout le peuple de Dieu. Sont également tenus à la célébration de la Liturgie des Heures, les diacres qui se préparent au presbytérat et les membres, même non clercs, des instituts de vie consacrée et des sociétés de vie apostolique (cf. can. 1174 §1).

Les Évêques, les prêtres et les diacres qui aspirent au presbytérat sont tenus par une vraie obligation juridique à célébrer la Liturgie des Heures; ils sont tenus de la réciter entièrement chaque jour, selon les livres liturgiques approuvés (cf. can. 276 §2, n. 3).

Les membres des instituts de vie consacrée et des sociétés de vie apostolique ont l'obligation de réciter l'Office divin, selon les prescriptions des constitutions propres (cf. can. 663 §3 et 739). Les diacres permanents sont tenus, par contre, à la Liturgie des Heures pour la partie prescrite pour eux par la Conférence Épiscopale.

Il est à remarquer que le droit de l'Église, tandis qu'il invite les prêtres à la célébration "fréquente" du sacrifice eucharistique, en recommandant vivement que celle-ci se fasse chaque jour (cf. can. 904 et 276 §2, n. 2), leur impose l'obligation canonique de la lecture quotidienne et intégrale de la Liturgie des Heures. Une importance spéciale est donnée aux Heures des Laudes et des Vêpres. Les prêtres et les diacres qui se préparent à la prêtrise ne doivent pas omettre leur célébration s'ils ne sont empêchés par une raison grave[6].

En effet, la vie spirituelle des ministres doit s'incarner dans leur existence par la liturgie, la prière personnelle, un style de vie cohérente ; autant d'exigences qui contribuent à la fécondité de leur action ministérielle. L'identification au Seigneur exige de respirer dans un climat d'amitié et de rencontre personnelle avec Lui[7], que la Liturgie des Heures favorise.

Aussi les séminaristes qui se préparent au ministère sacré doivent-ils être formés à la célébration de la Liturgie des Heures par laquelle ils prient le Seigneur au nom de l'Église, pour tout le peuple chrétien et pour le monde entier (cf. can. 246 §2).

Une invitation à tous les fidèles

Puisque la Liturgie des Heures est une action de l'Église, de tout le peuple de Dieu dans la diversité des vocations et des ministères, tous les fidèles sont exhortés à participer à cette célébration, hautement significative et efficace (cf. can. 1174 §2), selon les possibilités de chacun.

L'exhortation vaut surtout à l'égard des occasions où les fidèles se trouvent réunis ensemble pour des rencontres de prière, des journées apostoliques, des retraites ou des célébrations spéciales. L'invitation est adressée également aux familles qui peuvent, en priant quelque partie de la Liturgie des Heures, selon l'opportunité, s'insérer plus profondément dans la prière de l'Église[8].

Le temps de la célébration

L'Office divin est reparti dans les différentes heures de la journée, pour marquer celles-ci entièrement par la prière et la louange au Seigneur.

Pour réaliser un tel but, il faudrait donc respecter, dans la mesure du possible, le temps réel de chaque Heure; une inobservance systématique à ce sujet serait contraire à l'esprit et au but propre de la Liturgie des Heures.

L'observance du temps réel est nécessaire - affirme Vatican II - pour sanctifier vraiment la journée et pour réciter les Heures avec un vrai profit spirituel[9].

 

Silvia Recchi

 


________________________

[1]
Cf. Sacrosanctum Concilium, 99.
[2] Cf. Sacrosanctum Concilium, 90.
[3] Cf. Congrégation pour le Culte Divin, Principi e norme per la Liturgia delle Ore, 11 avril 1971, 10.
[4] Cf. Paul VI, Constitution apostolique Laudis canticum, 1 novembre 1970, Introduction.
[5] Cf. Congrégation pour le Culte Divin, Principi e norme ..., 15 e17.
[6] Cfr. Congrégation pour le Culte Divin, Principi e norme..., 29.
[7] Cfr. Congrégation pour le Clergé, Directoire pour le ministère et la vie des prêtres, 31 janvier 1994, 39.
[8] Cf. Congrégation pour le Culte Divin, Principi e norme..., 27.
[9] Cf. Sacrosanctum Concilium, 94.
 

15/12/2010