Interviews/12



NOMINATION DU NOUVEL ÉVÊQUE DE MBALMAYO:
JOSEPH-MARIE NDI-OKALLA


 

 

Le Pape François, le 27 décembre 2016, a accepté la renonciation de l'évêque de Mbalmayo, Mgr Adalbert Ndzana, présentée il y a deux ans. Le Pape a nommé comme successeur Mgr Joseph-Marie Ndi-Okalla, 59 ans, Vice-Recteur de l'Université Catholique d'Afrique Centrale de Yaoundé.

Né en 1957 à Douala, l'évêque nommé Joseph-Marie Ndi-Okalla a fait ses études au Petit Séminaire de Mbalmayo et au Séminaire interdiocésain Notre Dame de l'Immaculée Conception de Nkolbisson à Yaoundé, avant de rejoindre le Séminaire des Carmes et continuer ses études à l'Institut Catholique de Paris (1978-1984). Il a été ordonné prêtre le 13 août 1983, à Mbalmayo par Mgr Paul Etoga.

Il a suivi une longue et riche période de formation, sans oublier ses nombreuses activités académiques et de ministère presbytéral et ecclésial. Nous en donnons quelques points saillants. Mgr Joseph-Marie Ndi-Okalla a obtenu en 1984 une maîtrise en théologie biblique à l'Institut Catholique de Paris. Ensuite, en Allemagne, il a obtenu un doctorat en dogmatique à l'Université de Bonn, complété par une spécialisation à l'Institut des Sciences missiologiques Saint-Augustin de Bonn.

Il s'est spécialisé aussi au 3e cycle en Histoire et Civilisation à Paris IV - Sorbonne et il a obtenu un D.E.A en Sciences Sociales à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris.

Il s'est consacré par ailleurs à l'étude des langues bibliques sanctionnée par un diplôme à l'École des Langues Orientales Anciennes (E.L.O.A.) de Paris; il a poursuivi ensuite ses études dans ce domaine à Jérusalem.

En avril-mai 1994, il a été membre du Secrétariat de la Première Assemblée Spéciale pour l'Afrique.

Enseignant de missiologie depuis l'année académique 2006-2007 à Yaoundé, il devient ensuite Vice-Recteur de l'Université Catholique d'Afrique Centrale. Représentant africain de l'Association Internationale des missiologues catholiques, il a approfondi la réflexion théologique entre le premier et le deuxième Synode Africain. Il a participé également comme expert à la Deuxième Assemblée Spéciale des évêques pour l'Afrique, à Rome en octobre 2009.

Sur le plan pastoral, Joseph-Marie Ndi-Okalla a été aumônier universitaire, vicaire paroissial à Paris, tout en se consacrant à la pastorale sacramentaire, à l'action catholique et à la catéchèse.

Il a aussi été vicaire à la paroisse Sacré-Cœur de Mokolo à Yaoundé.

Il a également été responsable de la formation permanente du clergé et secrétaire de la Commission de la Doctrine de la foi et de la Conférence Episcopale Camerounaise.

Il sera sacré Évêque du diocèse de Mbalmayo le 18 février 2017.

L'abbé Joseph-Marie Ndi-Okalla a écrit plusieurs articles scientifiques et plaquettes historiques; il a dirigé plusieurs œuvres collectives sur les thèmes synodaux telles que:

§  Joseph Ndi-Okalla (Sous la direction de), Inculturation et conversion. Africains et Européens face au synode des Églises d'Afrique, Éditions Karthala, Paris 1994;

§  Joseph Ndi-Okalla et Mgr Antoine Ntalou (Sous la direction de), D'un synode africain à l'autre. Réception synodale et perspective d'avenir: Église et société en Afrique, Éditions Karthala, Paris 2007;

§  Joseph Ndi-Okalla (Sous la direction de), Le deuxième synode africain face aux défis socio-économiques et éthiques du Continent. Document de Travail, Éditions Karthala, Paris 2009.

Il est auteur du livre:

§  Joseph-Marie Ndi-Okalla, Récit et théologie. Enjeux de la narrative en théologie africaine. Une réception de l'herméneutique de Paul Ricœur, Préface de Jean Greisch, Éditions Karthala, Paris 2010.
QUELLE JOIE QUAND ON M'A DIT...

Émotions et réactions de Sophie-Madeleine Okalla,
sœur de l'Évêque nommé de Mbalmayo, Joseph-Marie Ndi-Okalla

 
Dans la Cathédrale Notre-Dame du Saint-Rosaire de Mbalmayo, le 27 décembre 2016, l'annonce de la nomination de l'Abbé Joseph-Marie Ndi-Okalla comme nouvel Évêque du Diocèse de Mbalmayo a déchainé une ovation de joie et d'émotions pour ce don du Seigneur.

Sophie-Madeleine Okalla, sa sœur aînée, ainsi que la mère du nouvel Évêque, étaient présentes à la célébration d'action de grâce de fin d'année présidée par Mgr Adalbert Ndzana, qui a du reste lu avec fierté la Lettre du Pape pour information de ses fidèles.

Nous avons voulu poser à Sophie-Madeleine quelques questions pour recueillir ses premières émotions et réflexions.

* Quelles sont vos premières réactions à la nomination de votre jeune frère, l'Abbé Joseph-Marie Ndi-Okalla, comme Évêque de Mbalmayo ?

Je suis surprise et n'en reviens pas encore. Je suis venue à la Cathédrale avec ma mère pour une célébration d'Action de grâce de fin d'année. Après l'homélie, Mgr Adalbert Ndzana nous a surpris en lisant la Lettre du Pape François avec la nomination de mon petit frère Joseph-Marie comme Évêque de Mbalmayo!

Au milieu des cris de joie et des accolades des fidèles, j'ai pleuré de joie en raison de la confiance qu'on lui a faite et j'ai eu un frisson, en considérant aussi que c'est un service bien plus profond et plus vaste par rapport à celui qu'il rend actuellement comme Vice-Recteur de l'Université Catholique. C'est un service qui requiert d'être accepté et réalisé en esprit de foi dans le Seigneur.

* Quels sont vos souvenirs et les aspects humains de Joseph-Marie qui vous tiennent particulièrement à cœur?

Tout en étant sa sœur aînée, j'ai été marquée tout au long de ma vie par Joseph-Marie qui aime profondément toute sa famille. Encore au Séminaire, il m'a toujours suivie par ses encouragements de foi et avec la communication continue, il prenait parfois aussi de son argent de poche de jeune séminariste pour me faire plaisir. Nous sommes onze frères et sœurs, mais Joseph-Marie a fait de chacun de nous un confident, un ami ou une amie. Il répète toujours le mot "communication" pour que nous restions ouverts les uns aux autres.

* Votre maman est pratiquante et profondément religieuse. Elle a joué un rôle important dans votre formation chrétienne...

Maman a toujours été très religieuse et elle demeure une catéchiste engagée; elle faisait partie, comme papa, de la Confrérie de la Légion de Marie et des mouvements catholiques. Avant de se marier, elle avait aussi envisagé de devenir religieuse. Elle est aussi une grande dévote de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus. Nos parents nous firent fréquenter des écoles catholiques depuis notre bas âge jusqu'à l'enseignement secondaire, parfois dans des internats; nous avons tous milité dans divers mouvements d'action catholique (Cœurs-vaillants, âmes-vaillantes, MEJ, Scouts et Guides, Cop-Monde, etc.).

En famille, on priait chaque jour ensemble, matin et soir; cette prière nous a nourris et elle est devenue ensuite comme un héritage dans les familles que nous avons constituées.

La prière, le chant, mais surtout la pratique de la vie chrétienne ont marqué d'une empreinte indélébile notre vie. Et le résultat en est que nous sommes très soudés entre nous, et même dans le chemin du Seigneur, au service des autres, dans nos lieux de vie et d'engagement.

* Comme simple fidèle du Diocèse de Mbalmayo, selon vous, quelles sont les priorités majeures qui attendent le nouvel Évêque et vous-même?

Le nouvel Évêque est appelé comme pasteur à aller à la rencontre des brebis les plus éloignées, donc à continuer l'œuvre d'évangélisation commencée et organisée par ses prédécesseurs, nos Pères Mgr Paul Etoga et Mgr Adalbert Ndzana, dans un renouvellement incessant de la foi.

Étant retraitée, je peux lui donner une contribution surtout par la prière. Je ressens l'urgence de mettre encore plus d'ardeur dans la prière pour l'accompagner dans ce nouveau ministère. C'est la prière qui est le levier avec lequel on peut tout réaliser. Je prie déjà que l'Esprit Saint lui donne la force de transmettre un souffle nouveau au Diocèse dans la continuité du travail abattu par ses prédécesseurs.

Merci Sophie, pour cet entretien et pour vos prières pour l'Église à Mbalmayo.

(Propos recueillis par Antonietta Cipollini)


 

 

05/02/2017